Décoder

Pour remplacer les ouvriers par des robots, l’UE investit 8 millions

Rédigé le 11 Décembre 2013 | Lu 2281 fois


Un vaste partenariat public-privé européen vise à accélérer le déploiement d'automates dans les usines pour accroitre la compétitivité du Vieux-continent.


Capture d'écran : robots dans l'usine Glory, au Japon
Capture d'écran : robots dans l'usine Glory, au Japon
Comment faire face à la concurrence de la main d’œuvre low-cost chinoise ? Faut-il « travailler plus » pour augmenter la productivité des entreprises ? Baisser les charges, pour diminuer le coût du travail ? Diminuer les salaires pour booster la compétitivité ? La solution pourrait être tout autre.
 
Dans le cadre du plan de relance économique, l’Union Européenne a investit 8 millions d’euros pour « améliorer la compétitivité industrielle de l’Europe en levant les obstacles à l’automatisation des postes ». Baptisé Factory-in-a-Day, ce programme de recherche, qui inclut 16 universités et entreprises, vise très concrètement à faciliter le remplacement de travailleurs trop couteux… par des robots !
 
24h Chrono
 
Objectif  : réduire le délai nécessaire au déploiement des robots dans une usine à moins de 24h. Pour cela, la journée d’implantation est précédée d’une phase d’audit. Étape 1 : repérer les phases de travail qui pourraient avantageusement être automatisés, comme les tâches manuelles répétitives. Étape 2 : design sur-mesure informatisé des composants nécessaires à la fabrication de l’androïde. Dernière étape : fabrication des composants par impression 3D.

Illustration : Factory-in-a-Day
Illustration : Factory-in-a-Day
Le jour J, les machines sont livrées, installées, et calibrées dans la matinée par l’équipe Factory-in-a-Day. Robots mobiles, robots fixes, caméras devront être conçus pour intégrer le plus vite possible les tâches auxquelles ils sont dévolus, selon les principes de la « cobotique  », une discipline au croisement des sciences cognitives et de la robotique. Reste alors à apprendre aux ouvriers à s’en servir, avant de les mettre en marche.
 
Si les automates ont déjà investi les lignes de production des grands groupes industriels, beaucoup de PME hésitent devant le coût et le temps nécessaires à leur déploiement. Factory-in-a-Day pourrait les convaincre de franchir le cap… Mais ne dit pas que faire des ouvriers remplacés. Espérons pour eux que les partisans d'un revenu universel auront su imposer leurs vues quand le dernier des postes disparaitra.


Côme Bastin
Journaliste chez We Demain En savoir plus sur cet auteur


À lire dans la même rubrique :
< >

Inscription à la newsletter

Entrez dans We Demain n° 7 !




@WeDemain Tweets
Élysée : Une imprimante 3D pour la #rentree_2014 : démonstration devant le président @fhollande et @najatvb https://t.co/BAs5zQIWap #Vine
Mardi 2 Septembre - 11:18
Elisabeth Denys : .@WeDemain En Bretagne aussi on est fans des incroyables comestibles ! : http://t.co/pmGjBc8wxS
Mardi 2 Septembre - 10:54
révélateurdesign : Ne plus acquérir un objet mais sa manière de le fabriquer et son mode d'emploi. Merci @WeDemain pour l'article !
Vendredi 29 Août - 12:12
L'ÉCHAPPÉE VOLÉE : Et si votre vieux portable pouvait sauver la forêt ? On adore la solution de @RainforestCx http://t.co/1AlbOfXmot via @WeDemain
Jeudi 28 Août - 11:56
Lieben&Leben : Lier l'utile à l'agréable : l'art pour accompagner la transition énergétique http://t.co/qCMFwxjnCS http://t.co/UFCXSh4jTT via @WeDemain
Mercredi 20 Août - 21:27
FAIR[e] : En #Inde ce sont les #agriculteurs qui font reculer le gouvernement sur les #OGM ! @WeDemain @ElissaDen http://t.co/tHhnt1FB7H
Mardi 19 Août - 15:00