Connectez-vous S'inscrire
We Demain, une revue pour changer d'époque
Assureur partenaire de We Demain

Planète

Au Royaume-Uni, l'énergie éolienne dépasse pour la première fois celle du charbon

Par I Publié le 6 Janvier 2017

Un monde sans énergies fossiles, c'est possible ? Au Royaume-Uni, l'abandon progressif du charbon donne envie d'y croire. Pour la première fois l'an dernier, le parc éolien y a produit plus d'électricité que les centrales à charbon. C'est ce que révèle une étude de l'organisation Carbon Brief.


Le parc éolien du Royaume-Uni a généré plus d’électricité que l'ensemble de ses centrales à charbon. (Crédit : Paul Anderson/Wikimedia Commons)
Le parc éolien du Royaume-Uni a généré plus d’électricité que l'ensemble de ses centrales à charbon. (Crédit : Paul Anderson/Wikimedia Commons)
C’est une bonne nouvelle pour la planète qu’a relayée le quotidien britannique The Guardian vendredi 6 janvier. Pour la première fois, en 2016, le parc éolien du Royaume-Uni a généré plus d’électricité que l'ensemble de ses centrales à charbon. C'est ce que révèle une étude menée par les experts climatiques de l'organisation  Carbon Brief , pour qui "l'effondrement du charbon" est un "tournant majeur". Une information que les organisations environnementales ont, elles aussi, salué, l'un de leur représentants lui attribuant même l'épithète de "fantastique".

Trois des principales centrales thermiques d'outre-Manche ont fermé l'an dernier, provoquant une importante chute de la production d'électricité à partir du charbon, qui est passée de 22,6 % en 2015 à 9,2 % en 2016. Du jamais vu depuis 80 ans. L'énergie éolienne, elle, a fourni 11,5 % de la production en 2016, ce qui représente une légère baisse par rapport à 2015. Elle représentait alors 12 % de l'électricité produite. Quant au solaire, il aurait généré plus d'énergie que le charbon sur une période de six mois, le remplaçant même entièrement certaines journées.

Une sortie du charbon plus proche que prévue

"C'est une première pour le parc électrique du Royaume-Uni. Avec des milliers de petits sites, en particulier d'énergies renouvelables, qui viennent de plus en plus alimenter les centrales plus grandes d'électricité, le réseau britannique est en train de changer", se réjouit Simon Evans, le rédacteur en chef à Carbon Brief. 

Et il pourrait bien changer plus vite que prévu ! Alors que le gouvernement britannique s'était engagé à sortir du charbon à l'horizon 2025, comme le dispose son plan présenté à l'occasion de la COP22, à Marrakech, sa dernière centrale thermique pourrait fermer dans les cinq années à venir. Soit avant 2022. L'abandon proche de cette énergie polluante l'aiderait ainsi à tenir ses ambitieuses promesses de réduction des émissions de CO2, de l'ordre de 34 % d'ici à 2020 et de 80 % d'ici à 2050.

À noter toutefois que pendant qu'elle investit dans les énergies renouvelables, la Grande-Bretagne relance aussi sa production d'énergie... nucléaire. En septembre 2016, le gouvernement britannique a signé un contrat avec EDF pour construire deux réacteurs EPR sur le site de Hinkley Point (sud-ouest).
 




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE