Apple teste un prototype secret de voiture autonome

Par I Publié le 21 Août 2015

Un document révélé par The Guardian confirme qu'après Google et Uber, la marque à la pomme se lance à son tour dans l'industrie automobile. C'est sur une ancienne base militaire qu'Apple va tester sa voiture du futur.


(Crédit : GoMentum Station)
(Crédit : GoMentum Station)
Ce qui devait se dérouler dans le plus grand secret vient d’être révélé par The Guardian  : Apple travaille bien à une ébauche de voiture sans conducteur. Et celle-ci, connue sous le nom de "Projet Titan", est si avancée qu’elle ne reste plus qu’à être testée.
 
Grâce à la loi californienne sur les archives publiques, le quotidien britannique a mis la main sur un courrier d’un employé d’Apple, Frank Fearon. Dans celui-ci, l’ingénieur s’adresse à des représentants de GoMentum Station, une ancienne base navale de la Marine américaine transformée en terrain d’essai de haute sécurité pour les véhicules autonomes :
 
Nous aimerions […] pouvoir nous faire une idée des dates et des disponibilités du site, afin de pouvoir évaluer comment nous aurions à nous organiser avec ceux qui ont besoin de l’utiliser également".  

(Crédit : GoMentum Station)
(Crédit : GoMentum Station)
L’enquête du journal rapporte également qu’une équipe d’ingénieurs de Cupertino, où siège la firme créée par Steve Jobs, se serait rendue sur place en mai dernier.

30 km de bitume

 
Sur cette ancienne base navale appartenant désormais à l’entreprise "semi-publique" Contra Costa Transportation Authority, d'autres constructeurs comme Mercedez-Benz ou Honda ont déjà testé leurs véhicules. Le cadre y serait idéal : 850 hectares et plus de 30 kilomètres de bitume, parsemés de carrefours, de pavés, de parkings, de passages à niveau et de tunnels – le tout surveillé sans interruption par des militaires, à l’abri des médias et du regard d’entreprises concurrentes.
 
Selon les responsables de la "station" GoMentum, il s’agirait du "plus grand centre d’essai sécurisé au monde" pour "les tests portant sur la validation et la commercialisation de véhicules connectés et autonomes, [c’est-à-dire] la prochaine génération de transports en réseau".  
 
Des conditions qui ont séduit Apple, qui contourne ainsi en outre le besoin d’une autorisation des autorités publiques. Craignant les accidents, les États américains, dont la Californie, renforcent en effet depuis quelques mois leurs contrôles sur les essais sur la voie publique.

(Crédit : GoMentum Station)
(Crédit : GoMentum Station)
"Le dispositif mobile ultime"

Alors qu’un premier prototype de la voiture autonome du géant Uber a été aperçu en février 2015 sur les routes de Pittsburgh, en Pennsylvanie, et que Google a testé sa flotte d’une vingtaine de véhicules sur plus de 2,7 millions de kilomètres, Apple pourrait donc bientôt en faire de même sur cet ancien terrain militaire. Toujours selon le Guardian, une centaine de ses ingénieurs y travaillerait d’ailleurs en toute discrétion dans des bureaux de Sunnyvale, à quelques kilomètres du siège social de l’entreprise.

 
Ces informations n’ont pas été confirmées par la marque à la pomme. Mais une déclaration de son vice-président Jeff Williams, en mai dernier, va tout de même dans ce sens. Décrivant la voiture sans conducteur de demain comme "le dispositif mobile ultime", il annonçait alors à la presse qu’Apple "explorait de nombreux marchés [sur lesquels] [elle peut] vraiment faire la différence".
 
Si sa voiture autonome s'avère réellement presque aboutie, cette révélation risque d’accélérer une concurrence d’ores et déjà féroce dans le secteur de la voiture de demain.

Lara Charmeil
Journaliste à We Demain
@LaraCharmeil


Abonnez-vous à notre newsletter et, en cadeau de bienvenue, accédez à notre Ebook WE DEMAIN




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE