wedemain.fr
We Demain - Info Partenaire

Airex ventile la facture énergétique

Alexandre Anquart I 30 Août 2018

La précarité énergétique est une réalité pour des millions de personnes. Airex propose une solution de ventilation intelligente afin de réduire la consommation d’énergie tout en assurant la qualité de l’air de chaque logement équipé. Concourant dans la catégorie Smart Home, Airex est l’un des douze finalistes des Prix EDF Pulse 2018.


Schéma du système AirEx. La solution proposée par la start-up doit aider les propriétaires et locataires à réduire leur consommation énergétique tout en assurant la qualité de l’air à dans le logement.
Schéma du système AirEx. La solution proposée par la start-up doit aider les propriétaires et locataires à réduire leur consommation énergétique tout en assurant la qualité de l’air à dans le logement.
Un logement mal isolé et traversé par les courants d’air demande plus de chauffage, entraînant inévitablement une augmentation de la facture énergétique. Un logement trop hermétique et mal ventilé, lui, induit bien souvent des problèmes de condensation et d’humidité. Ces constats, l’équipe de la start-up londonienne les a validés après plusieurs dizaines de milliers d’évaluations énergétiques au sein de logements sociaux anciens du Royaume-Uni. Avec sa solution de ventilation connectée, Airex entend améliorer l’efficacité thermique de ces habitations et garantir à ses résidents confort et qualité de l’air optimale.
 
«Très peu de solutions existent à l’heure actuelle pour remédier aux problèmes de courants d’air et d’humidité que rencontrent des millions d’habitants dans de nombreux pays d’Europe», explique Agnes Czako, cofondatrice et directrice commerciale d’Airex. D’un côté, des interventions « classiques », peu onéreuses (isolations de combles, murs à double parois, etc.) à l’efficacité limitée. De l’autre, des alternatives coûteuses (changement des fenêtres, remplacement du système de chauffage, etc.). C’est ainsi que la petite équipe d’Airex, composée d’ingénieurs, de concepteurs et de professionnels de l’environnement, a identifié le potentiel inexploité des bouches d’aération des logements.

La manipulation est simple et consiste à remplacer le système de ventilation d’air existant (les briques à air de certaines maisons datant d’avant 1960) par une version intelligente et équipée de capteurs. Ceux-ci permettent de mesurer et d’analyser les conditions environnementales à l’intérieur du logement : la température, l’humidité et la qualité de l’air. «Les informations récoltées sont ensuite combinées, via le boîtier connecté Airex, aux données météorologiques disponibles en ligne, explique Agnes Czako. Les algorithmes intelligents permettent d’ajuster automatiquement le débit d’air, réalisant des lectures en temps réel et des analyses prédictives afin de réduire la perte de chaleur sans compromettre la qualité de l’air ambiant.»
 
En termes de coût initial, les concepteurs d’Airex l’ont voulu mesuré, de l’ordre de 300 à 400 € par installation, «Notre offre suscite déjà l’intérêt de certains bailleurs sociaux et fournisseurs de logements mais aussi de plusieurs sociétés d’énergie», précise la directrice commerciale. Des premiers tests ont déjà été menés dans une cinquantaine de logements anglais tandis que d’autres, de la même ampleur, doivent être conduits l’hiver prochain. «Si le fonctionnement et les performances de notre technologie ont déjà été validés, cela nous permettra de confirmer définitivement son potentiel économique», ajoute Agnes Czako qui annonce également la préparation d’une nouvelle levée de fonds pour la même période.

Le noyau dur de la start-up Airex. De gauche à droite : Malik Habib (Ingénieur en électronique), James Wright (Cofondateur et chef de produit), Will Frank-Gemmill (Ingénieur software), Agnes Czako (Cofondatrice et directrice commerciale), Tony Duffin (Conseiller durabilité), Dr. Conrad Spiteri (Conseiller IA).
Le noyau dur de la start-up Airex. De gauche à droite : Malik Habib (Ingénieur en électronique), James Wright (Cofondateur et chef de produit), Will Frank-Gemmill (Ingénieur software), Agnes Czako (Cofondatrice et directrice commerciale), Tony Duffin (Conseiller durabilité), Dr. Conrad Spiteri (Conseiller IA).
Si la start-up envisage d’abord de déployer sa solution au Royaume-Uni, elle vise le marché européen dans les années à venir. «Nous avons identifié des logements et des constructions très similaires aux Pays-Bas, en Belgique, dans le nord de la France,  en Allemagne, en Irlande, etc.», détaille la directrice commerciale. En parallèle, la start-up travaille déjà à rendre sa solution de ventilation connectée compatible avec d’autres systèmes domotiques, comme le thermostat intelligent. «Il existe de très nombreuses technologies permettant de rendre les habitations plus résilientes, plus confortables et moins énergivores, précise Agnes Czako. Il est important que ces systèmes puissent, à terme, se combiner entre eux afin de lutter plus efficacement à la fois contre le changement climatique mais aussi contre la précarité énergétique.»
 


Les Prix EDF Pulse récompensent les start-up françaises et européennes qui innovent dans le sens de la transition énergétique et imaginent les usages électriques de demain. Les entreprises qui concourent sont réparties dans quatre catégories, Smart Home (maison intelligente), Smart City (ville intelligente), Smart Business (entreprise intelligente), Smart Health & self (santé et bien-être  connectés). Un Grand Jury désignera un lauréat par catégorie, et un 5e Prix sera décerné par le public à l'issue d'une campagne de vote en ligne. Les résultats finaux seront annoncés lors des Electric Days, l'évènement innovation du groupe EDF, dont la deuxième édition se tiendra du 9 au 11 octobre à Paris. À la clé pour chacune des start-up lauréates : 70 000 € de dotation, une campagne de communication grand public et l’opportunité pour elles de bâtir leur notoriété et d’accélérer leur développement.

L'énergie est notre avenir, économisons-la !
L'énergie est notre avenir, économisons-la !


WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE