Connectez-vous S'inscrire
wedemain.fr
We Demain, une revue pour changer d'époque


À 50 ans, il retourne à l’école après un burn-out

5 Juillet 2018

En rade après un burnout, Hamed Ouaret a rebondi grâce à un programme lancé par Pôle emploi et l’école informatique "42". Preuve qu’apprendre fait du bien : aujourd’hui, il revit.


Hamed Ouaret (Crédits : Noda)
Hamed Ouaret (Crédits : Noda)
Hamed Ouaret n’y croyait pas lui-même. Après 30 ans de métier… retourner à l’école ? Lui qui, à 50 ans passés, pensait maîtriser son sujet - l’informatique-, allait-il vraiment en tirer quelque chose ? La réponse fut oui, confie-t-il aujourd’hui. C’est même dans l’apprentissage qu’il a trouvé son salut.
 
Ce n’était pourtant pas gagné, car Hamed Ouaret était, alors, un homme abîmé. La faute à un monde du travail qui sait être cruel. Chef de projet au sein d’un importateur automobile étranger, Hamed Ouaret a connu "l’enfer" : en décembre 2013, sous la pression d’un management tyrannique, il sombre. Burnout, arrêt maladie, licenciement 5 mois plus tard. Dans la foulée, il perd maison et affaires, et croule sous les assauts répétés des crises d’angoisse... "Ça sentait le sapin", résume-t-il.
 
Et puis il est retourné à l’école. Eté 2015, Pôle emploi lui propose une formation à "42", l’école informatique d’un nouveau genre, née à Paris en 2013. Hamed Ouaret est sceptique. "Je suis ingénieur informatique. Que vais-je apprendre que je ne sais déjà ?" Mais il dit oui et, en novembre, fait sa rentrée des classes, avec une trentaine d’autres quinquas. L’aventure commence. Elle le transformera.
 
Le premier mois, les méthodes de l’école le déstabilisent. D’abord, la pédagogie. Basée sur le peer-to-peer learning, elle donne l’absolue priorité à l’apprentissage collaboratif. Les élèves travaillent en équipe, ils se corrigent entre eux, etc. Un système qui le convainc rapidement. "Avant, je savais que le collectif était important, désormais, je sais qu’il n’y a que ça qui marche". Très vite, d’ailleurs, Hamed Ouaret retrouve un plaisir de jeunesse, celui de transmettre. Professeur d’informatique pendant 10 ans au début de sa carrière, il n’a pas perdu ses automatismes. "Je me suis mis à coacher certains de mes camarades qui étaient moins spécialistes de l’informatique". Un rôle qui lui a fait du bien : "D’un coup, je me suis de nouveau senti utile".
 
Et puis, à "42", la vitesse et l’agilité font foi. Pour chaque projet, il dispose de 24 ou 48h top chrono pour atteindre l’objectif. Il a fallu reconfigurer sa manière de faire… et de penser. "J’ai réactualisé ma vision de l’apprentissage", témoigne-t-il, enthousiaste. Son nouveau leitmotiv : "Apprendre, désapprendre, réapprendre". "Plus que des connaissances, j’ai acquis un état d’esprit : celui d’inventer, pour chaque nouveau problème, une nouvelle manière de faire, sans m’encombrer des méthodes du passé".
 
Sorti de "42" en septembre 2016, après 8 mois de formation, Hamed Ouaret a le sentiment d’avoir gagné plus que des nouvelles compétences. "La société cherche à nous enfermer dans un statut de ‘senior’ très dévalorisant. Parce que nous avons plus de 50 ans, nous serions dépassés, incapables de suivre le monde d’aujourd’hui. Je me suis prouvé le contraire".
 
La preuve : c’est dans une start-up que travaille désormais Hamed Ouaret, qui a rejoint en juillet 2018 Qopius, spécialisée dans l’intelligence artificielle.

Joseph Adrien

http://makestorming.com
http://makestorming.com
Réinvente le travail en équipe, donne l'envie de faire ensemble et offre des moyens concrets de passer à l'action. Pour initier le changement chez vous : makestorming.com


WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE