We Demain, une revue pour changer d'époque

Energies vertes : la Chine va dépasser l'Europe, les USA et le Japon réunis

Par le 21 Novembre 2013


Premier pollueur du monde, la Chine sera aussi leader absolu de l'énergie verte à l’horizon 2035, selon un rapport récent de l’Agence Internationale de l’Énergie.


Illustration : Sylvain Pongi
Illustration : Sylvain Pongi
« Les vieux principes du secteur de l’énergie sont en train d’être bouleversés », prévient l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE) en ouverture de son dernier rapport sur les perspectives énergétiques mondiales.
 
D’ici 2035, la Chine va consommer 27 % de l'énergie mondiale. Mais elle sera aussi selon l’organisme le principal producteur d’énergie renouvelable. Et de loin. Avec près de 2 000 Tw/h produits grâce à l’éolien, au solaire, et à ses barrages, la Chine fera plus fort qu'Europe, Japon, et USA réunis (autour de 1800 Tw/h).
 
La Chine exportatrice d’énergie ?
 
Depuis 2011, déjà, la Chine est le premier investisseur dans le secteur des énergies vertes, photovoltaïque et hydraulique en tête. Un pari hautement stratégique car, selon les projections de l’AIE, la demande mondiale en énergie renouvelable devrait croître plus vite que celle du pétrole, dont les prix ne cesseront d’augmenter.

Energies vertes : la Chine va dépasser l'Europe, les USA et le Japon réunis
Au total, la moitié de la hausse des capacités énergétiques mondiales devrait être imputable à la Chine d’ici 2035. « Les pays vont échanger leurs rôles : ceux qui importent aujourd’hui seront les exportateurs de demain », affirme l’agence.

Le fossile toujours roi

Pour autant, selon le scénario du rapport, les énergies carbonées devraient continuer à occuper le devant du marché mondial. Alors que les réserves d’or noir s’amenuisent, la demande mondiale, Chine et Inde en tête, continuera à augmenter. L’exploitation du pétrole de schiste, des sables bitumeux et des huiles extra-lourdes ira donc croissante, et les émissions de Co2 liée au secteur énergétique devraient augmenter d’au moins 30 %. Le smog pékinois a encore de beaux jours devant lui.