À Atlanta, les instruments de musique du futur ont leur championnat du monde

Par Luigi Marfaing I Publié le 10 Juin 2015

[À lire dans la revue] Depuis 2009, l’université Georgia Tech d’Atlanta organise chaque année un concours pour les créateurs d’instruments de musique aux noms aussi originaux que les sons qu’ils produisent. Cette fois, c’est une équipe française qui a remporté le grand prix en présentant un concert de voix synthétiques. Reportage.


Le NOMIS, de l'américain Jonathan Sparks, génère de la musique MIDI en boucle. Il a remporté les prix du public et de la meilleure performance. (Crédit photo : We Demain)
Le NOMIS, de l'américain Jonathan Sparks, génère de la musique MIDI en boucle. Il a remporté les prix du public et de la meilleure performance. (Crédit photo : We Demain)
Le musicien fou triture avec une détermination rageuse la poire en caoutchouc reliée à un ordinateur. Dans les haut-parleurs s’élèvent les gémissements lamentables d’une baleine bleue coincée dans une baignoire. Puis un autre instrumentiste, bardé de diplômes, exhibe une éponge de sa conception. En transe, il la tord, la presse, l’essore et un tourbillon d’ondes sonores intergalactiques remplit la pièce.

Beau comme du Daft Punk

Un interprète, emporté par des mouvements frénétiques, jongle de tout son corps entre des faisceaux de lumière pour dessiner une symphonie électronique dans l’espace. Celui-ci joue du synthétiseur avec un archet de violon, celui-là fait sonner rythmes et mélodies en claquant les doigts de... son gant numérique. C’est beau comme du Daft Punk.

La D-Box, développée par les Londoniens Victor Zappi et Andrew McPherson, est l'instrument rêvé du hacker. Émettant des sonorités électriques, il est entièrement modulable. (Crédit photo : We Demain)
La D-Box, développée par les Londoniens Victor Zappi et Andrew McPherson, est l'instrument rêvé du hacker. Émettant des sonorités électriques, il est entièrement modulable. (Crédit photo : We Demain)
Ils sont vingt à se réunir en ce mois de février à l’université Georgia Tech d’Atlanta, aux États-Unis. Une compétition unique au monde commence. En 2009, un millionnaire attentionné a fait cadeau à son épouse, pianiste émérite, de l’organisation d’un concours qui présente des instruments de musique totalement nouveaux, électroniques ou acoustiques, provenant du monde entier. La Margaret Guthman Musical Instrument Competition a pour mission de sélectionner et de récompenser les concepteurs. Et ils doivent pouvoir en jouer !

Véritables instruments

Cette année, le jury est composé de Joe Paradiso, directeur du Media Lab du prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT) ; de Graham Marsh, producteur honoré par quatre Grammy awards, les plus hauts trophées de la musique aux États-Unis ; et de DJ Hurricane, qui a officié avec les groupes de rap Run-DMC et Beastie Boys. Loin des curiosités de laboratoire, les instruments présentés sont tous réellement utilisables dans la musique savante comme dans la musique populaire... Retrouvez la suite de l'article dans We Demain n°10

Luigi Marfaing




Abonnez-vous à notre newsletter et, en cadeau de bienvenue, accédez à notre Ebook WE DEMAIN




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE