VIDÉO. À Bangkok, comment les entrepreneurs sociaux viennent en aide aux déshérités

CARNET DE ROUTE.

I Publié le 21 Décembre 2015

RÉCIT. Par Louise Andrieu et Nils Van Effenterre, porteurs du projet Capa City.


Bangkok la nuit (Crédit : DR)
Bangkok la nuit (Crédit : DR)
Bangkok, le 21 décembre 2015 

Trois semaines passées dans la capitale thaïlandaise ont été l’occasion de faire évoluer mon opinion sur une ville qui n’emballe pas tous ses visiteurs.  
 
La première semaine est difficile. Heures perdues à se déplacer dans l’immense ville, réseaux de transports très inégaux en fonction des quartiers, inquiétudes sur l’hygiène (alimentation, eau, glaçons etc.)... Tous ces éléments me font me ranger du côté des sceptiques. Nous refusons, par exemple, de boire le thé proposé partout et servi dans de la glace pilée. Des réticences que nous relativisons ensuite : Finalement, nous avons été très précautionneux, voire un peu ridicules. Bangkok possède un réseau public d’eau tout à fait bien traitée, ainsi que des distributeurs privés d’eau filtrée, auprès desquels tous les commerçants s’approvisionnent chaque jour.
 
Les semaines qui suivent, la frustration cède au plaisir : oui, on peut même boire l’eau dans les restaurants de rue ! Et ça nous change la vie, nous découvrons un tout autre visage de la ville.
 

Partout se multiplient les échoppes de rue (Crédit : DR)
Partout se multiplient les échoppes de rue (Crédit : DR)
Bangkok est l'une des mégalopoles centrales d’Asie du sud-est. Nous multiplions les rencontres qui nous guideront vers la suite de notre projet vidéo. Au fil de ces rendez-vous, avec des professionnels de l’urbanisme et du développement durable en Thaïlande, nous parcourons une ville aux quartiers très diversifiés : du gratte-ciel à la maison sur pilotis. On nous indique les meilleurs bouis-bouis, on traverse le grand parc Lumpini où les thaï font des chorégraphies géantes sur de la musique techno, le soir en sortant du boulot. 
 

Louise Andrieu et Nils Van Effenterre sillonnent les mégalopoles d'Asie et d'Amérique du Nord, à la rencontre des entrepreneurs sociaux les plus innovants. (Crédit : DR)
Louise Andrieu et Nils Van Effenterre sillonnent les mégalopoles d'Asie et d'Amérique du Nord, à la rencontre des entrepreneurs sociaux les plus innovants. (Crédit : DR)

Des bidonvilles à l’éco-tourisme

Au fur et à mesure que ce Bangkok sympa et dynamique se dévoile à nous, le choc d'une ville aux multiples visages s’accentue : grâce à la réalisation de notre première vidéo, nous pénétrons dans un Bangkok méconnu, celui qui se resserre sur ses Klongs (canaux), qui hébergent une multitude de communautés traditionnelles. 

Après les terribles inondations de 2011 qui ont touché Bangkok, Michael Biedassek, le premier entrepreneur que nous rencontrons, s’est donné pour objectif de valoriser et d’améliorer les conditions de vie de communautés traditionnelles installées depuis plusieurs siècles de long de ses nombreux canaux. Son entreprise, Bangkok Vanguards, organise des balades urbaines qui permettent de créer des rencontres entre visiteurs et habitants, et d’augmenter les revenus de ces derniers.
 

22 heures au parc Lumpini : vestiaires publics pour les sportifs (Crédit : DR)
22 heures au parc Lumpini : vestiaires publics pour les sportifs (Crédit : DR)

Des communautés affectées par les aménagements urbains et les inondations

Les communautés traditionnelles de Bangkok se sont développées parallèlement à l’expansion des réseaux hydrauliques, de la fin du XVIIIe au début du XXe siècle. Alors que la ville n’était encore qu’un village, ces groupes ethniques sont venus participer à sa construction, notamment pour creuser ses canaux. Une fois leur travail initial achevé, ils se sont pour la plupart tournés vers l’artisanat et on vu leur qualité de vie peu à peu décliner.

Dans leurs habitats de fortune sur pilotis, ces communautés sont les premières victimes des grandes inondations qui se produisent une fois tous les dix ans à Bangkok, qui n’est située qu’à 1,5 mètres au dessus du niveau de la mer. Leurs habitats, au départ prévus pour s’adapter au dense réseau hydraulique (pilotis), se sont ainsi progressivement transformés en bidonvilles. Elles attirent aujourd’hui de nombreux travailleurs pauvres qui s’entassent dans des logements insalubres, faits de bric et de broc. L’isolement social est quasi-complet et les communautés peinent à  trouver leur place dans cette ville tentaculaire.


Notre premier film présente la solution mise en œuvre par Bangkok Vanguards pour valoriser ces communautés :

 


Ces trois semaines à Bangkok nous ont permis d'y découvrir le milieu de l’entrepreneuriat social. Nous interlocuteurs, des piliers de ce secteur en Thaïlande, nous ont introduit auprès d'un univers constitué de Thaïlandais riches et branchés, ou d’expatriés qui souhaitent s’investir dans des causes nobles.

Rien de mal à ça, mais nous nous posons rapidement la question de savoir si nous côtoyons les jeunes pontes de l’entrepreneuriat "social" ou de l’entrepreneuriat "sociable". Nous constatons en effet que Michael dépense beaucoup d’énergie à fédérer ses bénévoles et ses amis à sa cause en les divertissant.

Un secteur réservé à une élite "bobo-bio"

À plusieurs reprises, sa communication très "positive attitude" me choque, tout comme l'importance que prend l’évènementiel dans son emploi du temps. Nous sommes invités à des projections cinématographiques dans des gratte-ciels avec piscine, à des conférences, des apéros... Nous n’y avons pas vu un seul thaï concerné par la cause.

En France, j’avais déjà constaté que ce secteur pouvait être réservé à une élite "bobo-bio", mais je pensais justement trouver tout l’inverse dans un pays en développement comme la Thaïlande. Est-ce dû au jeune âge de notre entrepreneur (la trentaine) ou à certaines instances de financement internationales qui incitent les petites structures à se conformer à des critères d’image et de communication ?


Ces réflexions n’enlèvent rien à l’intérêt que je porte à l’idée de Michael. J'espère simplement que l’entrepreneuriat social n'est pas l’apanage d’une classe sociale aisée qui se noie dans un grand enthousiasme pour les discours et les conférences. Et qu'il attire par son efficacité et ses valeurs, plutôt que par son côté "fun" et fédérateur.

Louise Andrieu, avec Nils Van Effenterre.


Pour relire notre premier billet, rendez-vous ici.


Abonnez-vous à notre newsletter et, en cadeau de bienvenue, accédez à notre Ebook WE DEMAIN




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE