Grâce à ces jeunes entrepreneurs, tous les ordinateurs deviennent accessibles aux aveugles

Par Juliette Mauban - Nivol I Publié le 24 Février 2016

Avec des logiciels de retour vocal et assistance visuelle qui tiennent dans une clé USB, les deux jeunes fondateurs de Hypra veulent ouvrir l'informatique à tous les déficients visuels, mais aussi aux débutants et aux personnes âgées. Leur prochain défi : rendre ces programmes adaptables aux limites de chacun.


Jean-Philippe et Corentin (Crédits : Corentin Voiseux)
Jean-Philippe et Corentin (Crédits : Corentin Voiseux)
Tout commence en 2010, à Aix-en-Provence, dans la chambre de deux amis étudiants à Sciences Po : Jean-Philippe Mengual et Corentin Voiseux. Le premier, aveugle de naissance, prépare l’ENA. Pendant que son comparse lui lit l’histoire du droit constitutionnel à haute voix, il prend des notes à l'aide d'un clavier en braille relié à son ordinateur.

Au fil des discussions avec son ami, Corentin Voiseux réalise qu'une partie de la population est quasi exclue des ressources informatiques, devenues indispensables à la vie en société. Ce, pour des raisons matérielles (nécessaire utilisation d'un onéreux clavier en braille) ou logicielles (systèmes d'exploitation bridés ne pouvant pas intégrer de nouvelles fonctionnalités). L'envie de lutter contre ces inégalités, en ouvrant les systèmes informatiques à l'innovation citoyenne, germe alors chez Corentin Voiseux, qui poursuit ses études à HEC.


Jean-Philippe Mengual, qui est un as du logiciel libre et du code source malgré son handicap, va alors lui enseigner la solution pour faire sauter ces verrous. Ensemble, cinq ans durant, ils vont plancher sur cette question : Comment développer, au sein d'un système d'exploitation ouvert, des outils offrant un accès universel aux ressources informatiques ?

Jean-Philippe et Corentin (Crédits : Corentin Voiseux)
Jean-Philippe et Corentin (Crédits : Corentin Voiseux)

Synthèse vocale et ouverture du code source

Au cours de leurs dernières années d'études, les deux amis y consacrent tout leur temps libre. En février 2015, à Paris, ils lancent la société Hypra, une équipe d'aujourd'hui cinq personnes. Elle a développé, pour les déficients visuels, ce qu'ils ont baptisé le "SAU" (Système à accès universel). Ou un pack de logiciels qui utilisent le retour vocal (description audio de ce qui se passe à l'écran) et l'assistance visuelle (zoom, contrastes, suivi de curseur).

Ces logiciels, téléchargeables gratuitement, sont basés sur Debian, un système d'exploitation libre dérivé de Linux, qui présente l'atout d'être ouvert aux développeurs, contrairement à Windows et MacOS. Transportés sur une clé USB contenant ce système, les logiciels peuvent être installés sur n'importe quel ordinateur fonctionnant sous Windows ou Mac. Pour les moins autonomes, Hypra propose une large palette de services et d'accompagnements, que ce soit pour l'installation, les mises à jour, les résolutions de bugs... mais aussi des cours particuliers d'informatique à 90€ l'heure.


C'est ainsi que Hypra espère permettre l'accès à l'informatique à tout un chacun, que ce soit les handicapés qui se retrouvent à même de travailler depuis n'importe quel lieu public (cyber café, bibliothèque, université...), à partir d'un clavier et d'une souris classique, ou les débutants qui se retrouvent sensibilisés au choix éthique d'un logiciel libre. Depuis le lancement d'Hypra, plus d'une vingtaine d'aveugles ont déjà fait le choix d'utiliser le "SAU", et ont vu s'améliorer leur accès aux ressources informatiques.

L'équipe d'Hypra au complet (Crédits : Corentin Voiseux)
L'équipe d'Hypra au complet (Crédits : Corentin Voiseux)

Autant de déclinaisons que de degrés de malvoyance

Mais Jean-Philippe Mengual et Corentin Voiseux n'entendent pas s'arrêter là. Il travaillent désormais à rendre leur suite logicielle 100 % personnalisable, en fonction du degré de handicap. Et ainsi proposer un système facilement adaptable aux déficiences physiques de son utilisateur, en particulier de vision, tout en veillant au respect de sa vie privée.
 
"Notre difficulté, en ce moment, c’est de décliner les fonctions Hypra en autant de versions qu'il existe de types de malvoyance".

Déjà, Hypra propose un accompagnement personnalisé aux aveugles, malvoyants, personnes âgées ou débutants. Il consiste à paramétrer le système en fonction des besoins de l'utilisateur. Ces services, qui ont valu à la société l'obtention de l'agrément d'entreprise solidaire d'utilité sociale (ESUS), permettent à la petite équipe de se rémunérer, en complément des revenus issus de la vente d'un PC sur lequel Debian et le "SAU" sont pré-installés.

Les deux jeunes hommes espèrent ainsi faciliter la communication entre tous les publics, qu'ils soient valides ou handicapés, experts ou débutants. En totale indépendance des géants mondiaux de l'informatique.


Abonnez-vous à notre newsletter et, en cadeau de bienvenue, accédez à notre Ebook WE DEMAIN




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE