Cathos, fachos et écolos : Comment l'extrême droite s'empare de l'écologie

À lire dans la revue

Par I Publié le 25 Novembre 2015

En proclamant "La terre, elle, ne ment pas", le maréchal Pétain récupérait un courant de pensée plaçant la nature, œuvre de Dieu, au-dessus de tout. Cette écologie "intégrale" est aujourd’hui assumée par divers mouvements d’extrême droite et véhiculée dans les colonnes de la revue catholique "Limite". Enquête.


(Crédit : Pétillon)
(Crédit : Pétillon)
Qui se souvient que c’est un biologiste et philosophe allemand, Ernst Haeckel, disciple de Darwin, qui inventa en 1886 le terme écologie ? Plus précisément oecologie – du grec oikos : demeure ou milieu – pour désigner les rapports entre un organisme et son environnement.

Philosophiquement, Haeckel se rattache au monisme, une doctrine selon laquelle tout ce qui existe est un tout unique, Dieu s’incarnant dans les lois de la nature. Haeckel est ainsi, avec d’autres, à l’origine d’un courant de pensée nommé plus tard "écologie profonde (deep ecology) ou intégrale".

Une écologie conservatoire et conservatrice, héritée du romantisme allemand du XIXe siècle et du mouvement païen "völkisch", qui placent la nature, œuvre de Dieu, au-dessus de tout. Une nature immaculée, immuable, harmonieuse, qu’il faut préserver, protéger de l’action de l’homme qui est en fait un perturbateur dans l’harmonie de la création.

Ce courant a essaimé dans la première moitié du XXe siècle, notamment chez les Anglo-Saxons avec les Américains Aldo Leopold et John Baird Callicott, promoteurs de l’éthique environnementale.

(Crédit : Pétillon)
(Crédit : Pétillon)

Une écologie humaniste, libertaire et laïque

En France, il est resté plus confidentiel. Le régime de Vichy a tenté de le récupérer : "La terre, elle, ne ment pas", proclame le maréchal Pétain, qui crée les chantiers de jeunesse où "une vie en contact de la nature assure une formation morale et virile"… L’idéologie nazie se réfère abusivement à Haeckel pour justifier ses théories raciales, et Hitler édicte à partir de 1933 des lois prétendument écologiques pour protéger la nature vierge…

Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, c’est l’écologie politique qui s’impose, en Allemagne avec les Grünen, en France avec René Dumont, Les Verts ou Génération Écologie. C’est une écologie qui se veut humaniste, libertaire et laïque. Elle entend certes protéger la nature, mais parce que sa destruction mettrait en danger la survie de l’homme. L’écologie dite intégrale continue néanmoins à cheminer dans différents courants de pensée... 

Retrouvez la suite de cet article dans We Demain n°12

Gérard Leclerc.



Abonnez-vous à notre newsletter et, en cadeau de bienvenue, accédez à notre Ebook WE DEMAIN




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE