Après Amazon, La Poste teste à son tour les "drones-facteurs"

Par I Publié le 2 Septembre 2015

Après avoir développé des drones, la filiale Geopost a conçu une piste de décollage et d'atterrissage capable de charger les colis. Une première version de ce dispositif a été testée en Suisse.


(Crédit : La Poste)
(Crédit : La Poste)
Et si demain, dans les zones difficiles d'accès, la Poste livrait ses colis grâce à des drones ? Après Amazon, c’est au tour de Geopost, la filiale de l'opérateur de services postaux français, de se lancer dans la construction de "drones-facteurs". Pour expérimenter cette formule, l’entreprise avait besoin de drones. Pour ce faire, Géopost s’est associé à la société Atechsys, qui développe des briques technologiques dont l’assemblage permet de construire des appareils volants de différentes tailles.

À la faveur de ce partenariat, le numéro deux de la livraison de colis en Europe a aussi mis au point une piste de décollage de haute technologie, première étape de l'industrialisation de ce processus. Une première version de ce dispositif a été testée vendredi 28 août, dans le Jura bernois (Suisse), à 80 kilomètres de la première grande ville.

Le colis y est convoyé à l'aide d'un tapis roulant jusqu'au drone, le tout protégé par des filets afin de protéger les manutentionnaires des hélices. Une fois chargé de son colis, le drone n'a plus qu'à décoller, puis à se rendre jusqu'au lieu de livraison. À son retour, une fois sa batterie rechargée, il sera équipé d'un nouveau colis. Et ainsi de suite.

Le drone en lui-même a été mis au point en septembre 2014, testé pour la première fois sur une distance de 1 200 mètres, à une vitesse de 30 km/h pour un colis de 3 kg. Son autonomie ? 20 kilomètres. Depuis, plus de 150 vols ont été effectués dans différentes conditions météorologiques, notamment par grand froid, tempête ou neige.
 
À terme, l'objectif de la filiale de la Poste est de développer des "réseaux logistiques en s’affranchissant des principales contraintes : l'insuffisance de réseaux routiers, les zones inondées ou enneigées, la sécurité des personnes et opérateurs, la protection et sécurisation du colis et du matériel". Une ambition qui se heurte pour l'heure à la législation, qui ne permet pas la livraison par drones.

Lara Charmeil
Journaliste à We Demain
@LaraCharmeil


Abonnez-vous à notre newsletter et, en cadeau de bienvenue, accédez à notre Ebook WE DEMAIN




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE