Au Brésil, Zero est arrivé pour sauver les vinyles

Par Octave Bonnaud I Publié le 18 Mars 2015

[À lire dans la revue] Les 6 millions de disques déjà accumulés par ce Brésilien dans ses entrepôts de São Paulo ne sont pas une simple marotte de collectionneur. Pour Zero Freitas, dont l’ambition est d’acheter tous les grands fonds musicaux du monde, il en va de la survie d’un patrimoine majeur du XXe siècle.


Zero Freitas, avec un album de Bob Dylan issu de sa collection personnelle, chez lui à São paulo.
Zero Freitas, avec un album de Bob Dylan issu de sa collection personnelle, chez lui à São paulo.
Un entrepôt dans un quartier ouest de São Paulo. Une platine joue un disque vinyle des Beatles. On croit reconnaître l’album Sgt. Pepper’s. « Oui, c’est ça. Et cette chanson, A Day In The Life, est vraiment intéressante. Car le début a été écrit par McCartney, et la seconde partie par Lennon », commente Zero Freitas, l’homme qui possède le plus de disques au monde, le Brésilien qui a déjà accumulé, en quatre décennies, une collection de 6 millions de vinyles.

Autour de nous, une dizaine d’employés dépoussièrent, référencent et photographient le tout-venant des disques stockés un peu plus bas, dans des milliers de caissons recouverts d’une bâche noire. L’ampleur de la collection est telle qu’elle est répartie dans trois entrepôts. Au rythme de 500 vinyles par jour, il faudrait plus de vingt ans pour cataloguer l’ensemble des titres... « Mais nous envisageons de doubler l’équipe l’année prochaine, on pense que des sponsors peuvent être intéressés », promet Zero Freitas, soucieux de dissiper les doutes qui ont suivi la divulgation de sa passion par le New York Times en août dernier.

Dans le petit monde des collectionneurs de vinyles, personne n’avait vu venir ce fils d’immigrés portugais qui a successivement raflé le stock de Colony Record, un célèbre magasin de Times Square à New York, et celui de Music Man Murray à Los Angeles, la plus grande collection de la côte ouest. Soit 500 000 vinyles américains désormais en exil au Brésil. Lorsque le collectionneur de São Paulo achète les 3 millions de disques de Paul Mawhinney, le « roi du vinyle » qui s’angoissait depuis des années de ne pas trouver d’acheteur, Freitas est contraint de sortir de l’ombre.

« Des dizaines de journalistes américains m’ont appelé, s’inquiétant de ce que je comptais faire de tous ces disques ! Mais les magasins de vinyles ferment les uns après les autres aux États-Unis et personne ne veut racheter leurs stocks. Or, ce sont des collections souvent très intéressantes. Par exemple, celle de Mawhinney comprend toutes les éditions singles d’Elvis Presley. Lorsque j’ai expliqué que mon but était avant tout de sauvegarder ces disques, tout le monde a été soulagé de savoir que quelqu’un faisait ce job », se réjouit Freitas...Retrouvez la suite de l'article dans We Demain n°9

Octave Bonnaud



Abonnez-vous à notre newsletter et, en cadeau de bienvenue, accédez à notre Ebook WE DEMAIN




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE