Ce bateau-laboratoire part faire le tour du monde du système D

Reportage

Par I Publié le 17 Février 2016

À bord du navire "Nomade des Mers", Corentin de Chatelperron et son équipage se lancent dans un tour du monde des "low tech". Des technologies simples, accessibles et bon marché, permettant de répondre aux besoins de l'humanité. Celles-ci seront ensuite publiées sous forme de tutoriels sur Internet.


Durant trois ans, le Nomade des mers fera le tour du globe pour développer et faire connaître les low tech, des technologies simples permettant d'assurer les besoins de base de l'humanité (Crédit : JJ Valette)
Durant trois ans, le Nomade des mers fera le tour du globe pour développer et faire connaître les low tech, des technologies simples permettant d'assurer les besoins de base de l'humanité (Crédit : JJ Valette)

La bouteille de champagne explose sur la coque du Nomade des mers, du premier coup. Un bon présage lors d'un baptême naval. L'écume du champagne se mélange à celle du port de Concarneau, tandis que la foule applaudit, en ce petit matin brumeux de février. Sur le pont du catamaran, l'équipage remercie son parrain, le skipper Roland Jourdain, qui l'accompagnera dans sa première traversée.

Le Nomade des mers est presque prêt pour son grand voyage : un tour du monde de trois ans à la rencontre des inventeurs de low techs , des technologies simples et accessibles qui permettent de répondre aux besoins de base de l'humanité : réchauds à bois ultra-efficients,
désalinisation solaire avec de la poterie, générateur à pédale, filtre à eau... Autant d'inventions encore méconnues, malgré leur efficacité avérée.
 

"Le problème des low tech, c'est qu'elles ne rapportent rien, alors personne n'investit dans leur développement", se désole Corentin de Chatelperron. "Alors qu'un tiers de l'humanité n'a pas accès à l'eau potable, un milliard souffre de la faim et autant n'a pas d'accès à l'électricité."

Le navigateur Roland Jourdain accompagnera l'expédition Nomade des Mers organisée par Corentin de Chatelperron. (Crédit : JJ Valette)
Le navigateur Roland Jourdain accompagnera l'expédition Nomade des Mers organisée par Corentin de Chatelperron. (Crédit : JJ Valette)

Le jeune ingénieur breton a décidé de s'attaquer à ce problème en créant ce "laboratoire flottant". Il n'en est pas à sa première aventure : en 2013, Corentin de Chatelperron a navigué en solitaire pendant six mois sur l'océan Indien dans un bateau bâti de ses mains, le Gold of Bengal . Construit dans un nouveau matériau écologique - le composite de fibre de jute - ce bateau produisait une partie de sa nourriture, grâce à ses deux poules et sa petite serre.
 

À LIRE AUSSI : A POC 21, il développe une éolienne en kit à trente euros

Avec le Nomade des mers, Corentin a vu plus grand. Ce catamaran de 14 mètres peut embarquer six personnes et du matériel pour mener des expériences. Acheté d'occasion, le navire a été allégé de tout ce qui était superflu. Exit la télévision écran plat, la cuisine intégrée et les salles de bain attenantes à chaque cabine.

Avec son poulailler, sa serre et ses éoliennes, le Nomade des mers rappelle le catamaran du film Waterworld. (Crédit : JJ Valette)
Avec son poulailler, sa serre et ses éoliennes, le Nomade des mers rappelle le catamaran du film Waterworld. (Crédit : JJ Valette)

Le bateau rappelle désormais celui de Kevin Costner dans le film Waterworld. Un film qui a marqué le jeune breton dans son enfance. À bord du navire, un seul mot d'ordre : le recyclage. Les toilettes sèches permettront de produire du biogaz et du compost, lui-même utilisé dans la serre installée sur le pont supérieur.  
 

À LIRE AUSSI : Deux Canadiens ont bâti leur village flottant et autosuffisant

Car là où les précédents propriétaires du bateau buvaient des cocktails, ses nouveaux occupants y produiront des légumes en hydroponie. Les restes seront donnés aux quatre poules rustiques qui produiront des oeufs, dans leur poulailler suspendu au dessus des flots.
 
"Notre but est de rendre notre bateau le plus autonome possible en y testant un maximum de low tech issues du monde entier, explique Corentin de Chatelperron. Ce que vous voyez n'est qu'un début, on va le bricoler à chaque escale avec l'aide des inventeurs !"

