Récolter 40 tonnes de déchets électroniques : le défi du gouvernement ivoirien

Par I Publié le 7 Octobre 2015

Pendant quatre mois, la population de Côte d'Ivoire est invitée à jeter ses déchets électroniques dans différents sites de collecte. Une initiative inédite, dans un pays où la prolifération d'appareils électriques constitue "une menace sérieuse pour l'environnement et la santé".


(Crédit : Wikipedia Commons)
(Crédit : Wikipedia Commons)
La Côte d'Ivoire a lancé, mercredi 7 octobre, une campagne de récupération de déchets d'équipements électriques et électroniques, qui constitue une "menace pour l’environnement et la santé", selon les autorités.

Cette première dans le pays "vise à récupérer et recycler 40 tonnes des déchets d'équipement électriques et électroniques (D3E)", a expliqué à l'AFP Naminsita Bakayoko, de l'entreprise de communication MTN-Côte d'Ivoire , qui participe au projet. La société envisage de distribuer des "lots et autres avantages" aux personnes qui participeront au programme.

Recycler téléphones, radios et câbles

Les sites de collectes seront installés dans différents lieux d'Abidjan, la capitale économique, pour quatre mois. Ces derniers permettront de récupérer et recycler des téléphones, routeurs, imprimantes câbles, téléviseurs, radios usagés...

"En Côte d'Ivoire, le rythme de consommation d'ordinateurs, de téléphones mobiles ou d'appareils électroménagers constitue une menace sérieuse pour l’environnement et la santé", a expliqué Omer Kamelan, directeur général de la Salubrité urbaine au ministère de l'environnement ivoirien. Pour le directeur général, l'absence de structures spécialisées dans "le traitement de ce type de déchets rend la situation encore plus préoccupante", alors que "la faiblesse du pouvoir d'achat oblige la majorité de la population à se tourner vers le marché d'occasion".

65,4 millions de tonnes de déchets

Selon L’initiative pour la résolution du problème mondial des déchets électroniques (STEP, en anglais), ces déchets atteindront d'ici 2017 65,4 millions de tonnes au plan mondial. Cela représente une hausse d'un tiers par rapport à 2012. L’Afrique de l'ouest serait l'une des régions les plus touchées du monde. De grandes quantités d'équipements désaffectés provenant du monde entier y sont souvent illégalement déversés.


Lara Charmeil (avec AFP)
@LaraCharmeil


Abonnez-vous à notre newsletter et, en cadeau de bienvenue, accédez à notre Ebook WE DEMAIN




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE