De la peinture hydrophobe contre le "pipi sauvage" à Hambourg

Par I Publié le 17 Mars 2015

Chaque année, plus de 20 millions de touristes visitent le quartier Sankt Pauli. De quoi ravir les patrons de bars, mais moins les habitants, las de voir leurs rues souillées par l'urine. Ces derniers ripostent avec une solution originale.


"Avant-après", la technologie anti-pipi sauvage (Capture d'écran youtube)
"Avant-après", la technologie anti-pipi sauvage (Capture d'écran youtube)
Dans le quartier de Sankt Pauli, à Hambourg, les façades revêtent une couleur jaunâtre, tandis que dans les rues flotte une odeur d'ammoniaque. La faute à une joyeuse ébriété, conjuguée à une baisse d’inhibition chez les fêtards, dont beaucoup finissent par se soulager en plein air.

Habitants et agents immobiliers de la cité hanséatique ont décidé d'entrer en lutte contre ces pratiques. En plus d'avoir créé un blog, sobrement intitulé "On vous pisse à la raie", ils ont érigé panneaux et affiches pour prévenir les rinceurs. "Ne pissez pas ici ou c’est retour à l’envoyeur."

L'ARROSEUR ARROSÉ
 
En d’autres termes, ils vous recommandent chaudement de trouver des toilettes, car si vous urinez contre un mur, vous pourriez vous retrouver aspergé par votre propre urine.

Des pans de murs du quartier Sankt Pauli ont en effet été enduits de peinture hydrophobe. Cette dernière a la particularité de repousser tout liquide aqueux, dont l'urine, en provoquant des éclaboussures sur les chaussures de ces messieurs.

Cette peinture miraculeuse a pour nom Ultra-Ever-Dry. Développée par l’entreprise américaine homonyme en 2012, elle peut faire l'objet de divers usages, comme le montrent de nombreuses vidéos mises en ligne par des makers. À en croire ces derniers, après avoir été enduits de cette super-lotion, même des mouchoirs en papier ou appareils électriques ressortent secs d’un aquarium.

Si pour l'heure, seuls quelques murs de Sankt Pauli ont été aspergés de cette peinture, les activistes du quartier, soutenu par une agence de publicité ayant choisi l'anonymat, comptent bientôt s'attaquer "aux coins les plus arrosés du quartier".

Une facture salée

Pour protéger sa maison contre les "pisseurs sauvages", comme ils les appellent, tout habitant peut contacter le collectif. Le répulsif miracle n'est cependant pas donné : pour une surface de six mètres carré, comptez 500 euros. Un ratio que les porte-parole du projet souhaitent réduire en négociant une "remise exceptionnelle" pour toute personne du quartier. D'autant que le spray regorge de multiples possibilités : en plus de rejeter l'urine, il rendrait également impossible tout graffiti. 


Lara Charmeil
Journaliste à We Demain
@LaraCharmei l

D'autres propriétés de la peinture hydrophobe dans cette vidéo :




Abonnez-vous à notre newsletter et, en cadeau de bienvenue, accédez à notre Ebook WE DEMAIN




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE