Planète

À Delhi, un mouvement citoyen pour sauver 16 000 arbres

Par Séverine Mermilliod I Publié le 25 Juin 2018

Une semaine à peine après avoir subi un épisode majeur de pollution, des habitants de New Delhi se soulèvent contre l’abattage de plus de 16 000 arbres de la ville.


Un arbre en Inde / Go Green India / Mahesh Kasindi [CC BY-SA 4.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)] / Wikimedia Commons
Un arbre en Inde / Go Green India / Mahesh Kasindi [CC BY-SA 4.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)] / Wikimedia Commons
Alors que New Delhi, la capitale de l’Inde, reste l’une des villes les plus polluées de la planète, un projet des autorités veut couper 16 500 arbres pour construire des logements et routes pour les employés du gouvernement central.

L’épisode intense de pollution que vient de subir la ville a t-il été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase ? Au 14 juin, la concentration de particules PM10 à Delhi atteignait en effet 1300 microgrammes par mètre cube, plus de 25 fois la limite recommandée par l'OMS.

Toujours est-il que des citoyens et associations se sont mobilisés pour protester contre cet abattage massif. Une pétition intitulée "Save Delhi’s Trees " a été lancée lundi 18 juin et a déjà recueilli près de 45 000 signatures. KK Mishra, un chirurgien orthopédique, a quant à lui déposé un "litige d’intérêt public" devant la Haute Cour de Delhi et remporté une première victoire lundi 25 juin : celle-ci a en effet a décrété l’arrêt temporaire du programme d'abattage jusqu’au 4 juillet prochain, date d’une nouvelle audition des différentes parties.

En parallèle, le mouvement a réuni des milliers d’habitants dimanche dans les rues de la ville et des hashtags ont fleuri sur les réseaux sociaux comme #DelhitreesSOS ou #SaveTreesSaveDelhi.

Des militants se sont installés devant les arbres avec des pancartes et s’y sont accrochés en signe de protestation. "En novembre dernier, la situation était tellement dégradée à Delhi que non seulement moi, mais aussi tous mes amis, devions acheter des masques anti-pollution, a déclaré Shubho Mukherjee, un étudiant cité par le Times of India. Je ne veux plus porter de masque cette année et j'ai donc participé à la manifestation. Nous ne pouvons pas arrêter d'aller à l'école pendant le ‘smog’, mais nous pouvons au moins essayer de sauver les arbres."
Si les habitants concernés saluent sur les réseaux sociaux la décision de la Haute Cour, ils ne sont pas convaincus par les promesses du gouvernement qui assure qu’un nombre égal d’arbres sera replanté.  Pour eux, ces plantations mettront des centaines d’années avant de retrouver une taille suffisante. Selon un rapport de l'OMS, un arbre peut réduire le problème des particules fines de 7 à 24 %.













Newsletter : recevez chaque semaine
une sélection de nos meilleurs articles


    Aucun événement à cette date.

wedemain.fr sur votre mobile