We Demain, une revue pour changer d'époque

Le zeppelin peut-il renaître de ses cendres ?

Rédigé le 12 Septembre 2013 | Lu 1677 fois

Porte-conteneur volant, hôtel céleste aux parois translucides, ou transporteur de divisions blindées... Le "Dragon Dream" développé par la compagnie Aeroscraft pourrait préfigurer le retour du dirigeable.


Le "Dragon Dream" sort de son hangar
Le "Dragon Dream" sort de son hangar
Si le mot « Zeppelin » sent la poussière, c’est qu’aucun dirigeable n’est plus utilisé depuis près de 70 ans. Le 6 mai 1937, l’incendie du Hindenburg met une fin tragique à l’âge d’or de ces monstres volants en tuant 36 personnes. Trop lents, trop vulnérables, les dirigeables sont relégués à l’histoire lorsque la seconde guerre mondiale déferle sur l’Europe. Au XXIe siècle, le ballon pourrait bien faire son come-back. Dans de gigantesques hangars, en Californie, la compagnie Aeros veut ressusciter l’engin et prétend « ouvrir un nouveau siècle d’industrie aéronautique ».
 
Ce n’est pas la première fois que la renaissance du dirigeable est envisagée. Airship Paris propose un circuit aérien récréatif au dessus des sites touristiques d’Île de France. Mais si le prototype mis au point par Aeros conserve le principe d'élévation dans le ciel grâce à un gaz plus léger que l’air, il n’a pour le reste plus grand chose à voir avec ses ancêtres. Coque en aluminium et fibres de carbone ultrafine, contrôle millimétré de la pression exercée sur l’hélium, Dragon Dream affiche des performances inégalées. Il est capable de gérer très précisément son altitude pour se poser n’importe où à la verticale en embarquant de très lourdes charges.

Vue du cockpit
Vue du cockpit
La compagnie imagine des applications surprenantes. Comme un hôtel volant, au plancher entièrement transparent, qui proposerait des croisières nocturnes au dessus des grandes métropoles. Un vaisseau de secours humanitaire qui pourrait approvisionner une ville entière dans l'urgence. Mais aussi un moyen de transport militaire, capable de déployer des régiments entiers de chars sur les terrains les plus accidentés.

Le retour du dirigeable est aussi une réponse possible à la hausse inéluctable du prix du baril de pétrole, qui rend les vols en avion de plus en plus couteûx. Délivré de cette contrainte, le dirigeable pourrait d'abord servir de « cargo aérien » pour les échanges de marchandises. Un véhicule plus écologique, plus économique, mais aussi plus pratique, puisqu’il n’a pas besoin de piste d’atterrissage. La flotte, déjà opérationnelle, a fait ses preuves : le plus gros modèle est capable de transporter 500 tonnes à plus de 220km/h.



Dans la même rubrique :
< >




RETROUVEZ WE DEMAIN SUR
VOTRE TABLETTE OU MOBILE





@WeDemain Tweets
WE DEMAIN : Pas envie de mettre le nez dehors ? L’appli qui vous livre vos croissants au lit le dimanche : http://t.co/Yc2yw8W8zE http://t.co/GPR0pmLXN1
Lundi 22 Décembre - 17:03
WE DEMAIN : La Louve, le supermarché parisien dont les clients seront les patrons http://t.co/9WEvAdK9mc @LouveCoop http://t.co/y1AyexC4Re
Lundi 22 Décembre - 11:51
WE DEMAIN : Cette startup veut relever le défi du train supersonique « Hyperloop » d'ici 10 ans ! http://t.co/4d6oSeruC1 http://t.co/4cf8E9ROwf
Dimanche 21 Décembre - 16:10
WE DEMAIN : @pdupuy3 Ca pourrait… on vous joint comment ? On nous dit que vous êtes absents au bureau :)
Vendredi 19 Décembre - 15:39