Le pont supérieur a été transformé en serre où seront cultivés les légumes qui nourriront l'équipage (Crédit : JJ Valette)
Le pont supérieur a été transformé en serre où seront cultivés les légumes qui nourriront l'équipage (Crédit : JJ Valette)

Pour se nourrir, l'équipage aura également recours à un aliment plus insolite : des vers de farine. "Il suffit de leur donner de la farine ou des épluchures d'orange et les larves de ténébrions les transforment en protéines. Chaque larve en contient près de 60 %", raconte Elaine Le Floch, la logisticienne de l'expédition, devant un bac rempli de grosses larves blanches.
 

À LIRE AUSSI : Tizi n'Oucheg, un village marocain rendu autonome par ses habitants

Pour concevoir ses menus, l'équipage s'est entouré d'un nutritionniste et d'un ethnobotaniste. "Ce n'est pas une expédition de survie, on aura des réserves, en cas de pépin, mais on espère atteindre l'autonomie." En descendant à la cale, on découvre également des cultures de spiruline et des bottes de pailles destinées à faire pousser des champignons, les pleurotes. Une cabine a été transformée en atelier de mécanique, une autre en laboratoire de biologie.


Des réchauds à bois à gazéification, développés par l'équipe, permettront de cuisiner écologiquement. (Crédit : JJ Valette)
Des réchauds à bois à gazéification, développés par l'équipe, permettront de cuisiner écologiquement. (Crédit : JJ Valette)

Pour cuisiner, les quatre marins utiliseront un four solaire par beau temps et un réchaud à bois les jours de pluie. Composé de tuyaux métalliques imbriqués, ce réchaud "à double paroi" produit une flamme bleue, à l'image d'une gazinière.
 

"Ça consomme six fois moins de bois et ne produit quasiment aucune fumée. Une très bonne solution pour lutter contre la déforestation et les maladies respiratoires", affirme Pierre-Alain Lévêque.


Issu du monde de l'humanitaire, ce jeune ingénieur s'occupera de la recherche avec Corentin de Chatelperron. Ils filmeront avec Elaine Le Floch des tutoriels qui seront disponibles en ligne, ainsi qu'une série documentaire qui sera diffusée sur Arte en 2017.


L'atelier mécanique est déjà encombré de prototypes. (Crédit : JJ Valette)
L'atelier mécanique est déjà encombré de prototypes. (Crédit : JJ Valette)

Première escale : le Maroc. Un pays souffrant de stress hydrique. Là bas, l'équipage de Nomade des mers découvrira des systèmes de désalinisation solaire. Puis il se rendra au Sénégal; pour y rencontrer une communauté maker florissante et étudier le "charbon vert", un combustible fabriqué à l'aide de déchets agricoles. 
 

À LIRE AUSSI : 35 000 bidouilleurs à Paris pour la Maker Faire

Après cette escale, le bateau voguera vers le Cap Vert dans l'objectif d'y découvrir l'hydroponie, avant de partir vers le Brésil pour étudier les agrocarburants. Il traversera ensuite de nouveau l'Atlantique pour l'Afrique du Sud, à la découverte de l'industrie du recyclage des métaux, puis voguera vers l'Asie du Sud-Est et le Pacifique d'ici un an pour regagner l'Amérique.

L'équipe à l'origine du projet est au complet pour le baptême du bateau, le 5 février 2015. Le départ aura lieu courant février quand la météo sera favorable. (Crédit : JJ Valette)
L'équipe à l'origine du projet est au complet pour le baptême du bateau, le 5 février 2015. Le départ aura lieu courant février quand la météo sera favorable. (Crédit : JJ Valette)
L'aventure se poursuivra également en France, avec des interventions dans les écoles, de la primaire à l'université. Le but : développer le savoir autour des low tech. Pour cela, l'équipe a créé le site lowtechlab.org. Une plateforme collaborative à la façon de Wikipedia qui rassemble déjà un millier de contributeurs bénévoles. Car comme l'explique Corentin"Notre but, c'est de devenir la Nasa des low tech !"

We Demain souhaite bon vent au Nomade des mers !


Abonnez-vous à notre newsletter et, en cadeau de bienvenue, accédez à notre Ebook WE DEMAIN
l'histoire inédite de l'homme qui a vécu comme un animal




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE