Les graines à disposition de tous, à Chadrac

I Publié le 14 Décembre 2012


Antonin Sabot. Source : LeMonde.fr
Antonin Sabot. Source : LeMonde.fr
Le journaliste du Monde Antonin Sabot est allé à la découverte, en novembre, de la foire bio de la ville de Chadrac, en Haute-Loire. Laquelle comprenait un petit stand pas comme les autres. Des graines et plants étaient mis à disposition gratuitement des jardiniers professionnels ou amateurs voulant découvrir de nouvelles semences. À l'heure où les graines se négocient plusieurs dizaines d'euros les 100 grammes en jardineries, ce stand faisait la démarche de les offrir.
 
Ici, maraîchers bio et jardiniers amateurs mettent en commun leurs graines et leurs savoirs autour d'une même volonté : éviter de passer par le système commercial pour consommer. Ces militants se revendiquent même d'une certaine rebellion : en France, un catalogue officiel des semence interdit le commerce de graines qui n'y sont pas inscrites. Ce qui était le cas de certaines graines proposées sur ce stand.
 

Dans le commerce, l'immense majorité des graines sont de type "hybride F1", des croisements auto-dégénérescents qui empêchent la repousse. Tout semble ainsi fait pour que jardiniers et paysans se retrouvent dans l'obligation d'acheter des semences chaque année. En donnant les moyens faire pousser ses légumes sans payer tout les ans, les jardiniers de Chadrac expriment leur refus de ce système.

Dans un groupe où beaucoup se reconnaissent proches du mouvement décroissant, un certain Mohand présent sur le stand se qualifie de "semeur militant" et assure :
"C'est la poule aux œufs d'or ici. Mais l'or, on se le partage.
Et tant qu'on se le partage, il en reste."
Pour pérenniser les échanges de graines une "maison des semences" en Haute-Loire devrait bientôt être créée.


Abonnez-vous à notre newsletter et, en cadeau de bienvenue, accédez à notre Ebook WE DEMAIN




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE