Vous voulez changer le monde ? Il y a une application pour cela

Par I Publié le 19 Novembre 2014

Dons, bénévolat, consommation responsable... Weeakt permet d'effectuer des actes solidaires et de les valoriser auprès des autres utilisateurs de l'application, via les réseaux sociaux. L'objectif : motiver et fédérer les citoyens engagés.


Donner ses vêtements à Emmaüs, s’investir dans une association, utiliser une monnaie locale… Et si, grâce à une seule plateforme, on pouvait diffuser, valoriser, et démultiplier tous ces actes solidaires effectués au quotidien ? C’est l’ambition de Weeakt, le « réseau social de l’action positive ».
 
Concrètement, Weeakt est une appli qui propose à son utilisateur trois types d’actions. Les « Akt » sont de petits gestes à effectuer tous les jours, comme ramasser un détritus. Les « Reakt » sont des actions à répéter collectivement un certain nombre de fois pour décrocher des badges. Exemple : pour « économiser 25 000 sacs plastiques », 5 000 « akteurs » devront refuser chaque jour un sac plastique en caisse. Enfin, les « missions » permettent de s’engager au près d’acteurs de l’économie sociale et solidaire locaux : s'approvisionner chez un producteur responsable, participer à un atelier d’upcycling (recyclage). Chacune de ces actions peut être photographiée, postée sur le fil de l’appli et partagée sur les réseaux sociaux classiques (Facebook, Twitter).

Interville de la B.A.

« Toutes ces actions rapportent des points à l’utilisateur, explique Vincent Leyrit, co-fondateur de la plateforme. En additionnant les score des membres de chaque municipalité, nous avons lancé un concours entre villes de France pour savoir laquelle était la plus engagée. Cela permet de recruter de nouveaux utilisateurs. » Une cartographie permet de visualiser le score de chaque ville et le type d’actions solidaires effectuées par les utilisateurs. Weeakt pourra aussi être utilisé par des ONG pour valoriser leur travail auprès de leur communauté, ainsi que par des entreprises engagées dans une démarche de responsabilité sociétale.

Ingénieur informatique de formation, Vincent Leyrit est également un ancien étudiant en philosophie. Il n’hésite ainsi pas à citer Montaigne et sa pensée de l’éducation, ou la sociologie de Durkheim pour appuyer sa démarche. N'y a-t-il pas cependant une contradiction à utiliser les ressorts de la compétition et de l’étalage personnel pour valoriser l’action solidaire ? Le fondateur assume. « Nous sommes pragmatiques. Si utiliser certains leviers, disons… individualistes de notre époque permet de donner envie aux jeunes de s’engager, tant mieux ! » Lancée début novembre, Weeakt compte pour l'instant 500 utilisateurs et se fixe un objectif de 10 000 inscrits pour février 2015.


Abonnez-vous à notre newsletter et, en cadeau de bienvenue, accédez à notre Ebook WE DEMAIN




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE