Connectez-vous S'inscrire

Amis à louer : après le logement, Airbnb veut monétiser l'hospitalité

Par Maëlys Vésir I Publié le 23 Août 2017

Lancé en France en mars, le service "Expériences" d’Airbnb propose aux Parisiens et Marseillais de s’improviser guides touristiques moyennant rémunération. Une marchandisation des rapports humains qui inquiète les professionnels du tourisme.


La start up californienne compte près de 3 millions de logements dans 65 000 villes à travers le monde (crédit : Pixabay)
La start up californienne compte près de 3 millions de logements dans 65 000 villes à travers le monde (crédit : Pixabay)
Faire la tournée des bars avec Carina, naviguer en kayak dans les Calanques avec Jérémie ou encore découvrir l’ambiance nocturne de Pigalle avec François… Autant d’activités que les touristes de passage à Paris et à Marseille peuvent dorénavant s’acheter en plus de leur location Airbnb. 
 
Présenté le 17 novembre dernier à Los Angeles, le nouvel onglet Expériences d’Airbnb – déjà existant à New York, Florence, Tokyo ou encore Nairobi – est depuis le mois de mars accessible aux utilisateurs parisiens et marseillais de la plateforme de location de logement. Un nouveau cap franchi dans "l'ubérisation" des services.

Louer de la compagnie

Lors d’un voyage, il n’est pas toujours évident de s’imprégner seul de la culture locale. Selon Airbnb, l'offre Expériences répond à cette aspiration en proposant sur son site de vivre "comme des locaux" et faciliter ainsi l’immersion.
 
Cette expérience sociale n’est pas gratuite : chaque jour, plusieurs formules sont proposées à un tarif (très variable) déterminé à l'avance par des amateurs.

D'une partie de pétanque à 17 euros, avec Marie et Socrate sur le Vieux-Port de Marseille, à un atelier de confection de boîtes artisanales à 98 euros avec Françoise, en passant par un cours de danse à 44 euros sur une péniche parisienne avec Tanya, le choix est vaste.
Dans l'onglet "Experiences", une dizaine d'offres sont actualisées chaque jour à des prix variables (crédit : Airbnb)
Dans l'onglet "Experiences", une dizaine d'offres sont actualisées chaque jour à des prix variables (crédit : Airbnb)

En plus du logement, vous louer ainsi de la compagnie. Certains y voient un excellent moyen d’approfondir les échanges culturels et d’éviter les attrapes-touristes. D'autres dénoncent la marchandisation de nos vies, le risque de voir disparaitre le hasard et la sincérité des rapports humains.
 
"On ne peut pas parler de relation humaine, tant ici les acteurs offrant leur savoir-faire sont désintéressés. L’autre est là uniquement pour l’argent, ce qui n’est pas sans rappeler l’escorting, et ce sans tomber dans l’excès", observe le philosophe Gilles Vervish dans les colonnes des Inrocks. "C’est d’autant plus triste quand on pense aux principes de base de l’ubérisation, à savoir la déprofessionnalisation, la libération des rigidités du travail qui rendait le truc ‘plus copain'"

Guide like you est une startup toulousaine qui permet une plate-forme qui permet l’échange de services touristiques entre particuliers (Crédit : GuideLikeYou)
Guide like you est une startup toulousaine qui permet une plate-forme qui permet l’échange de services touristiques entre particuliers (Crédit : GuideLikeYou)

L’inquiétude des professionnels du tourisme

Outre cette potentielle "déshumanisation" des échanges sociaux, la nouvelle offre d'Airbnb inquiète les professionnels du tourisme, qui y voient une concurrence déloyale.

Armelle Villepet, présidente de la Fédération nationale des guides interprètes et conférenciers (FNGIC) confiait dans le Parisien sa crainte que l’on "réduise le métier de guide, formé et avec un service de qualité, à une activité d'appoint. Ce n'est pas une concurrence loyale, du point de vue du droit du travail, par rapport à des guides autoentrepreneurs qui ont des charges et des revenus déclarés".
 
Le géant américain viendrait également faire de l’ombre aux greeters, ces bénévoles réunis en association qui organisent des balades gratuites dans une démarche de tourisme solidaire. Enfin, d'autres petites plateformes telles que Guide like youproposant déjà aux auto-entrepreneurs de s'improviser guides craignent d'être englouties par le géant américain. 

Avec son offre multi-services "Trips", Airbnb souhaite organiser intégralement les séjours des voyageurs (Crédit : Airbnb)
Avec son offre multi-services "Trips", Airbnb souhaite organiser intégralement les séjours des voyageurs (Crédit : Airbnb)

Airbnb, agence de voyage du futur ?

La start-up californienne, qui a déjà bouleversé le marché de l’hôtellerie, ne cache pas son ambition de devenir une "plateforme de voyage" et de s’approprier toutes les instants de la vie touristique.
 
"La vision d'Airbnb est de répondre à tous les aspects du voyage, le rendant à la fois facile et magique du début à la fin", expliquait Bryan Chesky, PDG de la start-up, en ouverture de l'événement Airbnb Open en novembre dernier.
 
À terme, c'est toute l'industrie du tourisme qui pourrait déchanter : le leader mondial de l’hébergement – qui propose près de 3 millions de logements dans 65 000 villes à travers le monde – prévoit, rappelle le Monde, d‘offrir aux voyageurs la possibilité d’acheter un billet d’avion, louer une voiture et même de se faire livrer des courses directement via la plateforme.
 



WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE