Du tabac transgénique contre la rage

I Publié le 6 Février 2013

Selon une étude récente menée par l'unité d'immunologie moléculaire de l'Université de Saint-Georges à Londres, la plante du tabac, génétiquement modifiée, produit des anticorps contre le virus de la rage. Cette découverte pourrait permettre de développer un traitement peu coûteux, capable de neutraliser cette maladie qui tue chaque année plus de 55 000 personnes dans le monde, principalement en Asie et en Afrique (OMS).


Crédit photo : Flickr
Crédit photo : Flickr
On savait déjà qu'un anticorps présent chez les rongeurs, le "monoclonal murine", immunisait contre la rage. On sait désormais, selon une étude publiée par le FASEB Journal, que ce dernier serait aussi toléré par l'homme. Au sein de l'unité d'immunologie moléculaire de l'Université de Saint-Georges, à Londres, l'anticorps a été incorporé à une plante de tabac.... avec succès ! Après examen, l'anticorps issu de la plante transgénique s'est avéré efficient dans le traitement d'une large gamme de virus de la rage, les empêchant de s'attacher aux terminaisons nerveuses autour de la morsure et stoppant ainsi leur voyage jusqu’au cerveau.

Maladie transmise de l’animal à l’homme, la rage - ou zoonose virale -  est un fléau sanitaire présent dans plus de 150 pays et territoires. L'Organisation mondiale de la santé indique que plus de 95% des cas humains mortels surviennent en Asie et en Afrique. Malgré la vaccination de 15 millions de personnes dans le monde chaque année, la rage reste une maladie négligée affectant les populations pauvres et vulnérables.

Le professeur Leonard Both, de l'Université de Saint-Georges, explique qu'une « une infection due à la rage est presque à 100% fatale, comme une condamnation à mort. Produire un anticorps peu onéreux dans une plante transgénique ouvre la perspective d’une prévention ad hoc de cette maladie dans les familles à faibles revenus des pays en voie de développement ». 

Cette avancée scientifique pourrait mener à des recherches plus approfondies impliquant d'autres plantes.

Sources : Gizmag, The FASEB Journal, St George's, OMS.


Abonnez-vous à notre newsletter et, en cadeau de bienvenue, accédez à notre Ebook WE DEMAIN




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE