Connectez-vous S'inscrire

À la conquête du Passage du Nord Ouest : les pionniers

I Publié le 25 Novembre 2016

RÉCIT. Par Jean-Paul Curtay, nutrithérapeute et auteur.


"Deux jours sont consacrés à faire le tour de l’île de Devon." (Crédit : Martin Brummell/FlickR)
"Deux jours sont consacrés à faire le tour de l’île de Devon." (Crédit : Martin Brummell/FlickR)
De l'Islande à la péninsule antarctique, Jean-Paul Curtay est parti en "croisière-expédition" autour des nouvelles routes maritimes rendues possibles suite à la fonte des glaces. Chaque semaine, il la raconte à We Demain.

Deux jours sont consacrés à faire le tour de l’île de Devon : Dundas Harbour où s’échouent devant une moraine parsemée d’algues blanches quelques icebergs en fin de vie face aux restes de deux postes de la police montée placés là pour faire valoir les prétentions territoriales du Canada sur l’immense archipel arctique ; passage devant deux immenses glaciers de Croker Bay, chacun de 3 à 4 km de front qui résultent de la confluence de langues provenant de la calotte qui couvre la majeure partie de l’île ; puis débarquement sur une petite île reliée par un cordon ombilical en forme de Y à Devon, Beechey Island.

Beechey Island, malgré sa redoutable austérité, est chargée d’histoire. Nous sommes accueillis par les restes d’une maison jonchée de cerclages de tonneaux rouillés qui a servi de refuge. À côté plusieurs mémoriaux, dont un en hommage au jeune officier de marine brillant et généreux, Joseph René Bellot, originaire de Rochefort, qui, poussé par Lady Franklin à porter secours à son mari disparu, est passé à travers la glace en portant du courrier à un navire bloqué par la banquise. Il avait 27 ans.

Les explorateurs s'aventurent vers le Nord

​Son ami écossais, Kennedy, avait nommé le détroit qui s’est ensuite avéré le verrou stratégique du Passage du Nord-Ouest, détroit de Bellot. L’histoire de la conquête du Passage est extrêmement riche. Dès le début du XVIe siècle, des explorateurs s’aventurent vers les latitudes nord.

Les plus marquants sont Martin Frobisher qui ramène de l’île de Baffin (pas encore nommée) une dent de narval qu’il vend très cher (10 000 livres, le prix d’un château) à la reine d’Angleterre Elisabeth I ; Henry Hudson, qui va donner son nom à la fameuse baie d’Hudson et William Baffin, à la première grand île de l’Archipel Arctique.

Baffin sera le premier européen à atteindre la latitude 77° Nord et à décrire le détroit de Smith qui ouvre la voie vers le pôle Nord et le détroit de Lancaster, la porte du Passage du Nord Ouest.

La fin du Passage

Mais c’est surtout après la fin des guerres napoléoniennes, en 1818 que le secrétaire de l’Amirauté anglaise, John Barrow propose d’encourager les marins désoeuvrés à explorer le Grand Nord. Deux expéditions partent cette année là : celles de Frederick Beechey et celle de John Ross et Edward Parry.

Il convainc le Parlement britannique d’attribuer des prix très bien dotés, équivalents de 500 000 à 2 millions d’euros d’aujourd’hui, pour ceux qui atteindront les latitudes les plus à l’ouest. Parry en passant les 110° ouest remporte le pactole, sans savoir qu’il n’a pas été loin d’atteindre la fin du Passage.

Jean-Paul Curtay.

Pour en savoir plus :

Pierre Berton, The Arctic Grail : The quest for the North West Passage and the North Pole, Anchor Canada

Portrait de Jean Paul Curtay. (Crédit : Bernard Plossu)
Portrait de Jean Paul Curtay. (Crédit : Bernard Plossu)
Jean-Paul Curtay, a commencé par être écrivain et peintre, au sein du Mouvement Lettriste, un mouvement d’avant-garde qui a pris la suite de Dada et du surréalisme, avant de faire des études de médecine, de passer sept années aux États-Unis pour y faire connaître le Lettrisme par des conférences et des expositions, tout en réalisant une synthèse d’information sur une nouvelle discipline médicale, la nutrithérapie, qu’il a introduite en France, puis dans une dizaine de pays à partir des années 1980. 

Il est l’auteur de nombreux livres, dont Okinawa, un programme global pour mieux vivre, le rédacteur de www.lanutritherapie.fr, et continue à peindre et à voyager afin de faire l’expérience du monde sous ses aspects les plus divers.




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE