Rss
 
Tech-Sciences

Des librairies 2.0 pour connecter l’Afrique

Rédigé le 22 Juillet 2013 | Lu 1244 fois


Rendre accessible la lecture en imprimant des livres à la demande, tout en donnant accès au Net, le tout sans subvention extérieure. C'est l’ambition de Librii, un prototype de librairie numérique qui pourrait révolutionner l'accès au savoir dans les pays émergents.


Le complexe Librii. Crédits : Gensler
Le complexe Librii. Crédits : Gensler
Pour ceux qui oeuvrent à améliorer la situation en Afrique, donner accès à la culture et à l’éducation est un leitmotiv. Seulement, les livres envoyés par les ONG aux populations de ce continent en mouvement sont parfois inadaptés et vite dépassés. De même, lorsque l'on s'éloigne des côtes, l’accès à Internet reste encore compliqué. Librii, « un réseau de librairies augmentées, communautaires et rémunératrices », s’attaque à ce double problème de façon innovante.
 
Librairie 2.0
 
Librii est une librairie un peu spéciale. Lorsqu’elle arrive quelque part en kit, ses rayons sont entièrement vides. Mais, une fois montée, dans une pièce adjacente, on trouve un accès cablé à Internet pour télécharger le livre dont on a besoin… et une imprimante pour le fabriquer ! Tout l’intérêt du concept est donc de permettre aux usagers locaux d’imprimer ce dont ils ont besoin. Il s'agit de « faire se rencontrer l’information et les besoins des communautés locales », explique David Dewane, la tête pensante du projet.
 
À la fois bibliothèque, café Internet, imprimerie et salle de cours, Librii se veut un lieu de production et de diffusion du savoir qui s’appuie sur l'essor du web en Afrique : entre 2003 et 2013, la part de la population y ayant accès est passée de 1 à 15 %. La récente mise en service du câble ACE (Africa Coast to Europe) a permis de relier la plupart des pays de la côte Ouest au haut débit. Un peu partout, les cafés Internet fleurissent. Conséquence, malgré un important retard de développement, malgré des réseaux encore trop lents, les Africains sont de plus en plus connectés.

La bibliothèque Librii. Crédits : Gensler
La bibliothèque Librii. Crédits : Gensler
Business model

Les instigateurs de cette librairie 2.0 visent un objectif : l’autosuffisance économique. « Pas pour s’enrichir », précise David Dewane, mais « pour de ne pas dépendre de financements gouvernementaux ou caritatifs ». Cet architecte de formation se revendique de la pensée du philanthrope américain Andrew Carnegie. Il a conçu Librii comme une franchise indépendante destinée à irradier les pays émergents sans perfusion financière extérieure. Certains services, comme l’accès au réseau aux heures de pointes, y seront donc tarifés pour garantir l'indépendance de la structure. Seule l’acquisition de la librairie nécessitera un important investissement initial, pour l'heure assuré par le crowdfundind.

Librii se fabrique à partir du container dans lequel elle est livrée.
Librii se fabrique à partir du container dans lequel elle est livrée.
Conteneur à savoir

Financée par une levée de fonds sur Kickstarter, la première librairie va être montée au Ghana. L’ensemble tient dans un simple conteneur d’expédition. Mais le plus ingénieux est que ce conteneur lui-même est utilisé pour fabriquer la librairie : ses parois métallisées deviennent les murs d’enceintes qui permettent de délimiter les différents espaces de travail !

À terme, Librii ambitionne d’ouvrir un réseau de milliers de spots connectés en Afrique et dans les pays émergents, en partenariat avec l'ONG Librarians without borders. Mais le modèle de cette librairie numérique pourrait inspirer aussi les pays développés. Alors que les circuits traditionnel de diffusion des livres ont du plomb dans l'aile, il pourrait en effet paraître plus judicieux de télécharger et de tirer certains ouvrages « à la demande », plutôt que de les imprimer loin de leurs lecteurs potentiels.

Présentation du projet en vidéo :




À lire aussi sur Wedemain.fr :

Les pionniers de l'Afrique qui gagne (Bonus photo issu du numéro 3 de Wedemain)

Des drones livreurs de médicaments en Afrique




Côme Bastin
Journaliste chez We Demain En savoir plus sur cet auteur


À lire dans la même rubrique :
< >

Vendredi 22 Août 2014 - 12:56 Le tatouage qui transforme la sueur en énergie


Inscription à la newsletter

Entrez dans We Demain n° 7 !




@WeDemain Tweets
Élysée : Une imprimante 3D pour la #rentree_2014 : démonstration devant le président @fhollande et @najatvb https://t.co/BAs5zQIWap #Vine
Mardi 2 Septembre - 11:18
révélateurdesign : Ne plus acquérir un objet mais sa manière de le fabriquer et son mode d'emploi. Merci @WeDemain pour l'article !
Vendredi 29 Août - 12:12
L'ÉCHAPPÉE VOLÉE : Et si votre vieux portable pouvait sauver la forêt ? On adore la solution de @RainforestCx http://t.co/1AlbOfXmot via @WeDemain
Jeudi 28 Août - 11:56
Lieben&Leben : Lier l'utile à l'agréable : l'art pour accompagner la transition énergétique http://t.co/qCMFwxjnCS http://t.co/UFCXSh4jTT via @WeDemain
Mercredi 20 Août - 21:27
FAIR[e] : En #Inde ce sont les #agriculteurs qui font reculer le gouvernement sur les #OGM ! @WeDemain @ElissaDen http://t.co/tHhnt1FB7H
Mardi 19 Août - 15:00
Allan Floury : Des agriculteurs indiens font reculer le gouvernement sur les #OGM ! #Monsanto #Victoire #Indépendance http://t.co/dsExGiuIdF @WeDemain
Mardi 12 Août - 12:23