VIDÉO. À Phnom Penh, des briques de Lego écologiques pour construire des maisons low cost

RÉCIT.

I Publié le 23 Février 2016

RÉCIT. Par Louise Andrieu et Nils Van Effenterre, porteurs du projet Capa City.


Une fin de journée à filmer dans Phnom Penh (Crédit : DR)
Une fin de journée à filmer dans Phnom Penh (Crédit : DR)
Phnom Penh, janvier 2015

Après un premier reportage à Bangkok (Thaïlande), nous avons traversé le Cambodge afin de rejoindre Phnom Penh, la capitale, pour réaliser un nouveau film. Nous y avons rencontré Kongngy Hav, le fondateur de l’entreprise My Dream Home. Le cambodgien d’une trentaine d’années, surnommé Gny, ambitionne de loger les plus pauvres de la capitale. Avec sa brique innovante, il a pour objectif de représenter 10 % des 1,5 million de logements qui devront être construits au Cambodge d’ici 2030.

Dès le passage de la frontière, la pauvreté est frappante. Elle se reflète dans le manque d’infrastructures, l’alimentation peu diversifiée et l’insalubrité ambiante. À Phnom Penh, je suis choquée par le contraste entre cette grande pauvreté et la découverte d’une ville qui s’étend à un rythme effréné. J’apprends un peu plus tard que Phnom Penh est, selon la Banque Mondiale, la deuxième zone urbaine au développement le plus rapide d’Asie du Sud-est.

L'équipe de My Dream Home (Crédit : DR)
L'équipe de My Dream Home (Crédit : DR)

Phnom Penh ou la frénésie immobilière

Partout dans la ville, on marche dans les gravats d’immeubles en travaux. Dès que l’on quitte l’hyper-centre, on a l’impression d’être dans une ville fantôme : les routes sont bordées de véritables quartiers inoccupés, ou en construction. Le béton remplace les rizières, que l’on devine encore, dissimulées sous les chantiers.

Il s’agit surtout de complexes de luxe, dans lesquels beaucoup de logements resteront inhabités. La majorité de la population n’a en effet pas les moyens de s’offrir ces habitations. La spéculation immobilière est telle que l’État vend de nombreuses terres, en venant même à céder des universités à des promoteurs. Évidemment, les populations les plus pauvres sont victimes d’évictions violentes.

Rizières ensevelies sous le sable pour construire de nouveaux quartiers  (Crdit : DR)
Rizières ensevelies sous le sable pour construire de nouveaux quartiers (Crdit : DR)

Des briques de Lego pour construire des maisons low cost

Pour apporter une solution à ce problème, My Dream Home produit des briques écologiques emboîtables, vendues à bas coût à des personnes n’ayant pas les moyens de se loger dans un habitat en dur. À travers nos journées de tournage nous avons constaté l’ampleur du problème de cette "ville-champignon", qui exclue beaucoup de Khmers. Cela nous a laissé d’autant plus admiratifs face à l’initiative de Gny.

Découvrez la brique écologique de Gny en vidéo :


Phnom Penh, ville en travaux (Crédit : DR)
Phnom Penh, ville en travaux (Crédit : DR)

Impliquer les citoyens dans le développement local

L’avenir s’annonce prometteur pour My Dream Home, qui a convaincu plus de soixante clients en six mois. D’autre part, le gouvernement a lancé cette année, pour la première fois, une politique du logement solidaire. Gny s’est rapidement positionné comme partenaire possible du Ministère de l’aménagement du territoire. L’idée serait qu’il négocie avec l’État la réservation de terrains gouvernementaux afin de construire des logements sociaux avec ses briques.

Maison My Dream Home (Crédit : DR)
Maison My Dream Home (Crédit : DR)
Autre aspect intéressant : Gny propose à ses clients un guide pratique  pour construire eux-mêmes leur maison suite à l’achat des briques. Certains mobilisent donc famille et amis pour bâtir leur logement: "En moins de deux mois une maison peut être bouclée", explique Gny. Une école s’est également montrée intéressée par l’achat de briques pour faire construire une annexe par les habitants du quartier : un bon moyen d’impliquer les citoyens dans le développement local.

Louise Andrieu, avec Nils Van Effenterre. 

Et pour (re)lire les précédents épisodes, c'est par ici : Épisode 1  / Épisode 2


Abonnez-vous à notre newsletter et, en cadeau de bienvenue, accédez à notre Ebook WE DEMAIN




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE