Rendre la vue aux aveugles: une entreprise française veut le faire en 2016

I Publié le 29 Juillet 2015

Pixium Vision déposera fin 2015 une demande d'homologation européenne pour sa rétine artificielle. L'entreprise vise un marché de plus de 4 millions de déficients visuel en Europe et en Amérique du Nord.


L'implant IRIS (crédit DR / Pixium Vision)
L'implant IRIS (crédit DR / Pixium Vision)
Rendre la vue aux aveugles grâce à des implants rétiniens : c'est l'objectif de la société française Pixium Vision. Un projet qui s'apprête à franchir une nouvelle étape. Ce mercredi 29 juillet, l'entreprise a annoncé qu'elle déposerait fin 2015 une demande d'homologation européenne pour la version commerciale de son implant Iris.

 
"Sous réserve de l'obtention du marquage CE, la commercialisation devrait débuter au premier semestre 2016", indique l'entreprise dans un communiqué présentant ses résultats semestriels.

Baptisé Iris II, ce "système de restauration de la vision" compte trois fois plus d'électrodes que le premier implant Iris développé par Pixium. Il s'adresse à des patients devenus aveugles à la suite d'une rétinite pigmentaire, une pathologie génétique provoquant la dégénérescence des récepteurs de la rétine.
 

L'implan Prima (crédit DR / Pixium Vision)
L'implan Prima (crédit DR / Pixium Vision)
Le système est actuellement en phase d'essais cliniques dans plusieurs centres en Europe et de nouveaux patients "ont été récemment implantés", indique la société. Ces derniers, précise Pixium, "supportent bien leur implant à ce jour et des améliorations de la perception visuelle des patients aveugles sont observées."

4 millions de clients potentiels

Parallèlement, l'entreprise poursuit un deuxième programme d'implant, Prima, développé avec l'université américaine Stanford et visant cette fois les patients atteints de dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA). "Nous poursuivrons les essais précliniques de sécurité in-vivo en 2015 et préparons la première implantation chez l’Homme dès 2016", explique le directeur général de Pixium Vision, Khalid Ishtaque.

Entrée en bourse en juin 2014, en levant près de 40 millions d'euros, la société tablait alors sur une commercialisation d'Iris en Europe dès 2015. Avec ses deux programmes d'implants, Pixium Vision cible un marché de plus de 4 millions de personnes en Europe et en Amérique du Nord.

La rédaction (avec AFP)


Abonnez-vous à notre newsletter et, en cadeau de bienvenue, accédez à notre Ebook WE DEMAIN




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE