wedemain







WE DEMAIN : "We Will code DNA like We code software" Ellen Jorgensen, du biohackerspace @genspacenyc au @hellotmrc #hellotmrc #diy
Vendredi 18 Avril - 17:21
WE DEMAIN : @WeDemain au @hellotmrc sur le #diy avec @lapaillasse , @arduino , @genspacenyc http://t.co/WCCOoGNRLQ
Vendredi 18 Avril - 16:12
WE DEMAIN : Grey Phone, le smartphone de Google qui se monte comme un Lego : http://t.co/Ha6v16s45V http://t.co/0kVluCDzBr
Vendredi 18 Avril - 10:43
WE DEMAIN : Une autoroute fluo écolo se prépare aux Pays-Bas et préfigure la route intelligente de demain http://t.co/APWNAKSGLM http://t.co/82ryIfqpUH
Jeudi 17 Avril - 12:50
WE DEMAIN : BHV, Leroy-Merlin, La Poste... Comment les marques s'emparent de l'impression 3D : http://t.co/zAoDyCL0oT http://t.co/CqLbMI1xJR
Mercredi 16 Avril - 16:39
WE DEMAIN : L'économie collaborative est au @OuiShareFest : 3jours de conf, co-création et bonne humeur! http://t.co/VHna7diYh6 http://t.co/zU2sDnr4nM
Mardi 15 Avril - 16:21

Bras robotisés, cellules souches. L’imprimante 3D peut tout

le Mardi 12 Février 2013 à 17:37 | Lu 3685 fois

On savait l’imprimante 3D prête à révolutionner l’industrie (We Demain numéro 3). Avait-on pensé à la science et plus largement à la médecine? À 17 ans, un lycéen américain fabrique une prothèse de bras à partir d’une imprimante 3D pour seulement 250$. En Écosse, l’université Heriot-Watt prétend imprimer pour la première fois, les cellules souches embryonnaires humaines les plus achevées.


via Popular Science
via Popular Science
En combinant une Nintendo power Glove et une imprimante 3D, le jeune Easton LaChappelle a réalisé une prothèse robotisée pour le bras. À 14 ans, comme beaucoup de jeunes garçons, il jouait aux LEGO. Mais au lieu de construire des forteresses, l’ingénieur en herbe faisait sa première incursion dans la robotique en élaborant un bras articulé. Une première version qui l'a propulsé la troisième place de la Foire de Science du Colorado en 2011 et l’a encouragé à aller plus loin.
 
Lors de cette foire, Easton LaChappelle rencontre une autre participante pourvue d’une prothèse de bras à 80 000$, que sa croissance l’oblige à remplacer. Nouveau déclic. L’adolescent décide de concevoir une prothèse de haute technologie, très fonctionnelle et surtout peu onéreuse. Pour mener son objectif à bien, Easton utilise une imprimante 3D. Hormis certains mécanismes - les moteurs et les vis - tous les composants de la prothèse sont imprimés en 3D grâce à la Printbot, pour un coût total... de 250$!
 
Un prix qui rendra cette technologie accessible aux familles à faible revenu et qui laisse entrevoir d’autres usages : pour désamorcer des bombes notamment, ou plus insolite, pour servir des bières. La marque Heineken a ainsi commandé 5 000 exemplaires de la prothèse robotisée au tout jeune inventeur. Le lycéen a depuis lancé une campagne de levée de fonds sur la plateforme de financement participatif Kickstarter, avec l’ambition de développer sa production.
 
Nous serions curieux de savoir ce qu’Easton LaChappelle fera après le lycée, quelle carrière présage ses premiers travaux. Qui sait si, lui aussi, un jour, ne développera pas une imprimante capable de fabriquer des cellules humaines ? C’est en tout cas la dernière avancée réalisée par l'université écossaise Heriot-Watt : l’impression 3D de cellules à base de valve pour la formation de cellules souches embryonnaires humaines en ensembles sphéroïdes. Rien que ça.

Tandis que des scientifiques ont déjà obtenu de résultats concluants en imprimant une série de cellules souches humaines de moelle osseuse ou de peau développées en culture, une équipe de l’université prétend être la première à imprimer les plus précises et plus flexibles cellules souches embryonnaires humaines. Après l’impression des cellules, les chercheurs du groupe de micro-ingénierie biomédicale de Heriot-Watt ont conduit des tests afin de vérifier leur viabilité. L'exactitude de la méthode d'impression à base de valve a elle aussi été évaluée en examinant la concentration, la caractérisation et la distribution des cellules imprimées.
 
« La génération de structures 3D des cellules hESC nous permettra de créer des modèles de tissus humains plus précis, essentiels pour le développement de médicaments in vitro et de test de toxicité. Puisque la majorité des découvertes vise la maladie humaine, l’utilisation de tissus humains prend tout son sens », explique le Docteur Will Wenmiao Shu qui a mené le groupe de recherche. Son équipe assure que cette technologie pourrait aussi être exploitée pour créer des organes artificiels et des tissus qui incorporent les propres cellules souches d'un patient, réduisant ainsi le risque de rejet et le besoin de d'immunosuppression. Selon eux, cela aiderait à palier le manque de donneurs d'organes dans le monde entier.

Sources : Gizmag, Biofabrication, Inhabitat.

              


1.Posté par kumé le 20/02/2013 10:59
les imprimantes 3D vont révolutionner notre futur et déstabiliser nos chers actionnaires.. imaginez que chez vous si vous avez besoin de quoi que se soit, une photo du net, une imprimante 3D et vous avez ce que vous cherchiez.. sans l'acheter !!!

Nouveau commentaire :