Concours Google : un Francais finaliste grâce à un réveil olfactif

I Publié le 22 Septembre 2014

À 18 ans, Guillaume Roland a conçu un réveil qui diffuse des parfums de chocolat, confiture, ou menthol. Son invention a été sélectionnée par Google pour son concours de jeunes inventeurs.


Guillaume Rolland présente son réveil olfactif pour le concours Innovez de Science et Vie Junior. Capture d'écran.
Guillaume Rolland présente son réveil olfactif pour le concours Innovez de Science et Vie Junior. Capture d'écran.

Se réveiller tous les jours avec l'odeur des croissants, un rêve ? Un jeune Français veut en faire une réalité. Plus agréable qu'une sonnerie stridente, et plus efficace dans le cas de certains handicaps, cette alarme diffuse un parfum pour tirer les plus réticents hors de leur lit. Et son inventeur est encore plus original : tout juste majeur, son réveil a tapé dans l'oeil de Google, qui l'a sélectionné parmi 14 autres projets pour le Google Science Fair , un concours de jeunes inventeurs entre 13 et 18 ans, lancé en 2011. C'est le premier français à être finaliste de ce concours.  


Un réveil alternatif

À côté des réveils qui simulent l'aube et de ceux qui prennent en compte les cycles du dormeur, il y a donc désormais ce réveil olfactif, le Sensorwake. Il fonctionne comme une machine à café : une série de dosette à insérer pour avoir l'odeur de son choix : chocolat, confiture, ou - la plus efficace - menthol. Grâce à un ventilateur, l'odeur est diffusée dans la chambre à l'heure programmée.

 

Mais ce réveil n'est pas uniquement destiné aux amateurs de bonnes odeurs. Guillaume Roland, son inventeur, cible les personnes âgées qui n'arrivent plus à se réveiller seuls. Le corps peut en effet difficilement ignorer une odeur sans se réveiller, contrairement à un son. Sensorwake est également destiné aux sourds et malentendants, qui développent souvent un odorat particulièrement sensible. Les résultats sont probants : sur 25 personnes, dont une sourde et cinq personnes âgées, toutes se sont réveillées dans les deux minutes.



Le géant Google intrigué

Derrière Sensorwake, il n'y a pas d'ingénieur expérimenté bardé de diplômes, mais Guillaume Rolland, un jeune nantais de 18 ans tout juste détenteur d'un bac scientifique. Sensible au handicap grâce son père, directeur d'une maison de retraite, il a pensé à ce réveil alternatif avec l'aide d'un professeur de chimie de son lycée. Et ce n'est pas sa première œuvre : à 13 ans, il a inventé un infuseur à tisane. Il a également participé à plusieurs compétitions scientifiques, dont le concours Lépine où il avait remporté la médaille d'or. 

 

Nouvelle étape dans la carrière du jeune homme : il était sélectionné cette année par Google pour son concours de jeunes inventeurs. Malheureusement, il n'a pas remporté le Grand Prix. Cette année, ce sont trois Irlandaises de 16 ans qui ont décroché la première place pour des bactéries accélérant la germination des cultures afin de combattre la fin dans le monde. À la clé : 50 000 $. Les années précédentes, le jury avait récompensé une torche alimentée par la chaleur de la paume de la main d'une ado canadienne, ou l'invention d'un plastique fait à partir d'épluchures de bananes conçue par une jeune Turque

Capture d'écran du site Sensorwake
Capture d'écran du site Sensorwake

Laura Cuissard
Journaliste
@faisonsenvie 


Abonnez-vous à notre newsletter et, en cadeau de bienvenue, accédez à notre Ebook WE DEMAIN




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE