Tout savoir sur vos émotions, le nouveau défi technologique d'Apple

Par I Publié le 8 Janvier 2016

L'entreprise californienne vient de racheter Emotient, une start-up spécialisée dans l'interprétation des émotions humaines. Une acquisition de plus dans le domaine de la reconnaissance faciale pour Apple, qui entretient le mystère sur ses objectifs.


La reconnaissance faciale (Crédit : Emotient)
La reconnaissance faciale (Crédit : Emotient)
Analyser les expressions faciales et interpréter les émotions qu'elles révèlent : C'est ce à quoi oeuvre la start-up Emotient, fondée en 2012. Basée à San Diego, en Californie, elle a levé 8 millions de dollars en 2014 et travaille aujourd'hui à améliorer sa technologie en la combinant à d'autres domaines de l'intelligence artificielle (IA).

À ce jour, ce sont surtout des agences de publicité et de marketing qui l’utilisent pour tester les réactions mécaniques, non-verbales et inconscientes des personnes exposées à leurs campagnes publicitaires. Ou encore pour observer les tendances de consommation dans les allées des supermarchés. Le corps médical en fait également usage afin de repérer la douleurs chez les patients.
 
À LIRE AUSSI : L'appel de 700 personnalités sur les dangers de l'intelligence artificielle

Image d'illustration (Crédit : Geralt/Pixabay)
Image d'illustration (Crédit : Geralt/Pixabay)

Pas d'explication officielle d'Apple

Depuis le début de l’année 2016, Emotient appartient au géant américain Apple. La marque à la pomme a annoncé ce rachat au Wall Street Journal  jeudi 7 janvier, sans toutefois expliquer sa stratégie : 
 
"Apple rachète de temps en temps des plus petites entreprises technologiques, et nous ne discutons généralement pas des raisons ni de nos intentions", s'est contentée d'affirmer l’une de ses porte-paroles.

Emotient n'est pas la première start-up de reconnaissance faciale acquise par Apple. En novembre, la multinationale a racheté Faceship, une société suisse spécialisée dans l'animation faciale en temps réel à l'aide de la technologie Motion Capture. Une technique qu'elle a notamment mis au service des créateurs du dernier Star Wars.
 
À LIRE AUSSI : Elon Musk lance un centre sur l’intelligence artificielle au service de l'homme

Un mois plus tôt, Apple avait racheté Perceptio, une entreprise spécialisée dans la reconnaissance d'images grâce au deep-learning , un ensemble de méthodes d’apprentissage automatique. En octobre toujours, elle avait acquis la société britannique VocallQ, elle aussi spécialiste des relations homme-machine.

Avec ce dernier rachat, le géant de l'informatique avait annoncé vouloir augmenter les performances de Siri, l'assistant vocal d'Apple, en améliorant l'interprétation de dialogues en langage naturel, c'est-à-dire avec le moins d'efforts possible pour ses utilisateurs. 

Questionnements majeurs en matière d'éthique

Outre ces rachats, Apple a recruté plusieurs ingénieurs dans le domaine de l'IA. Un faisceau d'informations qui, s'il ne fait l'objet d'aucun commentaire de la part de l'entreprise, révèle l'enjeu que constitue la communication homme-machine dans la quête d'une véritable intelligence artificielle. Une maîtrise d'autant plus cruciale pour la marque à la pomme que ses concurrents (Google, Microsoft , Facebook et IBM) sont eux aussi déjà lancés dans cette course technologique.
 
À LIRE AUSSI :  Pour échapper à la NSA, il barbouille son visage de maquillage

À terme, les systèmes d'intelligence artificielle développés par ces géants du numérique pourraient constituer une révolution commerciale et marketing, en fournissant aux entreprises des informations d'une précision inédite. Ce qui ne devrait pas manquer de soulever des questionnements majeurs en matière d'éthique et de protection de la vie privée... 


Abonnez-vous à notre newsletter et, en cadeau de bienvenue, accédez à notre Ebook WE DEMAIN




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE