Des voitures autonomes sur les routes françaises en 2015

Par I Publié le 2 Octobre 2014

Le ministre de l'Économie a annoncé que les premiers véhicules autonomes rouleraient à titre expérimental en France dès janvier 2015. Plus d'un milliard d'euros seront investis par l'État pour « inventer la voiture de demain. »


Ne vous étonnez pas si, d'ici quelques mois, vous croisez des voitures dont le volant tourne sans la moindre action du conducteur. Dans une interview aux Échos le 1er octobre, le ministre de l’Économie Emmanuel Macron a réaffirmé que des véhicules autonomes seraient expérimentés sur les routes françaises dès 2015. « Les essais vont commencer au premier trimestre », confirme-t-on au ministère.

Une modification règlementaire a du être adoptée pour permettre la circulation de ces véhicules autonomes, qui porteront une plaque d’immatriculation spéciale seront pour les différencier du commun des autos. Dans un premier temps, les voitures circuleront uniquement sur des routes fermées du type périphérique, où elles ne se mêleront pas aux passants. « Progressivement, l’expérimentation sera étendue à tous les types de routes jusqu’à ce que nous laissions la voiture circuler et se garer sans personne à l'intérieur sur un parking », précise le ministère.

Made in France

Les véhicules en question seront développés grâce à un investissement d'un milliard d’euros visant à « inventer la voiture de demain » d'ici 2017, selon les mots d'Emmanuel Macron. Le véhicule autonome constitue l'un des principaux axes de ce chantier, actuellement développé dans le cadre du programme « Nouvelle France Industrielle » lancé fin 2013 par Arnaud Montebourg,

Ce plan dirigé par Carlos Ghosn, PDG de Renault/Nissan, rassemble des industriels (Renault, PSA), des fournisseurs de technologies (Dassault Systèmes, Continental) et des acteurs publics (École des Mines, Paristech, CNRS). « Stratégique pour le maintien de l'industrie et des emplois », le plan vise à positionner la France comme un leader mondial du marché de la voiture autonome, qui pèsera plusieurs milliards de d'euros d'ici dix ans.

Il s'agit aussi de rendre le véhicule autonome abordable, explique-t-on au ministère. « Les constructeurs français et européens vont progressivement intégrer les briques technologiques, comme l’intelligence artificielle et les capteurs, aux véhicules de Monsieur tout le monde. Car si on cite souvent la Google Car, elle coûte dans l’état actuel des choses autour de 70 000 euros ! »

Pas avant dix ou quinze ans

Si Carlos Ghosn estime que les véhicules autonomes pourront être commercialisés en Europe à partir de 2020, Bercy est moins optimiste. Car au delà des obstacles technologiques, quasiment résolus, c'est tout le cadre règlementaire français et européen qui devra être modifié pour permettre à ces véhicules de cohabiter avec des automobiles classiques. Il faudra aussi repenser les voies de circulation, avec la mise en place de routes intelligentes capables de communiquer avec le véhicule et de bornes de recharge électriques – 16 000 unités devraient être déployées chaque année. Au final, la voiture autonome ne devrait pas arriver en France « avant dix ou quinze ans », indique le ministère.

 
Côme Bastin
Journaliste We Demain
Twitter : @Come_Bastin


Abonnez-vous à notre newsletter et, en cadeau de bienvenue, accédez à notre Ebook WE DEMAIN




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE