Le banc connecté qui recharge votre smartphone

Par Fiona Guitard I Publié le 10 Septembre 2014

Conçu par deux ingénieurs du MIT et un designer d’Harvard, le banc Soofa permet aux habitants de Boston de recharger leurs batteries grâce à des panneaux solaires intégrés à sa structure.


Sandra Richter, Nan Zhao, Jutta Friedrichs sur un Soofa © Soofa
Sandra Richter, Nan Zhao, Jutta Friedrichs sur un Soofa © Soofa
Téléphone portable HS alors qu’un appel important est attendu ? Demain, il vous suffira peut-être d'une courte pause à l'ombre d'un arbre pour régler le problème. Grâce à des ports USB integrés, le banc Soofa permet de s’asseoir et de brancher ses appareils électroniques en plein milieu d’un parc.

Le but premier de Sandra Richter et Nan Zhao, ses créatrices, était d’adapter la ville à la génération actuelle et aux générations futures, en alliant nouvelles technologies et respect de l’environnement. Fonctionnant à l’énergie solaire, le dispositif est aussi doté de capteurs sensoriels qui envoient constamment des données au site web du Soofa. Objectif : savoir en temps réel quels bancs sont disponibles sur une carte interactive mais aussi si la température près du banc est agréable. Le banc connecté transmet également le niveau de pollution de la ville à une plateforme web.
 
Sandra Richter et Nan Zhao se sont rencontrées à la prestigieuse université du MIT, située à Cambridge près de Boston dans le Massachussetts. Elles recrutent par la suite Jutta Friedrichs, pour ses compétences en design, afin de rendre le banc plus attractif. Elles ont créées l’entreprise Changing Environments afin de pouvoir développer le Soofa. Elles présentent leur entreprise de la manière suivante : « Plus de la moitié de la population mondiale vit un style de vie urbain. On est tout le temps connectés, et partout. Notre valeur fondamentale est d’aider les villes, les campus, les entreprises, à mettre à jour leurs innovations urbaines pour les générations actuelles et futures. »

« Pourquoi un banc ne servirait-il qu’à s’asseoir ? »

Le maire de Boston, Martin J. Walsh, a validé le concept : « votre téléphone ne sert pas qu’à téléphoner, pourquoi un banc ne servirait-il qu’à s’asseoir ? » Barack Obama a également testé le Soofa. En juin dernier s’est tenue la première journée d'une Maker Faire (festival de makers), à la Maison Blanche. Le président Obama, qui a tenu à rendre hommage à ceux qui inventent le futur en faisant avancer la technologie, les y a rencontrées. « J’étais honorée, raconte Richter. Quand je nous ai inscrites je n’imaginais pas rencontrer le Président Obama. C’était agréable de voir qu’il a la même vision que nous sur l’open data et sur la pérennité du développement durable ». À ces deux éléments, Richter en ajoute un troisième essentiel, le Soofa doit être social : « On veut créer un endroit où les gens peuvent se retrouver, une sorte de point de rencontre ».
 
Dix Soofa ont déjà été installés dans les parcs et terrains de jeux de Boston. D’autres villes des États-Unis ont passé commande de ce mobilier urbain et devraient être livrées en avril 2015.

Fiona Guitard
Journaliste

@FionaGtrd



Abonnez-vous à notre newsletter et, en cadeau de bienvenue, accédez à notre Ebook WE DEMAIN


DÉCOUVREZ WE LIFE PAPIER by WE DEMAIN LA REVUE




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE