Newsletter
 
Planète

L'île qui veut désaliniser l’eau de mer grâce aux vagues

Rédigé le 2 Septembre 2013 | Lu 2168 fois


Une entreprise Australienne projette de construire une centrale de désalinisation auto-alimentée, grâce à l'énergie des vagues. Une technologie qui vient réaffirmer le potentiel mondial de l'énergie houlomotrice.


La houle au large de l'île de Ré
La houle au large de l'île de Ré
Désaller l’eau de mer et capter l’énergie des vagues : deux idées séduisantes, dont on entend parler depuis longtemps, mais qui peinent à se concrétiser... Pour la première, c’est le coût en énergie, trop élevé, qui semble faire obstacle au développement de centrales de désalinisation. Pour la seconde, c’est le rendement, trop faible, qui cantonne l'exploitation de l'énergie marine à un niveau encore trop anecdotique.
 
En Australie, l’entreprise Carnegie Wage Energy vient peut-être de trouver la solution. Elle projette d’ouvrir la première centrale de désalinisation entièrement alimentée… en captant l’énergie des vagues. Elle se dit capable de séparer l’eau du sel sans recourir à aucune autre source extérieure. Et de rendre l’île de Garden Island, où elle est installée, auto-suffisante en eau potable, mais aussi en électricité.

Les capteurs sous-marins pourront laisser les surfeurs australiens profiter des vagues
Les capteurs sous-marins pourront laisser les surfeurs australiens profiter des vagues
Baptisée « CETO  », du nom de la divinité maritime grecque, la technologie brevetée fait appel à des flotteurs sous-marins mis en mouvement par l’énergie de la houle. Ceux-ci transmettent l’énergie dégagée à des pompes situées au fond de l’océan, qui alimentent des turbines terrestres. Sur les côtes de l’Île de la Réunion, EDF teste déjà le dispositif qui fournit quelque 150 kilowatts aux habitants. Mais il pourrait générer des quantités d’énergie bien plus importantes s’il était déployé sur de plus grandes surfaces.
 
Carnegie Wave veut faire du projet Australien une vitrine. Les pays pratiquant la désalinisation de l'eau de mer restent certes peu nombreux, mais n'ayant pour l'instant d'autre choix que d'opérer à grand renfort d'hydrocarbures (à l'image de l'Arabie Saoudite), certains pourraient décider d'investir dans cette brèche 100 % renouvelable si elle devient compétitive.




Côme Bastin
Journaliste chez We Demain En savoir plus sur cet auteur


À lire dans la même rubrique :
< >

Ne manquez aucune info We Demain, INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

Entrez dans We Demain n° 7 !




@WeDemain Tweets
WE DEMAIN : Des Water Cops et un hashtag veulent lutter contre le gaspi en Californie http://t.co/5FPwPRBNwm http://t.co/MYsfMvpDGU
Jeudi 18 Septembre - 18:44
WE DEMAIN : On dirait que @fhollande a lu notre prochain dossier sur la France ! #ConfPR http://t.co/BJhgU73ziE
Jeudi 18 Septembre - 17:54
WE DEMAIN : OpenStreetMap : l'alternative à Google Maps fédère 1,6 million de cartographes : http://t.co/2IVTx07Nwt @OSM_FR #OSM http://t.co/GbvRHYDBXZ
Jeudi 18 Septembre - 16:10
WE DEMAIN : Les français et le développement durable : typologie des consommateurs avec @Greenflex @Ethicity_FR #enquete http://t.co/XuTysR4Eij
Jeudi 18 Septembre - 09:15
WE DEMAIN : A Boston, des bancs peuvent vous servir à recharger votre téléphone http://t.co/FUrdaEbdK0 http://t.co/EjZXBPSwYq
Mercredi 17 Septembre - 16:46
WE DEMAIN : RT @francoissiegel: Déjeuner avec Caroline Verdi @VDCom_ #nouveauxprojets #soon http://t.co/vGc599tY0Z
Mercredi 17 Septembre - 15:47