Une adresse pour chaque point du globe: le défi de What3words

Par I Publié le 7 Mai 2015

Un entrepreneur britannique a eu l'idée de découper la Terre en carrés de 3 mètres sur 3 et de leur assigner une adresse. Une nécessité pour certains habitants du Sud, dont le domicile n'est pas recensé. Comme dans les favelas de Rio, où l'on peut désormais recevoir son courrier.


Chaque lieu sur Terre reçoit un code facilement mémorisable. (Crédit image: What3words DR)
Chaque lieu sur Terre reçoit un code facilement mémorisable. (Crédit image: What3words DR)
Donner le nom et le numéro de sa rue : cela semble aller de soi vu d'Europe occidentale. Pourtant environ 4 milliards de personnes ne peuvent y prétendre, la faute à des systèmes d’adressage inexistants ou incohérents dans 135 pays du monde. Que ce soit pour ouvrir un compte en banque ou pour voter à une élection, avoir une adresse est pourtant indispensable.
"La majeure partie de l’Afrique, de l’Asie et de l’Amérique du Sud ont ce problème. Imaginez un fonctionnaire effectuant un recensement avec des adresses du type 'quatrième lampadaire en bas de la rue'... C'est totalement inefficace", explique Chris Sheldrik à la BBC.
Cet entrepreneur britannique de 33 ans a eu une idée inédite pour contourner le problème : découper le globe en carrés de trois mètres sur trois et leur assigner une adresse composée de trois mots facilement mémorisables. Une adresse consultable sur le site internet de What3words ou sur une appli. Et ce, même en l'absence de réseau mobile.

Whats3words a divisé la planète en carrés de trois mètres sur trois et leur a assigné un code. (Crédit image: What3words DR)
Whats3words a divisé la planète en carrés de trois mètres sur trois et leur a assigné un code. (Crédit image: What3words DR)
L'article que vous êtes en train de lire a par exemple été écrit à "tigresse.efficace.évolutif". De la même manière, si vous souhaitez donner un rendez-vous à des amis étrangers au pied du pilier sud de la tour Eiffel, côté Champ de Mars, il vous suffit de leur dire "Rendez-vous à leçon.lutrin.espoir".
 
Divisée en zones de 3 mètres sur 3, la Terre compte au total 57 billions de carrés. Autant d'adresses recensées par What3words. Un chiffre colossal, mais inférieur au nombre de combinaisons offertes par les 40 000 mots du dictionnaire : il existe 64 billions de façons différentes de les regrouper par trois.
 
Dans un souci de simplicité, l’équipe de What3words a assigné les mots les plus courts aux zones les plus densément peuplées, exclu les homonymes ("vers" et "verres") ainsi que les mots vulgaires.
 

Les mots les plus courts sont assignés aux zones densément peuplées. (Crédit image: What3words DR)
Les mots les plus courts sont assignés aux zones densément peuplées. (Crédit image: What3words DR)
Certes, il existe déjà les coordonnées géographiques, exprimées en longitude et latitude, qui figurent dans les Atlas ou sur Google Maps. Pour autant, jusqu'ici, il demeurait compliqué de partager les coordonnées d'un lieu précis (comme votre coin favori où bronzer dans un parc).

D'abord, parce que ces coordonnées géographiques sont difficiles à mémoriser. Mêmes référencés par Google Maps, elles "ne vous permettent pas de vous référer à un endroit fixe, ni de partager ce lieu avec une personne qui n’utilise pas la même application ou qui ne dispose pas d’une connexion des données, ou encore de mémoriser mentalement les coordonnées de l’emplacement", peut-on lire sur le site What3words.

Expérience pilote à Rio de Janeiro

Si cette solution peut sembler anecdotique dans les pays du Nord, elle pourrait régler de nombreux problèmes au Sud. What3words affirme avoir déjà été contacté par plusieurs ONG. Et à Rio, au Brésil, 7 000 habitants de la favella la Rocinha expérimentent déjà ce service pour se faire livrer leur courrier par une entreprise locale, Grupo Carteiro Amigo. Un droit que leur refuse, aujourd'hui encore, l’État brésilien.
 
Pour ouvrir son service à un maximum de pays différents, What3words a entamé la traduction de ses adresses dans plusieurs langues, neuf à ce jour, dont le russe et le kiswahili (Kenya).
 
Le service est gratuit pour les particuliers mais payant pour les entreprises souhaitant l'adopter. What3words est actuellement en négociations avec les principaux services de cartographie, à l'image de Google Maps, et a déjà été intégré par 25 applications. Et en cas de faillite, l'entreprise a promis de placer l'ensemble de ses données dans le domaine public.

Jean-Jacques Valette
Journaliste à We Demain


Abonnez-vous à notre newsletter et, en cadeau de bienvenue, accédez à notre Ebook WE DEMAIN




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE