Ça bouge dans les parcs régionaux!

Par Isabelle Bono I Publié le 16 Octobre 2012


Ça bouge dans les parcs régionaux!

 

Le Congrès des   parcs naturels régionaux, qui se tenait à Aups (83) du 10 au 13 octobre nous a démontré combien ces parcs ne sont pas uniquement des espaces protégés dans des limites figées et sous une chartre précise. Les représentants des 48 parcs français représentés lors de ce congrès disposent d'outils à la pointe de la modernité. Ainsi, lors du grand marché aux initiatives, é pour que les habitants et visiteurs des parcs soient en phase avec la réalitéà préserver dans une époque bousculée.

 

Répartis sur toute la France, les parcs régionaux   représentent 3,5 millions d’habitants. Ces derniers vivent à l’année sur 4100 communes disséminées sur 7 millions d’hectares protégés, et ne veulent pas être cantonnés à des gardiens d’espaces de promenades pour citadins en quête d’air pur et à de simples distributeurs de bons produits régionaux. Alors les initiatives fleurissent. 

Ici c’est un réseau social de proximité en lien avec les grands réseaux mondiaux. Véritable “facebook de quartier”, il permet d’échanger avec son voisin de vallée mais aussi d’accueillir les blogs et autres sites d’associations et de commerçants. De la proximité en 3G. Ailleurs, ce sont des associations qui viennent évaluer les besoins en formation adaptée aux débouchés. Ils font venir les formateurs dans les communes rurales excentrées. D’autres créent des centres de co-working avec des outils à la pointe afin de délocaliser le travail. Ces lieux d’échange sont équipés de bureaux, salle de réunion, de pôles de visio-conférence, du haut débit, mais aussi d’un espace café ouvert aux discussions et aux rencontres. 

Certains parcs mettent en place des filières bois pour créer des emplois non délocalisables, d’autres se regroupent autour d’un même massif montagneux et effacent les frontières humaines en œuvrant ensemble au sein d’une association commune. Des observatoires de la biodiversité sont mis en place et fonctionnent. Les savoir-faire sont mis à l’honneur dans tous les domaines.

Ce qui ressort de ce congrès national est avant tout la volonté unanime des participants de travailler pour la protection de l’environnement. Développement durable et énergies renouvelables sont les maitres mots de toutes les interventions et de tous les projets. Les ateliers organisés montrent aussi à quel point les participants ont la volonté de faire de chaque habitant des parcs des acteurs actifs et impliqués dans la vie de ces espaces protégés, mais aussi de susciter l’envie de venir et d'y passer du temps pour tous ceux qui vivent en milieu urbain. 

L’intervention de Jean Viard, chercheur au CNRS habitant le parc du Lubéron, a mis en évidence les changements de rythmes et de vie des français qui, bien qu’ayant gagné un temps considérable consacré aux loisirs, ont perdu l’habitude d’aller marcher en pleine nature et de passer du temps dehors. Pour renouveler ce désir de nature, tous les parcs proposent des activités sportives, de plein air et de découvertes. Certaines sont de plus en plus ciblées : Elles commençent devant un écran à travers des jeux, avant de se prolonger sur le terrain de façon interactive. Et les premiers retours sont encourageants. 

Les parcs régionaux du 21ème siècle sont assurément présentés comme des lieux à vivre en pleine mutation, à découvrir ou redécouvrir, des lieux à préserver. 

 


Abonnez-vous à notre newsletter et, en cadeau de bienvenue, accédez à notre Ebook WE DEMAIN




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE