Société-Économie

À Rennes, les adultes se remettent en selle

Par Romain Fillion I Publié le 4 Août 2020

Tous à vélo ! Cet été, les Rennais peuvent bénéficier d'un programme de "remise en selle" mis au point par association Roazhon Mobility et la métropole. L'opération rencontre un véritable succès.


Première étape pour les élèves : descendre la pente et comprendre l'utilisation des freins. (Crédit : Romain Fillion)
Première étape pour les élèves : descendre la pente et comprendre l'utilisation des freins. (Crédit : Romain Fillion)

Les longues semaines de confinement imposées dans le cadre de la crise sanitaire de coronavirus nous ont privé, un temps, de notre liberté de déplacement. Selon l'organisme Vélo et territoires, auteur d’une étude sortie le 3 juin 2020, la pratique de la bicyclette par les Français a connu une hausse de 87 % entre les mois de janvier et mai.
 

À lire aussi : Tous à vélo ! De nouvelles pistes cyclables pour se déplacer après le confinement


Une tendance que la ville de Rennes, entres autres, compte bien pérenniser en formant les nouveaux cyclistes cet été. Leur cible : des adultes qui envisagent de privilégier le vélo pour leurs déplacements quotidiens.

Déjà engagée avant le confinement dans une transformation d’envergure des infrastructures routières – en allongeant les pistes cyclables, en transformant des routes normalement dévolues aux voitures en zones cyclistes ou piétonnes… -, la municipalité s’est associée, du 2 juin au 1er juillet, à Roazhon Mobily, une vélo-école du centre-ville, pour lancer "Remise en selle", une opération gratuite visant à reprendre les bases du vélo ou de la conduite en ville.


1h30 pour répéter les gammes

Ce mercredi 24 juin 2020, rendez-vous est donné à midi, devant la maison du vélo, 45 rue du Puits Mauger. Quatre élèves se présentent à la première session de la journée, dédiée à l’apprentissage des bases de la conduite à vélo. Deux moniteurs, Thomas Lejeune et Jérôme Monchatre, salariés de Roazhon Mobility, les encadrent.

La séance d’une heure et demi commence tranquillement à 200 mètres de là, sur une place bitumée, en pente, juchée entre deux grands immeubles en verre. Départ du haut de la place, pieds au sol, pour se familiariser avec la bécane et apprendre à s’arrêter. "La première étape, c’est l’équilibre. C'est la base", commente Thomas Lejeune, alors que de violents coups de freins résonnent derrière lui.

Les montées et les descentes s’enchainent, à vélos pour les élèves, à pieds pour les moniteurs. À 12h27, Martin, 27 ans, réussit, pieds sur les pédales, sa première descente de la place. "Victoire ! 1-0", lance Thomas Lejeune, un pouce levé en direction de son élève. "Maintenant, on va essayer de rouler droit."


"Mon objectif est d'aller au travail en vélo"

À l’année, Roazhon Mobility accueille une trentaine de participants, nouveaux cyclistes ou participants aux  sorties VTT organisées par l'association. Depuis le lancement de l’opération "Remise en selle", le 2 juin, plus de 100 créneaux ont été réservés. Le signe d’un "vrai besoin", devine Thomas Lejeune.

"Mon objectif est d’aller au travail en vélo." Rana, "vraie débutante" de 46 ans, revient sur cette place pour la cinquième fois en moins d’un mois. Descendue de selle depuis son enfance, elle enchaîne aujourd’hui les tours de piste, poussée par Jérôme Monchatre, qui ne la ménage pas. 


Le moniteur Thomas Lejeune apprend à Saloua et Martin à avoir confiance une fois en selle. (Crédit : Romain Fillion)
Le moniteur Thomas Lejeune apprend à Saloua et Martin à avoir confiance une fois en selle. (Crédit : Romain Fillion)
"C’est le Covid qui m'a motivée. Je me suis rendu compte que c’était le moyen de faire du sport, de manière écologique, sans être en contact dans les transports en commun."

Rougie par l’effort, la néophyte s’assoit à l’ombre. Les résultats sont prometteurs.

Saloua, 45 ans, acquiesce. "J’avais commencé à apprendre toute seule, il y a quatre ans, avant de me faire voler mon vélo. J’ai peur de tomber, peur de m’arrêter… Mais ça revient un peu", commente la quadragénaire. "Si je suis à l’aise, je compte bien en faire mon moyen de transport pour aller au travail."

90 % d'adultes

Près de 90 % des licenciés de l’association sont des adultes, 70 % viennent pour apprendre les bases du vélo. Les autres travaillent sur la maîtrise de l’engin ou la circulation en ville. Les prochaines sessions de l’après-midi y seront en partie consacrées : cohabiter avec les voitures, apprendre à regarder autour de soi, comprendre les panneaux et acquérir des réflexes. Avec comme graal, la traversée de la place du Parlement de Bretagne et ses pavés piégeux, en sens inverse de la circulation.

La séance touche à sa fin, avec quelques minutes d’avance. Saloua et Martin en ont assez vu. La quadragénaire voit passer un cycliste devant elle, maillot de course, cuissard et vélo de compétition, une main seulement sur le guidon. "Mon rêve, c’est de pouvoir faire du vélo comme ça." Saloua envisage de s’inscrire annuellement à l’association. Une voiture de moins dans les bouchons rennais.













Newsletter : recevez chaque semaine
une sélection de nos meilleurs articles









    Aucun événement à cette date.

wedemain.fr sur votre mobile