De Pékin à Caen, ce sportif paraplégique veut avaler 12 000 km en handbike

Par I Publié le 19 Août 2015

Pour comprendre comment d'autres populations s'adaptent au changement climatique, le paraplégique Antoine Aoun et son équipe vont parcourir la Route de la soie, de la Chine à la Normandie. Le tout, à vélo et en seulement deux mois.


Antoine Aoun lors d'un précédent périple en Australie (Crédit : DR)
Antoine Aoun lors d'un précédent périple en Australie (Crédit : DR)
Pékin-Caen en huit semaines, sur un vélo couché, à la seule force de ses bras  – c’est le pari sportif et écolo de l'athlète paraplégique Antoine Aoun.

Son objectif ? Relier les deux villes distantes de 12 000 kilomètres entre le 1er septembre et le 31 octobre. Pour arriver dans les délais devant le Mémorial de Caen, il devra tenir une moyenne de 140 kilomètres par jour sur son handbike, une sorte de bicyclette couchée aussi appelée "vélo à bras". 

25 000 kilomètres parcourus

Un challenge qui n'effraie pas le sportif franco-libanais. Et pour cause. Quand on lui demande son âge, il répond "36 ans" au lieu des 54 de son état civil. Car pour lui, la "vraie vie" a commencé en 1979. Alors engagé dans l'armée libanaise, il reçoit une balle dans la colonne vertébrale. Grièvement blessé, il perd l’usage de ses jambes et se retrouve cloué dans un fauteuil, lui l'amateur de sports extrêmes. Il décide alors que "le handicap ne sera pas une limite à la vie" : depuis 1984, il parcourt la planète sur son handbike, parfois en pirogue aussi, avec plus de 25 000 kilomètres au compteur. 
 

Devenu conférencier et coach, l'aventurier caennais repart cette fois avec l'ambition de "montrer qu’il est possible de parcourir la mythique Route de la soie à la force de [son] énergie personnelle, sans véhicule ou moyen de locomotion polluant. Et ce, en étant handicapé".

Environnement et transition énergétique

Parrainé par Nicolas Hulot, conseiller spécial de François Hollande pour le climat, ce prochain voyage est entièrement dédié à la protection de l’environnement et la transition énergétique, des thèmes chers à Antoine Aoun, "écolo dans l’âme".
 

"Sur les 12 000 kilomètres que nous allons parcourir, dont  6 000 à vélo, nous allons rencontrer énormément de populations, avec lesquelles nous comptons échanger sur l’état de notre planète et nos différentes techniques d’approvisionnement en eau et en énergie", détaille-t-il. 

 
 


Antoine Aoun (Crédit : DR)
Antoine Aoun (Crédit : DR)

L'athlète se souvient, par exemple, de discussions "passionnantes" lors d’un précédent périple avec des Australiens qui rivalisaient d’ingéniosité pour conserver l’eau. C’est "ce genre d’installations et de façons de vivre différentes" qu’il veut retrouver et qu'il partagera durant son voyage sur sa page Facebook et son site Internet.

Dans son aventure, Antoine Aoun sera accompagné de deux autres athlètes : Arthur Noul, également paraplégique, allongé comme lui sur un handbike et Philippe Richez, valide, sur un vélo traditionnel. Une amie, Gloriana Choueri, les suivra en voiture.

La démarche des quatre équipiers se veut "porteuse d’espoir, à trois mois de la COP21 ", la conférence des Nations-Unies sur le climat qui se tiendra à Paris fin novembre : 
 

"Si j’utilise mon énergie au quotidien pour atteindre mon objectif, je redonne un sens au lien entre moi, l’humain, et la planète – et je montre aux autres, handicapés ou non, qu’il est possible d’utiliser ses propres ressources plutôt que d’utiliser celles de la Terre à tort et à travers", soutient Antoine Aoun. 


15 h par semaine d'entraînement

Mais concrètement, comment tenir huit semaines à vélo, à travers cols, montagnes et déserts ? D'abord, en s’entraînant "intensément au moins 15 heures par semaine". Ensuite en se nourrissant des échanges au bord de la route. Des rencontres que les quatre amis voient comme leur "carburant" pour recharger leur énergie.


À deux semaines du départ, l’équipe est gonflée à bloc. Leur campagne de financement participatif sur le site We play sport ne leur a pas permis de récolter 12 000 euros pour financer les deux handbikes nécessaires au périple ? Antoine prendra son "vélo de tous les jours" ! Le budget total, de l'ordre de 150 000 euros, n’est pas encore bouclé ? "Ce n'est pas un frein pour nous, assurent-ils, on partira quand même".  

Lara Charmeil
Journaliste à We Demain
@LaraCharmeil


Abonnez-vous à notre newsletter et, en cadeau de bienvenue, accédez à notre Ebook WE DEMAIN




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE