Connectez-vous S'inscrire

Accéder à Internet par les lampadaires : ce pourrait être possible dès 2020 grâce au LiFi

I Publié le 14 Novembre 2016

Le LiFi est une technologie sans fil, qui utilise la lumière des LED pour transmettre des données. Ultra-rapide et sans pollution électromagnétique, il permet de dépasser les limites du WiFi. Ce qui n'était qu'un projet de laboratoire au début de la décennie est en passe de bouleverser notre quotidien.


"La communication sans fil depuis n’importe quelle ampoule" : c'est la promesse du LiFi. Ici, le projet de l'artiste Beo Beyond autour des LED. (Crédit : Beo Beyond/Wikimedia Commons)
"La communication sans fil depuis n’importe quelle ampoule" : c'est la promesse du LiFi. Ici, le projet de l'artiste Beo Beyond autour des LED. (Crédit : Beo Beyond/Wikimedia Commons)
"La communication sans fil depuis n’importe quelle ampoule" : c'est la promesse du LiFi (Light-Fidelity). Il suffit de se placer sous un luminaire LED, pour recevoir les signaux transmis par les ondes lumineuses et être connecté au haut débit, sans WiFi ni 4G.

Le LiFi amène Internet là où les ondes radio du WiFi ou de la 4G ne vont pas, pour des raisons d'éloignement, de santé ou de sécurité. Avec le LiFi, on accéderait au haut débit dans le train, le métro, sa voiture ou l'avion.

Parce qu'il est très difficile à pirater depuis l'extérieur, le LiFi rassure les personnes et les entreprises ayant des données ultraconfidentielles à protéger, comme une agence bancaire. Autre avantage : puisqu'il utilise des ondes optiques, et non radios, le LiFi offre une alternative à tous ceux qui souffrent d'électrosensibilité.

Smart Cities

En permettant une géolocalisation de précision, le LiFi apporte un coup de main décisif aux chantiers des villes intelligentes, aussi appelées "smart cities".
 
"Je suis dans une rue, à proximité d’un abribus et je peux recevoir des informations sur les horaires de bus dans la journée, sur les taxis le soir", avance Cyril Thiriot, ancien président de la Smart Lighting Alliance

En effet, le LiFi permet de déterminer précisément la position d'un appareil à partir du luminaire auquel il est connecté. Sur ce principe, la SNCF étudie depuis 2012 la possibilité d'informer ses usagers selon leur situation dans la gare.

De son côté, le musée Grand Curtius de Liège propose des audioguides en LiFi. Et dans l'hypermarché du centre commercial EuraLille, les clients reçoivent des suggestions d'achat selon le rayon où ils se trouvent. D'autres, encore, imaginent baliser les lieux publics pour aider les malvoyants ou faciliter l'intervention des secours.

Complément au WiFi

Si le LiFi n'a pas encore remplacé les réseaux Wifi et 3/4G, c'est qu'il ne fonctionne qu'à proximité directe d'une source lumineuse. Un inconvénient qui en fait moins un concurrent qu'un complément au WiFi. 

Selon Stéphane Lelux, du site tactis.fr, il s'agit plutôt d'une "connexion des derniers mètres" : nous passerons alternativement du LiFi à la 4G et au Wifi, selon nos déplacements. Ce passage de l'un à l'autre permettra d'ailleurs de soulager les antennes-relais, qui risquent d'être saturées, avec la multiplication des objets connectés.

Horizon 2020

Le passage au LiFi dépend de l'équipement de nos luminaires. C'est pourquoi les experts tablent sur un déploiement à l'horizon 2020. Une date qui revient régulièrement dans les projets de renouvellement d'éclairages publics, comme à Paris, Lyon ou Lille. D'ici là, les industriels espèrent que les grandes métropoles auront équipé leurs réseaux de luminaires LED connectés.

Un calendrier toutefois peu réaliste. Car, même si la RATP – entre autres – a déjà équipé en LED ses réseaux métro et RER, l'option LiFi n'est pas incluse dans les nouvelles ampoules. Pour l'heure, l'écoquartier Camille Claudel à Palaiseau, dans l'Essonne, reste un des seuls espaces publics équipés de lampadaires LiFi. En attendant que les 14 milliards de points de connexion citadins soient opérationnels, les entreprises se positionnent donc sur les créneaux des entreprises et des particuliers.

"À un tarif de 2300 € HT par luminaire, cette technologie reste difficilement accessible aux particuliers." (Crédit : pureLifi)
"À un tarif de 2300 € HT par luminaire, cette technologie reste difficilement accessible aux particuliers." (Crédit : pureLifi)
Sur le marché de professionnels, le stade de l'expérimentation est largement dépassé. En région parisienne, l'entreprise française Lucibel a ainsi équipé les bureaux de Microsoft France, de Nexity ou de la Sogeprom. Et à l'Hôpital de Perpignan, on fait suffisamment confiance au LiFi pour en équiper les urgences.
 
Mais à un tarif de 2300 € HT par luminaire, cette technologie reste difficilement accessible aux particuliers. "Courant 2018, nous sortirons la seconde génération de notre produit qui nous permettra de baisser sensiblement nos tarifs", promet cependant Édouard Lebrun, directeur de l'innovation chez Lucibel.
 
Pendant ce temps, deux sociétés françaises concurrentes, Oledcomm et SunPartner développent des smartphones LiFi, qui utilisent la lumière pour se recharger. Pour l'heure, l'écoquartier Camille Claudel à Palaiseau, dans l'Essonne, reste l'un des seuls espaces publics équipés de lampadaires LiFi développés par la société Oledcomm. Il semblerait même qu'Apple et Samsung s'intéressent de près à cette nouvelle technologie. L'entrée dans l'ère du LiFi est donc imminente.

 
Une étude du cabinet Markets & Markets, estime le potentiel de ce marché mondial à 6 milliards de dollars par an dès 2019. Un précieux gisement d'emplois pour la France, où les entreprises disposent déjà d'une longueur d'avance.

Jacques Tibéri.





WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE