Connectez-vous S'inscrire

Accidenté à moto, cet homme a imprimé en 3D sa propre prothèse de doigt

Par I Publié le 6 Mai 2016

Après avoir perdu l'un de ses doigts, l'ingénieur américain Nick Brookins a mis au point une prothèse imprimée en 3D. Fonctionnelle et facile à fabriquer, ses plans sont en libre accès sur internet.


Après deux ans de travail, cet ingénieur américain a inventé l'une des prothèses de doigt les plus pratiques et abordables au monde. (Crédit : Enable)
Après deux ans de travail, cet ingénieur américain a inventé l'une des prothèses de doigt les plus pratiques et abordables au monde. (Crédit : Enable)

L'histoire de Nick Brookins commence un matin de juillet 2014, lorsque cet ingénieur américain se réveille dans un lit d’hôpital après un grave accident de moto. Les médecins lui annoncent qu'ils ont du amputer son index gauche.

Là où d'autres auraient été ébranlé par cette nouvelle, l'ingénieur se met aussitôt à réfléchir à comment bâtir la meilleure prothèse pour son handicap.


La prothèse de doigt est composée d'une partie en plastique dur et de joints flexibles. Le tout est imprimé en 3D. (Crédit : Enable)
La prothèse de doigt est composée d'une partie en plastique dur et de joints flexibles. Le tout est imprimé en 3D. (Crédit : Enable)

"J'ai regardé ce qui existait déjà sur le marché mais il n'y avait rien d'impressionnant. Surtout pour des gens comme moi qui ont perdu deux articulations. Les prothèses médicales proposées par les docteurs n'étaient que de vulgaires moulages en silicone sans aucunes fonctions autres qu'esthétique" explique Nick Brookins à E-nable .



Spécialisée dans les prothèses, E-nable est une organisation caritative rassemblant des milliers de volontaires dans le monde entier. Leur but ? Offrir des prothèses à tous les amputés grâce à un réseau de propriétaires d'imprimantes 3D et des plans mis en ligne gratuitement par la communauté.

La prothèse fonctionne grâce à un câble relié à un bracelet. (Crédit : Enable)
La prothèse fonctionne grâce à un câble relié à un bracelet. (Crédit : Enable)

Inspiré par le modèle de prothèse Owen, Nick passe les deux années suivantes à raffiner et alléger son fonctionnement. Il baptise le résultat Knick Finger. Totalement imprimé en 3D, ce doigt est réalisable en seulement 30 minutes et peut s'adapter à différentes formes de main.



Nick Brookins utilise ce dispositif tous les jours, ne le retirant que pour aller dormir. Sa prothèse lui permet de taper au clavier et de saisir des objets, mais surtout de protéger les nerfs très sensibles de sa cicatrice.

Le designer espère désormais voir son modèle utilisé par le plus grand nombre de personnes amputées. Une version compatible avec les écrans tactiles et une prothèse de pouce sont déjà en développement.

Vous pouvez télécharger ses plans ici et retrouver la section française de E-nable à cette adresse.




Réservé aux abonnés du site.
Accédez à l'intégralité du n°16 de la revue WE DEMAIN

Pas encore abonné ?
Inscrivez-vous gratuitement !





WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE