Pollution : La Chine veut fermer un millier de mines de charbon en 2016

I Publié le 7 Janvier 2016


(Crédit : rodrigo/Wikimedia Commons)
(Crédit : rodrigo/Wikimedia Commons)
[Repéré sur Le Monde.fr]

Malgré deux alertes rouges à la pollution atmosphérique déclenchées en décembre, l’air de la capitale chinoise s’est amélioré sur l’ensemble de l’année 2015, selon les autorités locales. La concentration de particules fines (PM2,5) dans l’air a atteint 80,6 microgrammes par mètre cube (μg/m3) en moyenne sur l’ensemble de l’année écoulée. Cela correspond à une baisse de 6,2 % par rapport à 2014 et de 10 % par rapport à 2013, première année où étaient publiés ces relevés de qualité de l’air, sous la pression d’une opinion publique inquiète et informée par les réseaux sociaux.

À titre de comparaison, la concentration moyenne de PM2,5 était de 15 μg/m3 sur la station de mesure de Paris centre sur l’année 2014, selon les bilans d’Airparif. La dépendance au charbon est la cause principale de cette lourde pollution. Le pays estime qu’il consommera 3,96 milliards de tonnes de charbon cette année, ce qui permettrait déjà de réduire la part de cette source à 62,6 % de son mix énergétique à la fin 2016, contre 64,4 % à l’heure actuelle. L’administration chinoise de l’énergie a annoncé le 29 décembre un moratoire sur l’ouverture de nouvelles mines de charbon jusqu’en 2019. Le pays ambitionne également de fermer un millier de mines en 2016, un chiffre équivalent au nombre de houillères déjà closes en 2015.

Lire la suite de l'article.


Abonnez-vous à notre newsletter et, en cadeau de bienvenue, accédez à notre Ebook WE DEMAIN




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE