Le radiateur de la troisième révolution industrielle

I Publié le 15 Septembre 2014

Un ingénieur français a inventé un chauffage gratuit, qui produit en même temps de la puissance de calcul revendue à des entreprises. Une petite révolution économique, écologique et sociale en puissance.


Le chauffage représente la première source des dépenses énergétiques des ménages en France, soit 70% de leur budget énergétique en 2013. Paul Benoît, ingénieur polytechnicien, pourrait bien mettre un terme à cette situation. Son entreprise, Qarnot Computing, commercialise Q Rad, un chauffage capable de révolutionner deux filières cruciales pour notre société : celle du chauffage et celle des centres de données, ou data centers, qui regroupent des centaines de serveurs indispensables à l’informatique.    


Du chauffage gratuit

Et si, au lieu d'entasser les serveurs informatiques dans des centres de données qu'il faut ensuite refroidir, on les répartissais chez les particuliers et dans les entreprises ? La chaleur dégagée par la puissance de calcul des machines servirait alors à chauffer les intérieurs. Au lieu d'être gâchée, la température produite par les serveurs – le déchets des calculs – serait donc recyclée dans une logique d'économie circulaire.

 

Du gagnant-gagnant : d'abord pour le consommateur qui allège ainsi sa facture de chauffage avec Q Rad ; pour les entreprises qui ont ainsi accès à une puissance de calcul jusqu'à quatre fois moins chère que celle des data-centers dont il faut financer l'entretien, le refroidissement, et les locaux. De quoi démocratiser l'accès à une puissance de calcul encore réservée aux grandes entreprises.

 

Pour l'instant, Qarnot Computing a testé son système sur des sites pionniers : des logements sociaux à Balard (Paris) et dans une école d'ingénieurs Télécom Paris Tech. Et d'ici trois ou quatre ans, le système pourrait se généraliser aux particuliers.


Production décentralisée

Une innovation bienvenue quand on sait que la facture annuelle moyenne de chauffage des français est de 1660€. Ce n’était pourtant pas le souci premier de son inventeur, qui planche depuis 2003 sur une alternative aux data centers. Devenus indispensables à l’ère d’internet, ces immenses entrepôts concentrent des milliers d’ordinateurs qui stockent et traitent l’information numérique. Des ordinateurs qu'il faut alimenter, mais aussi refroidir : l'ensemble consomme chaque année 2% de l’énergie mondiale. « De quoi chauffer la France entière », lance Paul Benoît. Entre autres inspirations, il cite l'économiste américain Jeremy Rifkin et sa troisième révolution industrielle, puisque chaque foyer aurait un mini data center chez lui pour une production plus intelligente et décentralisée.  


Plus d'informations sur le site de Qarnot Computing .

Pour aller plus loin, les trois reportages de Médiapart « l’envers des data centers   » réalisés en Août 2014.

Ce sujet a été repéré lors de la soirée Sparknews  "Les médias, acteurs de changement" dans le cadre du Forum Mondial Convergences. 


* AJOUT : Suite aux nombreuses interrogations quant au fonctionnement de Q Rad en été, nous vous faisons part de la réponse de l'entreprise : 
 

"L'occupant peut toujours éteindre ses Q.rads ou régler la puissance de chauffage à l'aide du thermostat. En outre, le Q.rad dispose d'un mode "été" permettant de réduire très fortement la chaleur produite tout en délivrant une puissance de calcul utile. En mode "été", la chaleur dégagée par le Q.rad n'est pas perceptible puisqu'il consomme alors l'équivalent d'un ordinateur portable.

Par ailleurs, Qarnot équilibre son parc avec des lieux de déploiement propices au maintien d'une puissance de calcul en mi-saison et en été : écoles, universités, entreprises fermées l'été, zones de montagne.

Ainsi, Qarnot computing garantit une puissance de calcul importante toute l'année pour les besoins de ses clients."  


Laura Cuissard
Journaliste 
@faisonsenvie


Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

29.Posté par Gilles le 08/05/2015 23:31
Le coût de la consommation électrique du bidule qui chauffe est remboursé à l'habitant. Donc, le chauffage produit par le bidule est gratuit.

Pas besoin de déranger Lavoisier, il suffit de consulter le site de l'exploitant.

28.Posté par LDVC@ le 06/01/2015 07:52
Aucune compétence technique sur l'électricité et l'énergie, et surtout aucune compréhension des phénomènes. Sujets non-maitrisé.

Extrait de la réponse que j'écris à un ingénieur du son qui m'a passé le lien vers cet article-ci :
«…
Si tu consommes 10€ d'électricité par jour, il est physiquement impossible de revendre plus de 10€ de temps de calcul par jour.

Cet article est vraiment n'importe quoi car : du chauffage gratuit ? qui paye mon électricité ? C'est moi. Quand je dis que les watts ne sont que du chauffage, c'est le cas encore ici. Les watts font tourner le compteur du particulier.

Les fameux appareils en veille qui ne m'inquiètent pas plus que ça sont du chauffage "gratuit" l'hiver : pas vraiment car en fait si tu as 50 watts d'appareils en veille à 365j/365j, alors les 50W chauffent exactement 50 W dans ta maison.
En revanche, la veilles des 50W est parfois perdu l'été quand tu es obligé d'ouvrir la maison car il fait trop chaud.

Tu payes ces 50W, ils ne sont pas gratuits, ces 50W de veilles seront 50 watts à chauffer en moins pour le chauffage.

Il faut comprendre le principe.

Le titre du chauffage gratuit est "accrocheur", mais archi-faux comme beaucoup de titre de presse qui nous font perdre du temps.

Et sinon, à propos de rendement : les convecteurs électriques, grille-pain ou autres convecteurs à bain d'huile ou autre ont un rendement énergétique de 100%.
Pile 100%, ni plus, ni moins.
→Si tu consommes 1000W, tu chauffes 1000W dans ta maison : dit autrement les fils électriques déplacent une énergie de 1000 joules par secondes de la centrale électrique à ta maison.

Le seul moyen d'avoir un rendement entre l'énergie payé et l'énergie restituée de l'ordre de 300%, est le chauffage par le sol (la géothermie). - Dans ce cas l'installation électrique va pomper (déplacer) la chaleur du sol. D'un point de vue bilan énergétique, rien de sorcier. (un peu comme il faut payer l'électricité du réfrigérateur qui évacue la chaleur de l'intérieur pour le mettre dehors : un réfrigérateur chauffe à l'extérieur. Et la chaleur évacué dans la maison par le réfrigérateur est du chauffage en moins à fournir par les convecteurs, mais tout se paye à l'arrivé …)
»

Faut pas mal prendre mes remarques, moi aussi quand j'étais petit j'essayais de fabriquer des moteurs perpétuels.

Mais souvent, la thermodynamque peut se résumer par :
«Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme» (Antoine LAVOISIER)

Et bonne année 2015 …
Bien cordialement,
LDVC@

27.Posté par William Bernard Freeman Pogrund le 04/01/2015 17:57
Et ne pas profiter de la puissance de calcul qu'on à a la maison ? Je suis mitigé. Surtout que plus ça va et moins les puces performantes consomment. C'est une solution à court, voir moyen terme. Mais dans 20 ou 30 ans les puces consommeront si peu et dégageront si peu de chaleur, que ce système en lui même sera obsolète. L'idée est bonne, mais aurait eue plus d'intérêt dans les années 90.

26.Posté par Pierre-jean Martin le 29/09/2014 09:57
j'en veux chez moi lol

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter





WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE