L'oeil bionique, un espoir pour des millions d'aveugles et de malvoyants

À lire dans la revue

Par Guillaume d'Alessandro I Publié le 10 Décembre 2015

La cécité n’est plus une fatalité ! Avec le développement d'œils bioniques, deux sociétés – l’une française, l’autre suisse – ont déjà permis à des patients de recouvrer partiellement la vue.


L'oeil, cet organe complexe est à la fois un objectif, au sens photographique du terme, et un convertisseur électronique (Crédit : Pixabay/Unsplash)
L'oeil, cet organe complexe est à la fois un objectif, au sens photographique du terme, et un convertisseur électronique (Crédit : Pixabay/Unsplash)
Tout a commencé avec le fauteuil. Au début, ma mère s’asseyait à bonne distance du téléviseur, pour ne pas être éblouie par l’écran. Puis, petit à petit, au fil des ans, le fauteuil s’est rapproché, jusqu’à presque se coller au poste. Ma mère s’est aperçue qu’elle voyait moins bien sur les côtés.

Elle a eu l’impression de voir dans un cercle qui se rétrécissait. Le portail du garage, assez étroit, fut fatal aux ailes de sa voiture. Le diagnostic est venu : elle souffre d’une dégénérescence maculaire liée à l’âge. Alors je l’ai accompagnée à la clinique du Landy, perdue dans le dédale des rues de Saint-Ouen, près du marché aux puces. Elle va subir une injection qui va stabiliser sa vue – mais pas la guérir. Qui va réussir à fabriquer un œil neuf pour ma maman ?

À Paris, un joyeux groupe de sept touristes s’esbaudit devant la tour Eiffel. Tous portent d’étranges lunettes qui ressemblent à un masque de plongée design. Que se disent-ils ?  "Elle clignote, là… Ça fait un bail que je ne l’ai pas vue, la tour. " "Qu’est-ce que c’est agréable de marcher sans canne ! Cela me fait pousser des ailes." Leur émerveillement continue dans Paris : "Tiens, c’est cela les colonnes de Buren ? Je les distingue bien malgré la nuit. " "Alors la voilà, la grande roue des Tuileries ? Vraiment grande !" "C’est formidable, je suis une astronaute…"

L’œil bionique, un rêve de science-fiction devenu réalité depuis dix-huit mois

Venus du monde entier, tous sont aveugles depuis plus de vingt ans mais ont gardé une mémoire de la vision. Le plus jeune a 28 ans. Le plus âgé est septuagénaire. Ils expérimentent depuis dix-huit mois un rêve de science-fiction devenu réalité : l’œil bionique. Plus précisément le système de restauration de la vision Iris, développé par Pixium sur le principe de la reconstruction de la mémoire visuelle.

Près de la Bastille, à deux pas de l’hôpital des Quinze-Vingts, spécialisé dans les affections de la vue, Khalid Ishaque, la cinquantaine, me reçoit dans les locaux de Pixium Vision, la société créée en 2011 dont il est le directeur général. Sa chevelure gris souris épaisse et soyeuse rendrait fou de rage Bruce Willis.

"J’ai grandi avec “Star Trek” et le personnage joué par Geordi La Forge, qui porte d’étranges lunettes et le feuilleton L’Homme qui valait trois milliards. L’homme bionique, déjà… " me confie-t-il... Retrouvez la suite de cet article dans We Demain n°12

Guillaume d'Alessandro



Abonnez-vous à notre newsletter et, en cadeau de bienvenue, accédez à notre Ebook WE DEMAIN




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE