wedemain







WE DEMAIN : Retrouvez la chronique @WeDemain sur @franceinfo ! Les expatriés du réchauffement climatique : http://t.co/wKe4333CbW http://t.co/KUbf7hflQ6
Mardi 22 Avril - 15:02
WE DEMAIN : @GreenUpFilmEn : concours de 10 docus environnementaux à visionner gratuitement en ligne ! http://t.co/kmBuU68Ha9 http://t.co/7n6UjVHJx2
Mardi 22 Avril - 12:53
WE DEMAIN : "We Will code DNA like We code software" Ellen Jorgensen, du biohackerspace @genspacenyc au @hellotmrc #hellotmrc #diy
Vendredi 18 Avril - 17:21
WE DEMAIN : @WeDemain au @hellotmrc sur le #diy avec @lapaillasse , @arduino , @genspacenyc http://t.co/WCCOoGNRLQ
Vendredi 18 Avril - 16:12
WE DEMAIN : Grey Phone, le smartphone de Google qui se monte comme un Lego : http://t.co/Ha6v16s45V http://t.co/0kVluCDzBr
Vendredi 18 Avril - 10:43
WE DEMAIN : Une autoroute fluo écolo se prépare aux Pays-Bas et préfigure la route intelligente de demain http://t.co/APWNAKSGLM http://t.co/82ryIfqpUH
Jeudi 17 Avril - 12:50

Le premier film écrit par une intelligence artificielle

Rédigé par La rédaction le Mercredi 5 Juin 2013 à 18:30 | Lu 2985 fois

Le réalisateur Chris R. Wilson a mis au défi le programme Cleverbot "d'imaginer" un scénario. Son court métrage révèle les progrès que devra encore accomplir la machine pour atteindre les capacités créatives de l'homme.


Capture d'écran du film "Do you love me". (DR)
Capture d'écran du film "Do you love me". (DR)
Connaissez-vous Cleverbot ? Lancé en 1997, ce programme accessible sur Internet s'appuie sur l'intelligence artificielle pour tenir de véritables conversations avec l'être humain. Après plusieurs améliorations, Cleverbot est parvenu en 2011 à passer le test de Turing, qui consiste à évaluer le « degré de vraisemblance » d'une discussion, en étant perçu comme un humain par plus de la moitié d'un échantillon de 1 334 personnes. Plus récemment, un cinéaste américain a décidé de pousser le programme un plus loin dans ses retranchements, en lui demandant d'écrire un scénario de film !

« Tuer Harry potter »

Chris Wilson - c'est son nom - n'a eu qu'à s'installer devant son ordinateur et à lancer la conversation. Guidé et interrogé par le réalisateur à travers diverses situations, Cleverbot a alors fourni les dialogues de chaque scène. Le résultat ? Un court métrage de trois minutes, qui reprend de façon raccourcie la conversation entre l'homme et la machine. Une vague idylle forestière entre un héros baptisé « Estomac » et la blonde « Prometheus », confrontés à un inévitable méchant prénommé « Robert ».

« Estomac »

La suite est plutôt loufoque, voire à la limite du compréhensible, comme lorsque Cleverbot affirme que « le plus grand scandale » serait... « de tuer Harry Potter ». Car si le programme sait ingurgiter et analyser l'ensemble des réponses de son interlocuteur, il s'illustre par une forte propension au hors-sujet lorsque la conversation prend un ton plus abstrait. S'il n'exploite pas ici toutes les potentialités qu'offre l'intelligence artificielle, Chris R. Wilson n'en démontre pas moins que la création artistique devrait rester l'apanage de cerveaux humains pour quelques années encore... Les résultats de son expérience ont néanmoins leur petit succès, puisque 300 000 internautes les ont déjà visionnés sur YouTube.

Visionner Do you love me, de Chris R. Wilson