Un économiseur d'eau connecté et sans obsolescence programmée

Par I Publié le 1 Février 2016

Avec son micro et sa puissance de calcul, cet objet peut évaluer la quantité d'eau consommée par un foyer. Réparable facilement, il peut aussi être démonté pour fabriquer d'autres objets. Une voie à suivre pour limiter les déchets de l'industrie électronique ?


Un objet connecté qui se place directement à côté du lavabo (Crédit : Nascent Objects)
Un objet connecté qui se place directement à côté du lavabo (Crédit : Nascent Objects)

Un objet connecté pour économiser l'eau c'est bien, mais c'est encore mieux s'il est conçu pour ne jamais rejoindre les 41 millions de tonnes de déchets électroniques produits dans le monde chaque année. C'est en démontant des centaines de gadgets électroniques que les fondateurs de la start-up californienne Nascent Objects ont découvert que 80 % d'entre eux partageaient les même composants : processeur, modem, caméra, mémoire vive... En tout une quinzaine d'éléments, qui partent ensemble à la poubelle lorsque l'un d'entre eux tombe en panne.
 
 
 

À LIRE AUSSI : Google dévoile un smartphone qui se monte comme un Lego


Pour ne pas que leurs objets connectés connaissent le même sort, les ingénieurs de l'entreprise les ont conçu de façon modulable : À la manière d'un Lego, on peut les démonter à la main pour changer une pièce ou les réassembler pour fabriquer d'autres objets connectés.


Écouter et mesurer l'eau qui coule

C'est le principe de Droppler, leur première création. Cet objet se présente sous la forme d'un cône de céramique à placer au bord du lavabo de la salle de bain ou de la cuisine. Avec son micro, il peut écouter l'eau qui coule et en évaluer la quantité consommée. Le tout, grâce à un ordinateur intégré capable d'interpréter ces sons.


Droppler est livré avec des accessoires pour le transformer en enceinte ou en caméra. (Crédit : Nascent Objects)
Droppler est livré avec des accessoires pour le transformer en enceinte ou en caméra. (Crédit : Nascent Objects)
Sur sa surface, un bandeau d'ampoules LED indique le quota journalier à ne pas dépasser. L'ensemble est configurable par smartphone via une appli. Si l'outil de mesure n'est pas aussi précis qu'un débitmètre , il ne nécessite aucune connaissance en plomberie : pour l'installer, il suffit de l'allumer. 
 
À LIRE AUSSI : Fairphone 2 : éthique, modulable et plus puissant que le dernier iPhone.


Selon ses concepteurs, l'objet permet de baisser de 30 % sa facture d'eau. Mais son vrai potentiel réside dans sa modularité : En démontant sa coque de porcelaine, on peut en sortir manuellement les modules microphones, LEDs et micro-ordinateur. Ceux-ci peuvent ensuite se combiner à d'autres accessoires fournis avec le kit pour fabriquer, au choix, une caméra ou une enceinte Bluetooth. 


Imprimer sa coque

Pour offrir encore plus d'options à l'utilisateur, l'entreprise souhaite développer d'autres modules et capteurs, à la façon des kits LittleBits ou Arduino . À l'avenir, il sera ainsi possible de l'utiliser pour fabriquer un arroseur de plantes automatique ou même un drone. De même, si l'utilisateur venait à se lasser du design de son objet, il pourra lui imprimer une nouvelle coque, grâce à un programme de dessin 3D fourni gratuitement. Nascent Objects espère ainsi s'imposer dans l'Internet des objets, un marché estimé à 1 700 milliards de dollars en 2020 selon le cabinet IDC. Soit combien de futurs déchets ?

Le kit est actuellement en pré-commande sur Indiegogo au prix de 110 euros, pour une livraison prévue en juin.
 





DÉCOUVREZ WE LIFE PAPIER by WE DEMAIN LA REVUE




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE