Connectez-vous S'inscrire

Au Nom de la Beauté, Guerlain s’engage : rencontre avec Laurent Boillot

I Publié le 3 Juin 2016

Biodiversité, éco-conception et engagement social ont été les maîtres mots de cette rencontre. Laurent Boillot, PDG de Guerlain passionné par les sujets environnementaux et sociaux, nous parle des engagements de cette maison emblématique.


Laurent Boillot, Pdg de Guerlain et Sandrine Sommer, directrice du développement durable
Laurent Boillot, Pdg de Guerlain et Sandrine Sommer, directrice du développement durable

We Demain. A quand remonte l’engagement durable de Guerlain et qu’est-ce qui l’a motivé ?

Laurent BOILLOT. Notre engagement aura dix ans en octobre 2017. La Maison Guerlain est une maison de transmission. Lorsque j'ai pris mes fonctions, elle existait depuis 180 ans et elle a su transmettre. Notre acte fondateur est d’avoir été inventeur, commerçant et industriel. Mais, d’une autre manière, nous sommes aussi un peu agriculteur, indirectement : la qualité des matières premières est un paramètre majeur. Ces deux composantes, associées à la rencontre avec Sylvie Bénard, Directrice de l’Environnement du groupe LVMH, m’ont conduit naturellement, parmi mes premières décisions, à développer une organisation très structurée autour des sujets de responsabilité environnementale et sociale. En 2007, nous avons créé une Direction du Développement Durable, que dirige Sandrine Sommer. Nous avons également mis en place un comité de pilotage qui représente toutes les structures de la société. S’en suivent ensuite des objectifs, que l’on mesure et que l’on améliore, avec toujours en tête cette idée de transmission et de patrimoine. 

Comment s'incarne cet engagement aujourd'hui ?

Nous avons six enjeux majeurs, qui sont tous nobles, mais certains sont plus singuliers pour notre maison : la biodiversité, l’éco-conception et l’engagement social. Je dois dire que la vision est bien celle de se développer et de se structurer au fur et à mesure. Le groupe LVHM nous a aidés, et parfois rattrapés, avec le programme LIFE, mise en place par la Direction de l’Environnement. Nous avons une ambition constante. J’ai coutume de dire que, si nous n’allons pas sauver la planète tout seuls, nous allons faire notre part. Et l’ambition grandit avec les réalisations. Si nous pouvons toujours nous améliorer sur les questions de développement durable, nous devons pour autant être irréprochables par rapport à ce que nous disons. Cela fait partie de nos valeurs.

Pouvez-vous nous en dire davantage sur ces six enjeux ?

Il y a d’abord un engagement global. Au Nom de la Beauté Guerlain s’engage pour un monde plus durable. Nous sommes convaincus qu’en tant que maison de beauté et de luxe  nous devons contribuer à  protéger la beauté du monde. Il s’agit d’un engagement autour de la culture du beau et du bon. Cela irradie l’ensemble des enjeux. Parmi nos six enjeux, certains sont plus différenciants pour Guerlain : l’éco-conception, la biodiversité et l’engagement social.  
Les matières premières sont depuis toujours une source d’inspiration et d’innovation pour notre Maison. S’engager pour la protection de la biodiversité est dès lors une évidence... Ainsi nous avons dédié à l’orchidée, une matière première naturelle au cœur de notre gamme de soin prémium Orchidée Impériale, une plateforme unique : l’orchidarium composé de trois pôles : un pôle d’observation basé à Genève où des spécimens prélevés dans la nature sont observés, un laboratoire de recherche fondamentale à Strasbourg, une réserve d’orchidées née d’une très belle rencontre en Chine, dans le Yunnan, avec un couple qui avait un projet écologique. Le mécénat développement durable que nous avons mis en place consiste à protéger et redévelopper une faune et une flore en voie de disparition dans cette région. 
Une deuxième illustration : l’abeille, qui est chère à notre Maison et qui en est le symbole par excellence depuis le 19ème siècle. Des études réalisées dans le domaine de la cicatrisation ont démontré que les produits de l’abeille comptent parmi les meilleurs cicatrisants. Le développement de la gamme de soin Abeille Royale nous a menés vers l’île d’Ouessant où les abeilles produisent un miel aux propriétés exceptionnelles. Nous avons ainsi rencontré  le conservatoire de l’Abeille Noire Bretonne de l’Ile d'Ouessant, avec qui nous avons de nouveau développé un programme de mécénat développement durable. Puis, nous avons avons rencontré Thierry Dufresne, qui dirige l’OFA (Observatoire Français d’Apidologie). Il a pour ambition de créer 10 millions de ruches et créer 30 000 emplois en Europe d’ici 2025. Nous avons naturellement décidé de soutenir ce projet passionnant. 
Nous développons également avec notre Parfumeur Thierry Wasser des filières durables pour nos matières premières de parfumerie. Ainsi au sud de l’Inde, Thierry Wasser a fait renaître une filière de vétiver. 
Ce sont certes quelques exemples, mais additionner les initiatives, c’est faire progresser. Nous sommes d’ailleurs la première société à avoir reçu la distinction « Engagement Biodiversité » par l’organisme Ecocert. Si nous ne cherchons pas les louanges, c’est un bon moyen de se mesurer. L’éco-conception est sans doute le challenge le plus difficile pour nous. L’ambition est claire : d’ici 2020, tous les produits Guerlain seront éco-conçus.
 
