Planète

À l’assaut des "faux miels" coupés au sucre

Par We Demain I Publié le 1 Juin 2018

Des miels frelatés se sont invités dans nos supermarchés. Coupés au sirop, ils sont moins chers et proviennent notamment de Chine. Mais la situation devrait changer grâce à une nouvelle loi. Une enquête à retrouver samedi 2 juin à 14h sur France 2.


Capture d'écran "Le scandale du faux miel "Made in China". À découvrir dans "Tout compte fait" samedi 2 juin à 14h sur France 2
Capture d'écran "Le scandale du faux miel "Made in China". À découvrir dans "Tout compte fait" samedi 2 juin à 14h sur France 2
Bonne nouvelle pour le miel ! Un amendement adopté par l’Assemblée nationale mardi 29 mai va obliger les industriels à afficher son ou ses pays de provenance à partir de septembre 2019.

La majorité des miels vendus en France ne sont en fait pas français : sur les 40 000 tonnes consommées chaque année dans l’Hexagone, l’apiculture française n’en a produit que 10 000 en 2017, l’une des plus mauvaises années de récolte. En effet, la filière est fragilisée par plusieurs facteurs : les conditions météorologiques, les pesticides et la multiplication du frelon asiatique.
 
Pour satisfaire la demande, les industriels se sont donc tournés vers l’importation. Parmi les pays producteurs prisés, la Roumanie, la Bulgarie, ou encore la Chine. Sur les pots de miel, cela se traduit en pratique par la mention "mélange de miels originaires et non originaires de l’Union européenne" apposée sur les étiquettes des miels qui en contiennent plusieurs.

Un flou qui pose problème, car la traçabilité des produits n’est pas assurée. Et ce n’est pas tout : certains miels, provenant notamment de Chine, contiennent du sirop de glucose. Autrement dit, ils sont "coupés". Cette méthode peu orthodoxe sert à réduire les coûts de production pour proposer des miels à des prix imbattables. Une tromperie pour les acheteurs. En 2014, l’UFC Que Choisir constatait déjà que sur 20 miels premiers prix testés, six contenaient du sucre ajouté.
Ce flou était jusqu’ici légal, mais l’amendement voté par l’Assemblée devrait permettre au consommateur, dès septembre 2019, d’y voir un peu plus clair.
 
Pour en savoir plus :
Le scandale du faux miel "Made in China", une enquête d'Emmanuelle Mesplède et Angélique Forget, à découvrir dans l’émission "Tout compte fait " ce samedi 2 juin à 14h sur France 2, présentée par Julian Bugier.











Newsletter : recevez chaque semaine
une sélection de nos meilleurs articles


wedemain.fr sur votre mobile