wedemain







WE DEMAIN : "We Will code DNA like We code software" Ellen Jorgensen, du biohackerspace @genspacenyc au @hellotmrc #hellotmrc #diy
Vendredi 18 Avril - 17:21
WE DEMAIN : @WeDemain au @hellotmrc sur le #diy avec @lapaillasse , @arduino , @genspacenyc http://t.co/WCCOoGNRLQ
Vendredi 18 Avril - 16:12
WE DEMAIN : Grey Phone, le smartphone de Google qui se monte comme un Lego : http://t.co/Ha6v16s45V http://t.co/0kVluCDzBr
Vendredi 18 Avril - 10:43
WE DEMAIN : Une autoroute fluo écolo se prépare aux Pays-Bas et préfigure la route intelligente de demain http://t.co/APWNAKSGLM http://t.co/82ryIfqpUH
Jeudi 17 Avril - 12:50
WE DEMAIN : BHV, Leroy-Merlin, La Poste... Comment les marques s'emparent de l'impression 3D : http://t.co/zAoDyCL0oT http://t.co/CqLbMI1xJR
Mercredi 16 Avril - 16:39
WE DEMAIN : L'économie collaborative est au @OuiShareFest : 3jours de conf, co-création et bonne humeur! http://t.co/VHna7diYh6 http://t.co/zU2sDnr4nM
Mardi 15 Avril - 16:21

Afrique : des « épiceries solaires » pour lutter contre la précarité énergétique

Rédigé par le Vendredi 6 Décembre 2013 à 16:33 | Lu 2172 fois

Oubliez la station-service à essence du XXe siècle ! Les Station Energy seront des relais énergétiques permettant de louer des batteries rechargées grâce à l’énergie du soleil dans les régions isolées d’Afrique.


Afrique : des « épiceries solaires » pour lutter contre la précarité énergétique
En Afrique, raccorder les régions rurales au réseau électrique câblé revient souvent trop cher. De nombreux villages éloignés des côtes en sont donc privés. En 2010, seuls 43 % de la population africaine (soit 590 millions de personnes) avaient accès à l’électricité, selon l’Agence internationale de l’énergie renouvelable (Irena). L’ingénieur Alexandre Castel, 26 ans, porte avec Station Energy une solution inédite pour palier le problème.
 
Station Energy est une sorte de station-service pour l’énergie solaire. Ici, pas de pompes à essence, mais des batteries préchargées qu’on peut louer et emporter chez soi. De quoi alimenter des lampes à LED pour s’éclairer, un réchaud pour cuisiner ou faire tourner un commerce local. Une fois à sec, la batterie peut-être rapportée en station ou elle sera rechargée grâce à des panneaux photovoltaïques. La solution se révèle plus écologique et plus économique que le pétrole ou le charbon souvent utilisés dans les campagnes d’Afrique subsaharienne.

Dans cette « épicerie solaire », on trouve aussi un cybercafé pour connecter le village et faciliter les transferts d’argent, des réfrigérateurs partagés pour conserver au frais les denrées précieuses, une imprimante… De quoi répondre à tous les besoins de base et faciliter le développement du village. « Après l’école des Mines et un stage au Burkina, j’avais envie de trouver une solution durable au problème de l’électrification rurale », explique Alexandre Castel.
 
Après avoir convaincu différents fonds d’investissement de la viabilité du projet, l’homme va lancer la première station au Sénégal grâce à Kisskissbankbank. « Une fois cette station pilote mise en place, d’autres pourront être ouvertes partout dans les zones rurales africaines, et pourquoi pas sur d’autres continents », espère l’ingénieur. N’importe quel entrepreneur pourra utiliser la franchise et accéder à des facilités de financement pour ouvrir son épicerie solaire.