Dans le groupe LVHM, nous mesurons la performance environnementale de nos produits. Nous avons créé un indice (IPE) qui donne une note comprise entre 0 et 20, en fonction de critères environnementaux. Chaque nouveau produit doit être meilleur que celui qu’il remplace. Nous avons mis en place un forum d’échange une fois par trimestre, où un comité discute du passage aux différentes phases de création des nouveaux produits : l’indice IPE est un critère important. Parmi nos réalisations : la réduction de la taille de nos coffrets de parfums, l’upcycling de nos affiches et bâches publicitaires de La Petite Robe Noire par la société Bilum, de nouveaux sacs shopping 100% recyclables, ou encore la proposition, dans notre nouvelle boutique Saint Honoré à Paris, de recharger à l’infini son flacon grâce à 18 fontaines à parfums …   
Notre réflexion sur l’éco-conception concerne bien l’ensemble du cycle de vie de nos produits. Ainsi nos deux sites de production français font pleinement partie du dispositif. Notre nouvelle usine de cosmétiques  « La Ruche » est certifiée HQE niveau excellent et ISO 14001, comme l’ensemble des sites français, voire européens de la Maison.
 
L’engagement social est également fortement inscrit dans les valeurs de la maison Guerlain, avec ces notions de générosité, de partage. Je pense à l’association Belle & Bien, que nous soutenons depuis treize ans, qui offre des ateliers beauté à des femmes atteintes du cancer, aux Restos du cœur que nous soutenons depuis trois ans avec les Pauses Beauté à l’occasion de la fête des Mères, ou encore à la fondation Movember qui aide les hommes face au cancer. Je pense aussi à la Journée engagée : Guerlain offre une journée à ses collaborateurs afin qu’ils puissent s’engager sur l’une des causes soutenues par la Maison.
La diversité est aussi un sujet qui nous tient à coeur. Ainsi, nous veillons à une mixité hommes-femmes y compris au plus haut niveau (70% du Comité de Direction est féminin, et + de 50% des responsables de filiales sont également des femmes.). Autre sujet : nous nous devons de connaître encore mieux toutes les beautés du monde, afin de pouvoir leur proposer des créations adaptées. Ce sujet nous tient à cœur. Nous avons d’ailleurs la chance d’avoir des équipes riches de toutes les cultures. Nous nous sommes notamment rapprochés de la ville de Montfermeil et de son défilé Cultures et Création où les habitants de Montfermeil deviennent mannequins d’un jour sublimés par nos 10 maquilleurs sur place pour l’occasion. Nous y avons notamment rencontré la princesse Esther Kamatari, qui est devenue l’une de nos ambassadrices. Elle nous aide à mieux connaître et mieux comprendre le besoin des peaux noires et également à mieux aborder le marché de l’Afrique. Il ne s’agit pas de s’acheter une belle conduite ; connaître et tenir compte de toutes les origines est nécessaire pour notre développement.
Enfin, nous sommes bien sûr préoccupés par la question du travail des personnes en situation de handicap ; nous favorisons leur recrutement, mais aussi la collaboration directe avec des ESAT et avec des sociétés qui font travailler des ESAT, comme Bilum.

Quelle vision avez-vous pour demain ?

Continuer, et tenir nos engagements. Réduire nos émissions de CO2 de moitié d’ici 2020 représente un énorme challenge. L’éco-conception d’ici 2020, un sacré engagement également.
Etre reconnue comme la Maison de luxe la plus responsable pourrait être un bel objectif pour 2028, lorsque nous nous fêterons les 200 ans de la Maison Guerlain.
S’engager pour un monde plus durable, c’est au fond une belle opportunité pour conjuguer et pousser toujours plus haut la culture du beau et du bon, et transmettre ainsi un bel héritage aux générations futures.