Après l'Europe, la Silicon Valley se penche sur le revenu universel

Par I Publié le 15 Février 2016

Un incubateur de start-up californien a annoncé qu'il allait verser un revenu de base à 300 citoyens américains sur une période de cinq ans. Une façon de contribuer à l'égalité des chances et de préparer la société à l'érosion du salariat.


Image d'illustration (Crédit : HeatherPaque/Pixabay)
Image d'illustration (Crédit : HeatherPaque/Pixabay)
"Nous aimerions financer une expérience sur le revenu de base. Donner aux gens suffisamment d’argent pour vivre, sans condition aucune."

Cette déclaration ne vient pas d’un nouveau gouvernement européen, qui après la Finlande, les Pays-Bas, la Suisse et peut-être bientôt la France, serait en train d’étudier la question d’un revenu inconditionnel, mais de l’un des acteurs majeurs de la Silicon Valley, en Californie.

Sam Altman est le CEO de Y Combinator, un incubateur de start-up que la revue économique américaine Fortune décrit comme "une frayère pour géants de la technologie émergente". Depuis 2005, sa société a lancé des entreprises aussi connues qu’Airbnb, Dropbox, ou encore Reddit. Aujourd’hui, elle veut utiliser une partie de ses bénéfices pour offrir un salaire minimum à 300 personnes, sur une période de cinq ans.
 
"C’est LA chose du moment à expérimenter", explique Sam Altman au pure player américain FastCoExist, "parce que dans une ou deux décennies, des millions de jobs humains vont être remplacés par des robots et des intelligences artificielles"

Image d'illustration (Crédit : Johanna84/Pixabay)
Image d'illustration (Crédit : Johanna84/Pixabay)

Un revenu universel à montant variable

Le CEO est actuellement en quête d’un chercheur pour superviser ce programme d’études. Ce dernier devra aider les membres du projet à fixer un ou plusieurs montants – l’idée étant de pouvoir comparer les impacts que produiraient différents niveaux de revenu sur leurs bénéficiaires, précise Sam Altman. Et ainsi, d’observer "ce que ce revenu minimum change à leur bonheur, leur épanouissement, mais aussi leur potentiel de gains, leur équilibre et leur capacité à créer des entreprises, de la richesse ou de l’art".
 
À LIRE AUSSI : Finlande, Pays-Bas, Suisse... Le revenu universel va-t-il conquérir l'Europe ?

Car l'entrepreneur en est convaincu : loin d'encourager la population à sombrer dans l'oisiveté, un tel revenu de base pourrait encourager les citoyens à prendre davantage de risques.
 
 "L'une des raisons pour laquelle j'ai commencé à envisager cette solution est que beaucoup de personnes vraiment talentueuses ne se lancent pas dans l'entreprenariat parce qu'elles ne sont pas nées sous la bonne étoile", avance Sam Altman.

Élimination de la pauvreté et égalité des chances

Pour accompagner la mise en place de son revenu de base, la start-up compte également proposer des "formations financières", dans l'objectif d'aider les bénéficiaires à dépenser et à économiser de façon plus responsable. Quant à la sélection de ces derniers, elle se fera "au hasard", avec une attention particulière pour "des personnes talentueuses, mais issues de milieux défavorisés"  :
 
"Combiné à l'innovation technologique, le revenu universel permettra de réduire les coûts nécessaires à une bonne qualité de vie et de faire de réels progrès en matière d'égalité des chances et d'élimination de la pauvreté", conclue le CEO.

Un modèle dont, Sam Altman en est sûr, plus personne ne doutera dans cinquante ans. 


Abonnez-vous à notre newsletter et, en cadeau de bienvenue, accédez à notre Ebook WE DEMAIN




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE