Planète

Avec myCo, faites ce qu’il vous plait de vos données personnelles !

Par Anaïs Marechal I Publié le 3 Août 2018

Coopérative détenue par les internautes, myCO est une boite à outils digitale qui promet aux utilisateurs de reprendre le contrôle de leurs données. La plateforme se propose, au-delà de vous aider à organiser vos week-ends entre amis, de rassembler les citoyens autour de projets communs.


En plus d'un navigateur, myCO propose une plateforme sur laquelle l'utilisateur crée des projets, répond à des enquêtes d'opinions ou participe à des quizz (crédit : capture d'écran myCO).
En plus d'un navigateur, myCO propose une plateforme sur laquelle l'utilisateur crée des projets, répond à des enquêtes d'opinions ou participe à des quizz (crédit : capture d'écran myCO).
“ La difficulté, c’est toujours d’expliquer ce qu’est myCO en deux phrases à notre entourage ”, ironise Olivier Robin, sociétaire de myCO depuis un an et responsable qualité chez une entreprise de jeux-vidéo. En 2016, partis du constat d’une atteinte généralisée à notre vie privée numérique, les fondateurs Arnaud Blanchard et Michel Garcia ont fait le choix de proposer une solution française. "myCO est la première coopérative de données numériques au monde, détaille Arnaud Blanchard, directeur général de la coopérative. C'est une vraie boite à outils digitale." Détenue par une communauté d'internautes, la coopérative lancée en juin 2018 promet à ses sociétaires le contrôle de leurs données, le respect de la vie privée et un rassemblement autour de projets communs. Une façon très différente d’utiliser Internet. Explications.
 
Premier outil (gratuit) : un navigateur, logiciel qui vous permet de surfer sur Internet. “ Nous sommes des partenaires de Mozzilla, nous utilisons une version de leur navigateur Firefox ”, détaille Arnaud Blanchard. Firefox fait en effet figure de proue depuis des années pour un web plus respectueux de la vie privée. myCO fait le choix de personnaliser ce navigateur. Par exemple, un curseur permet à l’utilisateur de définir le niveau de sécurité – à risque, protégé ou invisible. Une navigation standard protégée vous prémunit des publicités et intrusions, comme les traceurs qui enregistrent vos goûts pour vous proposer des publicités ciblées. Mais la différence de taille se trouve dans le mode “ invisible ”. myCO intègre alors un VPN, un réseau virtuel privé qui permet de masquer vos activités et vous rend anonyme sur Internet. Grâce à ce filtre, aucune de vos données personnelles ne sera collectée.

Au sein d'un projet, l'interface permet de discuter, partager des photos et à terme créer des cagnottes ou sondages (crédit : capture d'écran myCO).
Au sein d'un projet, l'interface permet de discuter, partager des photos et à terme créer des cagnottes ou sondages (crédit : capture d'écran myCO).

Mode de fonctionnement : la création de projets

La coopérative propose également une plateforme, qui elle peut être utilisée à partir de n’importe quel navigateur. Les sociétaires y créent leur profil numérique en renseignant de nombreux points : santé, goûts musicaux, politiques etc. Ces données, ils choisissent de les partager ou non. Pourquoi faire le choix de partager ses données personnelles ? La plateforme propose de rapprocher les citoyens avec un nouveau modèle de collaboration éthique. “ Nous prenons le contre-pied de Facebook, c’est un vrai réseau social ”, explique Arnaud Blanchard. Le sociétaire ouvre un projet, choisit les données personnelles qu’il veut partager et pourra rencontrer des inconnus. Les projets peuvent également être privés, entre amis, pour discuter, partager des fichiers ou des cagnottes. “ J’utilise la plateforme pour organiser des week-ends entre amis, raconte le sociétaire Olivier Robin. C’est très pratique, ça permet de centraliser sur un seul outil. 
 

Un outil intégré au navigateur permet d'observer les intrusions en mode "à risque" (crédit : capture d'écran myCO).
Un outil intégré au navigateur permet d'observer les intrusions en mode "à risque" (crédit : capture d'écran myCO).
Ce modèle coopératif est un choix “ disruptif ” des fondateurs. “ Nous nous sommes dit que si nous montions une vraie société, ça pourrait toujours être racheté, détaille Arnaud Blanchard. Nous voulions une structure qui tienne sa promesse dans le temps. ” Pour prendre part à l’aventure, chaque sociétaire doit acheter au moins une part, à 10 euros, et ce jusqu’à 500 parts. “ Aujourd’hui, nous comptons 2000 sociétaires, et 60 % d’entre eux ont investi 10 euros. ” Investir dans myCO donne la possibilité à l’internaute de faire potentiellement fructifier les parts investies.

"Mise en relation avec les marques"

Toutes les actions réalisées par l’internaute sont également rémunérées : quizz, enquêtes d’opinions. N’espérez quand même pas faire fortune : les revenus mensuels maximums grimpent à une cinquantaine d’euros par mois. Le modèle économique repose cependant sur la création de projets en lien avec des marques – si vous êtes à la recherche d’une nouvelle voiture par exemple – qui accèdent alors aux données que vous choisissez de partager. “ Ce n’est pas de la vente de données, nous faisons de la mise en relation avec les marques. ”
 
Vous l’aurez compris : myCO, c’est une nouvelle façon d’utiliser Internet. Même si l’ergonomie du site est satisfaisante, difficile de s’y retrouver face à un concept aussi novateur. “ J’ai du mal à convaincre mon entourage à passer à myCO, les gens sont très passifs sur les outils qu’ils utilisent sur internet, avoue Olivier Robin. Moi-même je n’utilise pas les projets publics, je n’en vois pas l’utilité pour le moment. ” La solution est tout de même séduisante, et le navigateur peut être un premier pas dans l’univers myCO. Si vous voulez rendre sa liberté au net et le droit à la concurrence, voici une solution proposée par des français.

 













Newsletter : recevez chaque semaine
une sélection de nos meilleurs articles


    Aucun événement à cette date.

wedemain.fr sur votre mobile