wedemain







WE DEMAIN : "We Will code DNA like We code software" Ellen Jorgensen, du biohackerspace @genspacenyc au @hellotmrc #hellotmrc #diy
Vendredi 18 Avril - 17:21
WE DEMAIN : @WeDemain au @hellotmrc sur le #diy avec @lapaillasse , @arduino , @genspacenyc http://t.co/WCCOoGNRLQ
Vendredi 18 Avril - 16:12
WE DEMAIN : Grey Phone, le smartphone de Google qui se monte comme un Lego : http://t.co/Ha6v16s45V http://t.co/0kVluCDzBr
Vendredi 18 Avril - 10:43
WE DEMAIN : Une autoroute fluo écolo se prépare aux Pays-Bas et préfigure la route intelligente de demain http://t.co/APWNAKSGLM http://t.co/82ryIfqpUH
Jeudi 17 Avril - 12:50
WE DEMAIN : BHV, Leroy-Merlin, La Poste... Comment les marques s'emparent de l'impression 3D : http://t.co/zAoDyCL0oT http://t.co/CqLbMI1xJR
Mercredi 16 Avril - 16:39
WE DEMAIN : L'économie collaborative est au @OuiShareFest : 3jours de conf, co-création et bonne humeur! http://t.co/VHna7diYh6 http://t.co/zU2sDnr4nM
Mardi 15 Avril - 16:21

Le premier insecte-cyborg bientôt commercialisé

Rédigé par le Vendredi 25 Octobre 2013 à 11:26 | Lu 3298 fois

En greffant des électrodes aux antennes d'un insecte, une entreprise a réussi à créer le premier cyborg contrôlable via smartphone. Une invention polémique, à la frontière du vivant et de la machine.


Le premier insecte-cyborg bientôt commercialisé
Après en avoir lancé une version bêta, l’entreprise Backyard Brains commercialisera début novembre le premier être vivant robotisé. Le pionnier en question est un cafard, fusionné avec un circuit électronique, qui pourra être télécommandé par une application smartphone. Il faudra débourser 75 euros pour se le procurer.

Pour contrôler RoboRoach, des mini électrodes sont greffées aux antennes qui lui servent à se repérer dans l’espace. De petites décharges électriques donnent à l’insecte l’illusion de rencontrer un obstacle, et l’obligent à changer de direction. En reliant le générateur électrique au téléphone via un réseau sans fil, il est alors possible de forcer le pauvre cafard à tourner à droite ou à gauche.
 
Le dispositif ne fait (mal)heureusement pas illusion très longtemps. Au bout d’une dizaine de secondes, l’insecte, paniqué, finit par comprendre que son cerveau le dupe. Il réagit de moins en moins bien aux ordres du téléphone. Reste alors à lui enlever son armure électronique et à le laisser se reposer. Quelques jours plus tard, il est possible de recommencer l’opération, en plongeant préalablement le cafard dans de l’eau gelée pour l’anesthésier, avant de poncer sa carapace et d’y coller les électrodes.

[Vidéo] Présentation de RoboRoach sur Kickstarter

Les bienfaits pédagogiques supposés de la stimulation électrique d’invertébrés ne vont cependant pas sans soulever des questions éthiques. En témoigne la longue foire aux questions sur le site de RoboRoach. On y apprend (entre autre) que les insectes ne ressentent pas la douleur, et que plutôt qu’un jouet, ce cyborg serait « un formidable outil pour s’initier aux neurosciences, à l’apprentissage, et à l’électronique ».
 
Financé sur Kickstarter, le projet a été présenté lors d’une conférence TedX à Detroit. Ses deux ingénieurs ont alors du faire face à un philosophe et un éthologue qui critiquaient « une manière de considérer des organismes vivants complexes comme des machines-outils ». D’autres chercheurs de la North Carolina State University ont pour leur part estimé ces cyborgs utiles en cas de catastrophe, pour leur capacité à arpenter les terrains accidentés.