L'environnement, ce secteur où les inégalités salariales homme-femme n'existent (presque) pas

Par I Publié le 4 Mars 2016

Une étude parue début mars révèle que ce secteur en pleine croissance est moins machiste que les autres : la différence salariale entre homme et femme n'y est "que" de 3 %... Contre 21 % en moyenne.


Image d'illustration (Crédit :  Ed Gregory/Pexabel)
Image d'illustration (Crédit : Ed Gregory/Pexabel)
L'égalité salariale entre hommes et femmes ? Il y a encore du travail ! En 2016, en France, cette différence est encore de 21 %. Un chiffre qui ne manquera pas d’être mis en avant par le tissu associatif lors de la journée internationale des droits de la femme le 8 mars, dont cette édition s'intitule : "Planète 50-50 d’ici 2030 : franchissons le pas pour l’égalité des sexes"

Mais une étude menée par le cabinet de recrutement Birdeo, spécialisé dans les métiers du développement durable et de la RSE, révèle qu’un ensemble de métiers est moins machiste que les autres. Il s’agit du… développement durable. Selon cette enquête, menée auprès de 650 salariés de la filière, les cadres françaises n’y seraient payées "que" 3 % de moins que leurs collègues masculins.
 


Image d'illustration (Crédit : Geralt/Pixabay)
Image d'illustration (Crédit : Geralt/Pixabay)
Qu’elles soient consultantes en stratégie et transformation, "responsables achats responsables" (ça ne s’invente pas !) ou encore directrices opérationnelles, les femmes seraient particulièrement attirées par un secteur qui fait "figure d’avant-garde" en matière d’égalité des sexes.

Selon Caroline Renoux, fondatrice de Birdeo, elles expliquent y "trouver du sens et des valeurs", mais également une "absence de routine, une ouverture vers l’extérieur et, bien sûr, une utilité".

De manière plus globale, "les hommes et les femmes cadres du développement durable et de la RSE touchent en moyenne 1,49 K € de salaire annuel brut par année d’âge", précise l’étude, qui dresse par ailleurs un large portrait d’un secteur en pleine croissance et en pleine diversification. Parmi les sondés, plus de 500 métiers ont ainsi été mentionnés. 52 % d’entre eux sont en outre de l’avis qu’à l’horizon 2030, ces métiers auront imprégné tous les secteurs existants. 







WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE