Newsletter
Cultures

Le premier film écrit par une intelligence artificielle

Rédigé le 5 Juin 2013 | Lu 3076 fois


Le réalisateur Chris R. Wilson a mis au défi le programme Cleverbot "d'imaginer" un scénario. Son court métrage révèle les progrès que devra encore accomplir la machine pour atteindre les capacités créatives de l'homme.


Capture d'écran du film "Do you love me". (DR)
Capture d'écran du film "Do you love me". (DR)
Connaissez-vous Cleverbot ? Lancé en 1997, ce programme accessible sur Internet s'appuie sur l'intelligence artificielle pour tenir de véritables conversations avec l'être humain. Après plusieurs améliorations, Cleverbot est parvenu en 2011 à passer le test de Turing, qui consiste à évaluer le « degré de vraisemblance » d'une discussion, en étant perçu comme un humain par plus de la moitié d'un échantillon de 1 334 personnes. Plus récemment, un cinéaste américain a décidé de pousser le programme un plus loin dans ses retranchements, en lui demandant d'écrire un scénario de film !

« Tuer Harry potter »

Chris Wilson - c'est son nom - n'a eu qu'à s'installer devant son ordinateur et à lancer la conversation. Guidé et interrogé par le réalisateur à travers diverses situations, Cleverbot a alors fourni les dialogues de chaque scène. Le résultat ? Un court métrage de trois minutes, qui reprend de façon raccourcie la conversation entre l'homme et la machine. Une vague idylle forestière entre un héros baptisé « Estomac » et la blonde « Prometheus », confrontés à un inévitable méchant prénommé « Robert ».

« Estomac »

La suite est plutôt loufoque, voire à la limite du compréhensible, comme lorsque Cleverbot affirme que « le plus grand scandale » serait... « de tuer Harry Potter ». Car si le programme sait ingurgiter et analyser l'ensemble des réponses de son interlocuteur, il s'illustre par une forte propension au hors-sujet lorsque la conversation prend un ton plus abstrait. S'il n'exploite pas ici toutes les potentialités qu'offre l'intelligence artificielle, Chris R. Wilson n'en démontre pas moins que la création artistique devrait rester l'apanage de cerveaux humains pour quelques années encore... Les résultats de son expérience ont néanmoins leur petit succès, puisque 300 000 internautes les ont déjà visionnés sur YouTube.

Visionner Do you love me, de Chris R. Wilson



À lire dans la même rubrique :
< >

Mardi 21 Octobre 2014 - 12:17 Peut-on faire de l'art avec un iPhone ?


Ne manquez aucune info We Demain, INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

Entrez dans We Demain n° 8 !



@WeDemain Tweets
WE DEMAIN : RT @MauryAlexia: Soirée Le Jour J sur le journalisme participatif #LJJ14 avec @WeDemain @LeQuatreH et @streetpress
Mercredi 22 Octobre - 20:50
WE DEMAIN : RT @Bpifrance: Comment la France veut redevenir le 2e exportateur alimentaire mondial http://t.co/RfbolhylkS @Challenges #export
Mercredi 22 Octobre - 19:24
WE DEMAIN : Une fillette virtuelle envoie un pédophile en prison http://t.co/XTk4GOYFpU http://t.co/yBADJEIDY3
Mercredi 22 Octobre - 15:58
WE DEMAIN : Le rédac chef adjoint de @WeDemain intervient au #WFL14 à la conf "Ressources de la mer, cmt les exploiter durablemt?"http://t.co/AuZG804V2z
Mercredi 22 Octobre - 13:10
WE DEMAIN : La Chronique @WeDemain sur @laRadioNova : Plongée au salon de l'impression 3D http://t.co/FReQPnxGLG http://t.co/LEIP6d4bJT
Mercredi 22 Octobre - 12:00
WE DEMAIN : RT @edmathieu: Et si on imprimait et empilait *toutes* les photos publiées sur Instagram en 1 an ? http://t.co/A8JL3xyhna http://t.co/r6MVm…
Mardi 21 Octobre - 15:50