wedemain.fr
En savoir plus

Ma maison demain

"Architectes, faites de la place aux femmes !"

Par Alice Pouyat I Publié le 8 Mars 2018

Réduire les fortes inégalités qui règnent dans la profession d’architecte, encore très masculine, est urgent pour construire des espaces de vie plus inclusifs qui répondent aux besoins de tous. À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, voilà le message de Christine Leconte, présidente de l’Ordre des architectes d’Île-de-France, et Anne Labroille, architecte du collectif Mémo (Mouvement pour l’équité dans la maîtrise d’oeuvre). Rencontre croisée.


Anne Labroille, architecte du collectif MéMo, et Christine Leconte, présidente de l'Ordre des architectes d'Ile de France (Crédit : Karine Smadja)
Anne Labroille, architecte du collectif MéMo, et Christine Leconte, présidente de l'Ordre des architectes d'Ile de France (Crédit : Karine Smadja)
Alors qu’elles ne représentaient que 7,5% des inscrits à l’Ordre en 1985, les femmes sont aujourd’hui 27%, dont 50% chez les moins de 34 ans. Vous pointez du doigt des discriminations mais le métier s’est pourtant très féminisé.…
Anne Labroille : La création des écoles d’architecture en 1968 a commencé à ouvrir le métier aux femmes. On voit un grand changement depuis vingt ans. Mais cette féminisation cache des inégalités. Les femmes ont souvent des postes subalternes, des statuts précaires, d’auto-entrepreneur, des temps partiels, de petites commandes… En 2014, le revenu moyen de celles exerçant en libéral représentait 57% de celui de leurs confrères…
 
Christine Leconte : Les hommes se dirigent davantage vers les pratiques de la maîtrise d’œuvre classique, alors qu’un grand nombre de femmes s’orientent vers des pratiques plus variées : maîtrise d’ouvrage, conseil, enseignement… Cette féminisation permet aussi d’injecter de l’architecture dans de nombreux domaines et de mieux répondre aux enjeux contemporains.

Pourquoi de telles discriminations ?
Christine Leconte : Le métier d’architecte est traditionnellement très masculin. Le monde "des chantiers", notamment, est dur. On n’y trouve pas toujours des bottes en taille 38 ! Il demande aux femmes un surcroît d’autorité et de rigueur. Heureusement, cela commence à changer, de plus en plus de femmes parviennent à s'y imposer.

Anne Labroille : Il m’est arrivé en réunion d’avoir douze hommes autour de moi !

Christine Leconte : Les horaires aussi peuvent être contraignants. La profession exige une disponibilité énorme, avec de larges amplitudes horaires.  Comme dans d'autres professions au fonctionnement très masculin, cela  peut devenir difficile à gérer avec l'arrivée des enfants…et peut contraindre les femmes à mettre leur carrière en suspens.

 Anne Labroille : L’accès à la commande passe aussi par des réseaux très masculins, des clubs de voile, de golf, des rencontres le soir… Où les femmes ne vont pas. Encore moins quand elles ont des enfants… Ces réseaux commencent tout juste à muter, avec des collectifs comme le notre qui se créent.

Affiche réalisée par des étudiants.es de l'école d'architecture de la Ville et des Territoires de Marne la Vallée.
Affiche réalisée par des étudiants.es de l'école d'architecture de la Ville et des Territoires de Marne la Vallée.
Quelles conséquences ces disparités ont-elles sur la conception de l’espace ?
Christine Leconte : Cela conduit très souvent à des espaces urbains créés pour des hommes, dans lesquels les femmes ne sont pas forcement à l’aise. Par exemple, les logements des promoteurs privés ont souvent des cages d’escalier peu lumineuses… peut-être car les concepteurs ne sont pas ceux qui portent le plus des bébés dans les bras.

Anne Labroille : Dans l’espace public, le besoin de sécurité des femmes, qui passe par l’éclairage, par la bonne connexion entre les transports, peut être différent de celui des hommes. La place donnée aux équipements sportifs, aux stades, aux skate parcs, aux terrains de foot dans la ville, correspond davantage aux pratiques des hommes…

Christine Leconte : A l'inverse, les pays du nord de l'Europe, plus égalitaires, conçoivent des espaces publics plus inclusifs, avec plus de bancs, d’espaces verts, des espaces pour allaiter...
  
Par ailleurs, le fait que beaucoup de couples se séparent, que beaucoup de femmes vivent seules, n’est pas assez pris en compte dans la construction de nouveaux logements.

N’est-ce pas sexiste de penser que hommes et femmes conçoivent l’espace différemment ?
Anne Labroille : La discrimination est sociale. De fait, les femmes s’occupent plus des enfants, pas forcément par choix, donc elles pensent plus naturellement à la place des enfants. C’est une réalité. Ce n’est pas sexiste.
 
Christine Leconte : Attention, on ne dit pas que les femmes sont meilleures que les hommes, mais que la complémentarité est source de richesse. Pas seulement des hommes et des femmes, mais de l’ensemble des personnes qui vivent, travaillent et vieillissent dans ces espaces. L’important est de diversifier les profils, les approches, les compétences dans l’architecture pour des territoires plus inclusifs, adaptés à tous, où tous les modes de vie soient pris en compte.

Que proposez-vous pour changer la donne ?
Christine Leconte :  Il faut continuer à se mobiliser pour la représentation des femmes. Je suis seulement la 2e femme présidente de l’Ordre. C’est sans doute un signe que certaines choses évoluent. Je crois qu’il est essentiel de faire de la pédagogie. Pour que les femmes se sentent légitimes, il peut être utile de valoriser certaines figures de la profession. Je pense à des femmes comme Charlotte Perriand, Edith Girard, Eileen Gray, Helen Gregory...

Anne Labroille : Il y a aussi d’importants duos, mais les hommes sont souvent plus médiatisés que leur compagne ! D’où l’importance, en effet, de ce travail de pédagogie, notamment dans les écoles. Aujourd’hui, 57% des étudiants sont des filles. Nous organisons des expositions, des journées du Matrimoine, nous développons les réseaux féminins.  Et bien sûr, il est important de parler des femmes architectes dans les médias ! 

> Le 8 mars à 19h00, l’Ordre des architectes d’Île-de-France accueille le collectif MéMo pour un temps d’échanges sur la place et la situation des femmes dans la maîtrise d’œuvre.

Pour aller plus loin : l'association Womenability sort un web-documentaire qui présente plus de 50 solutions glanées autour du monde pour rendre les villes plus égalitaires.





[INFO PARTENAIRE]
Et si votre maison était une source de création où tout devient possible? Un lieu où vous avez le pouvoir d'imaginer, de faire... Selon vos goûts et vos envies.
Avec les solutions et l'accompagnement Leroy Merlin, vos projets vont plus loin.


WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE